2013. Besançon - Montpellier - Barcelona - Valencia - Sevilla - Canary Islands - Gibraltar - Lisbon - Porto - Bordeaux - Strasbourg - Amsterdam - Copenhagen - Stockholm - North Cape - Oslo - Berlin - Prague - Munich - Besançon. 2014 : Besançon - Nice - Milan - Dubrovnik - Rome - Turin - Paris - Reykjavik - Halifax - Montréal - New-York - Washington - Orlando. 2015 : Miami - Orlando - New Orleans - San Antonio - Chicago - Toronto - Winnipeg - Calgary - Vancouver - Seattle - San Francisco - Los Angeles - Las Vegas. 2016 : Las Vegas - Salt Lake City - Seattle - Hawaii - Sydney - Brisbane - Darwin - Bali - Singapour- Kuala Lumpur - Katmandu. 2017 : Besançon - Vienna - Budapest - Belgrad - Izmir - Nicosie - Tabriz - Mashhad - Dushambe









Ou suis-je / Where am i?
29/07/2017 :
Douchanbé, Tajkistan


Derniers commentaires /
Last Comments

>>   Par Grard, le 18/05
       "des gens qui semblent tous...
>>   Par Florent, le 23/01
       Merci Grard et Christine,...
>>   Par Grard Martinez, le 22/01
       Heureux de te retrouver! On...
>>   Par Florent, le 19/11
       Dsol si je ne donne plus...
>>   Par Grard Martinez, le 17/10
       Bonjour Florent. Il y a un...



Anciens voyages :
>> Tour de France (83)
>> Aller retour en Suède (45)
>> Malte - Besançon (7)




Articles 1 - 5 / 45
1 2 3 4 5


Article du mercredi 25 aout 2010 à 10h12

L'arrivée

Je suis arrivé à Besançon dimanche soir et j'ai pu reprendre une vie un peu plus normale et me reposer. Je suis content d'avoir fait un aussi beau voyage cet été et si c'était à refaire je le referais. Le voyage de l'automne (remontée depuis Malte en vélo, 1000kms) était un peu un test pour savoir si je pouvais partir en vélo à Uméa cet été (2800kms), et ce test fut concluant, comme j'ai depuis longtemps un projet de tour du monde en vélo, le voyage de cet été était un peu un test pour savoir si je pouvais partir d'ici un ou deux ans pour un tour du monde en vélo. Après ce périple, la balance penche plutôt du mauvais coté, et j'ai encore beaucoup de choses à découvrir en Europe et même en France avant d'aller voir les autres continents. C'est pourquoi mon prochain voyage en vélo sera un simple tour de France, d'ici un ou deux ans. A suivre...

0 miam   [0 commentaire ]

