2013. Besançon - Montpellier - Barcelona - Valencia - Sevilla - Canary Islands - Gibraltar - Lisbon - Porto - Bordeaux - Strasbourg - Amsterdam - Copenhagen - Stockholm - North Cape - Oslo - Berlin - Prague - Munich - Besançon. 2014 : Besançon - Nice - Milan - Dubrovnik - Rome - Turin - Paris - Reykjavik - Halifax - Montréal - New-York - Washington - Orlando. 2015 : Miami - Orlando - New Orleans - San Antonio - Chicago - Toronto - Winnipeg - Calgary - Vancouver - Seattle - San Francisco - Los Angeles - Las Vegas. 2016 : Las Vegas - Salt Lake City - Seattle - Hawaii - Sydney - Brisbane - Darwin - Bali - Singapour- Kuala Lumpur - Katmandu. 2017 : Besançon - Vienna - Budapest - Belgrad - Izmir - Nicosie - Tabriz - Mashhad - Dushambe









Ou suis-je / Where am i?
29/07/2017 :
Douchanbé, Tajkistan


Derniers commentaires /
Last Comments

>>   Par Grard, le 18/05
       "des gens qui semblent tous...
>>   Par Florent, le 23/01
       Merci Grard et Christine,...
>>   Par Grard Martinez, le 22/01
       Heureux de te retrouver! On...
>>   Par Florent, le 19/11
       Dsol si je ne donne plus...
>>   Par Grard Martinez, le 17/10
       Bonjour Florent. Il y a un...



Anciens voyages :
>> Tour de France (83)
>> Aller retour en Suède (45)
>> Malte - Besançon (7)




Articles 16 - 20 / 45
2 3 4 5 6


Article du vendredi 6 aout 2010 à 09h51

Les préparatifs

Mon petit séjour en Suède touche à sa fin. Désormais, ce sont les préparatifs pour le retour. J'ai repris des forces et j'ai bien mangé depuis ce lundi 26 juillet. Mon vélo est comme neuf. Un nouveau porte bagages, trouvé d'occasion et plus robuste, a remplacé l'ancien, cassé à 3 endroits différents et dont on se demande bien comment il a pu arriver jusque là. J'ai acheté 2 pneus neufs de bonne qualité. Egalement un lubrifiant pour la chaine, et un outil multifonctions pour bricoler le vélo. Il reste à réparer 2 chambres à air et à fixer le panier du Bruno sur le nouveau porte bagages : nous avons acheté et découpé ce matin 2 plaques en bois en remplacement d'une plaque en pastique qui s'est brisée. Je serais plus chargé qu'à l'aller. Je rentre avec 2 kilos de miel de Suède, dont 1,5 kilo de miel du Vasterboten, la région de Kati un peu plus au nord de Uméa. Celui là il est vraiment excellent et je saurais l'apprécier tout l'hiver. Je rentre avec 2 paires de chaussures au lieu de une : mes chaussures de course à pied sont usées et n'étaient pas autorisées sur les courts en terre battue de Uméa. Ce n'est pas plus mal : j'aurais les pieds au sec les lendemains de pluie et une paire de chaussures neuve ce n'est jamais perdu. J'ai également acheté un GPS qui me sera fort utile pour éviter les mésaventures tout au long du trajet aller, et que je pense revendre en rentrant. J'ai également 2 sacs à dos supplémentaires achetés à Sundsvall qui m'ont permis de rouler plus sereinement lors des 300 derniers kilomètres du trajet aller. Ca fait du poids et de l'encombrement. Je pense donc rentrer avec un sac sur le dos, comme pour l'Italie, avec dedans les choses légères et encombrantes (sac de couchage, vêtements de pluie, maximum 2 kilos), les choses lourdes et peu encombrantes (ordinateur...) seront devant et le reste derrière. Je vais prendre ce soir (vendredi) à 18h le Ferry pour Vassaa. J'y serais à 22h30 et je vais chercher un endroit pour planter ma tente dans la nature. Ensuite direction Helsinki puis Talinn, Riga, Varsovie. J'ai prévu mes plans de route jusqu'à Berlin, mais je ne suis pas sur de pouvoir aller jusque là, si je suis fatigué, je ne forcerai pas et je prendrai le train. Je vais essayer d'être plus discipliné qu'à l'aller et partir au plus tard à 8h tous les jours pour avoir plus de temps pour repérer les