Article du dimanche 22 aout 2010 à 22h52

Le retour

Après 2 trains en Estonie, 2 trains en Lettonie, j'ai pris 2 trains en Lituanie vendredi. Je devais prendre un autre train après le 2eme lituanien afin de rejoindre la Pologne mais j'ai appris que celui ci était annulé et remplacé par un bus. Il y avait un groupe de 6 cyclistes polonais dans mon train qui devaient eux aussi monter dans le bus avec les vélos. Les soutes étaient pleines, mais on a réussi à caser les 7 vélos dans le bus entre des passagers et des sièges. Un beau bazar. Il y avait 5h de train pour Varsovie et je m'apprêtais à passer 5 heures dans ce bus mais 15 minutes plus tard le bus nous a déposé dans une gare où j'ai pu reprendre un train pour Varsovie, en fait c'était juste une portion de rail qui était en travaux. Je n'avais pas encore d'argent polonais sur moi et le contrôleur m'a bien embêté à cause de la taxe polonaise pour le vélo (j'avais juste payé la taxe lituanienne au guichet). Je suis arrivé à Varsovie dans la soirée, dans la gare principale, une gare souterraine dans aucune indication, sans panneau d'affichage, hall central ou bureau de renseignements, mais seulement une ou deux caisses avec des interlocutrices qui ne parlent pas anglais. Je suis sorti de la gare après avoir longtemps tourné en rond et me suis donc retrouvé au centre ville. Varsovie est une belle ville, c'est une vraie capitale avec des buildings et des beaux bâtiments. Mieux que Oslo, Helskinki, Tallin, Riga, voire que Rome. Mais tout cela contraste avec ce que j'ai vu le lendemain, en effet dès que l'on quitte le centre ville on retrouve la misère et la Pologne reste un pays pauvre. Après avoir dormi dans une auberge de jeunesse, je me suis rendu à l'autre gare importante de la ville et coup de chance j'ai vu que l'un des deux seuls trains pour Prague de la journée partait dans 15 minutes, mais malchance les réservations étaient complètes et ce train n'acceptait pas les vélo. Toujours pas de panneau d'affichage, un lieu peu accueillant, des hôtesses de caisse qui ne parlent pas anglais, mais en fouillant un peu dans les feuilles affichées j'ai trouvé un train le soir à 18h34 pour Frankfurt. A la caisse il m'ont fait comprendre que ce train n'existait plus et était remplacé par un train à 18h33 pour Koln (Cologne). Je ne savais pas où était Cologne mais j'ai pris quand même car il me semblait bien que cette ville était située dans l'ouest de l'Allemagne. J'ai passé la journée à Varsovie et j'ai pu découvrir le vieux centre ville et c'était bien chouette avec beaucoup de musiciens, une météo agréable, et je suis tombé sur une belle statue de Nicolas Copernic, illustre astronome du XVIe siècle, et dont j'avais oublié la nationalité. Je suis monté dans le train à 18h10 et en suis redescendu à 6h20, sans avoir dormi de la nuit. A l'ouverture des guichets à 7h à Cologne il m'ont établi une feuille de route pour Besançon avec 8 trains régionaux, 6 allemands et 2 français, à prendre dans la journée. Je suis arrivé à Besançon à 19h35 après 25h de voyage dont 20h36 à rouler en trains sans dormir depuis Varsovie, à la fois content de retrouver la France et ma ville, mais pas content que de si belles vacances soient désormais terminées. J'ai utilisé au total pour rentrer 14 trains avec des arrêts dans plus de 200 gares, j'ai recroisé ma route de l'aller à Hanovre et à Koblenz et j'ai refais les même 60kms le long du Rhin, la rivière sans pont. L'homme au chapeau n'a retrouvé son chapeau ni en Pologne, ni en Allemagne, ni en France, mais il a bien de la chance de n'avoir perdu que son chapeau, si on fait la liste de tout ce que j'ai perdu on a pas fini.

0 miam   [1 commentaire ]

Article du jeudi 19 aout 2010 à 21h02

Etape 35. Jelgava - Siauliai (88+-2kms)

J'ai passé la journée sous la pluie aujourd'hui, de Jelgava en Lettonie à Siauliai en Lituanie, étape cycliste obligatoire entre les réseaux ferroviaires letton et lituanien. Une pluie parfois soutenue avec des bonnes rafales de vent mais j'en ai vu d'autres en vélo, et ce soir je vais apprécier de dormir au sec à l'hôtel. Rien de bien passionnant aujourd'hui, une route nationale droite et plate avec de bonnes portions de pistes cyclables en Lituanie. Rien à signaler donc si ce n'est que j'ai pris l'eau de toutes parts. Demain, 9h30 de train (12h avec les changements) pour aller à Varsovie, la capitale polonaise qui n'est qu'à 430kms à vol d'oiseau. Ici il n'y a pas le TGV.

0 miam   [1 commentaire ]

Article du mercredi 18 aout 2010 à 11h54

Un beau voyage

Que retenir de ce voyage en vélo? Ces rencontres avec des animaux sauvages? J'ai vu beaucoup d'animaux le long des routes ou des pistes cyclables : des biches à 2 reprises, un élan, un écureuil, hier une cigogne...Ces rencontres avec des gens formidables le long des routes? Cet allemand qui m'a offert un repas avant de m'emmener prendre le train pour Hambourg? Ce cyclotouriste que j'ai doublé 150kms après Oslo et qui avait fait le même trajet que moi toute la journée? Ce motard à l'embarquement du ferry pour Kristiansand, plein d'admiration pour ce que je faisais? Ce monsieur norvégien qui a réparé mon vélo au bord de la route? Cette dame inconnue qui m'a donné un billet de 20 euros? Toutes ces personnes au tennis club de Uméa? Le vice président du club avec sa bonne humeur son grand sourire et qui chantait un soir à l'occasion du tournoi? Ou cet étudiant autrichien? Ces cyclistes français avec qui j'ai partagé la route, un dans les Vosges, les autres en Suède? Ce français expatrié en Irlande qui "était français mais qui ne l'est plus", avec qui j'ai passé une bonne soirée en Norvège? Jeff, le sympathique corse de la colocation de Giessen? Des rencontres innombrables qui sont toujours enrichissantes avec beaucoup de sourires. Mais peut être dois-je plutôt retenir les paysages que je découvrais et qui changeaient minute après minute, les journées où il n'y avait rien d'extraordinaire et qui se terminaient en beauté, un ciel magnifique, un coucher de soleil somptueux, un très joli camping ou endroit pour dormir...Ou le bon temps passé en Suède, la bonne cuisine de Julien, ces matchs sur la terre battue de Uméa, ma cure quotidienne de myrtilles dans les sous bois, le "futbal festival" à coté, les bonnes parties de pêche...Les villes? Hambourg, avec des pistes cyclables dans chaque rue? Epinal? Oslo? Hanovre? Ces petites villes au nom déjà oublié mais qui avaient leur charme? Helsinki, Tallinn ou Riga, ces grandes villes du nord? Ces panneaux amusants le long des route? Le musée de la marine à Hambourg ou l'aquarium à Hirstals? Ces skieurs norvégiens et suédois que j'ai croisé sur les routes? Les fleurs, les papillons? Le vélo est un bon moyen de locomotion pour voyager et découvrir le monde, on s'arrête où l'on veut quand l'on veut, on va partout et on va lentement, on a le temps de voir et d'observer. Ce voyage a dépassé mes espérances et ces 6 semaines que j'ai passé loin de chez moi resteront une expérience forte et inoubliable. Je repartirai!

0 miam   [4 commentaires ]

Article du mercredi 18 aout 2010 à 11h49

Etape 34. Cesis - Sigulda (40+-4kms)

Je suis parti ce matin avec pour but de rejoindre Riga en vélo, environ 90kms. J'ai arrêté après 40 kms car un camion m'a mal doublé, j'ai fait un écart un peu trop important à droite, me suis retrouvé sur le bas coté, et en voulant remonter de suite sur la chaussée j'ai manqué de me casser la figure et de passer sous la voiture derrière. Je me suis dit qu'il fallait vraiment que j'arrête et je me suis rendu à la gare de Sigulda pour rentrer Besançon en train. J'ai pu atteindre Riga dans l'après midi mais il n'y a pas de liaison ferroviaire entre l'Estonie et la Lituanie, seulement une ligne utilisée pour le transport de marchandises, je vais donc encore pédaler demain. J'ai fait un beau voyage cet été mais ici il n'y a ni la nature suèdoise, ni les paysages norvégiens, ni les jolies petites villes danoises ou les sympathiques habitants allemands. Les routes sont en mauvais état et sont dangereuses, les gens nous accostent pour demander de l'argent, on voit beaucoup de personnes qui boivent trop, la moitié des lignes de trains ne sont pas électrifiées. Ce ne sont pas des pays dans les lesquels on a envie de rester. Il faut mieux rester sur sa faim et rentrer en ayant encore envie de pédaler, plutôt que de rentrer exténué et dégouté du vélo. Et puis mon corps est fatigué et je ne veux pas forcer. Je vais donc continuer en trains en je me projète déjà dans d'autres aventures dans le futur.

0 miam   [0 commentaire ]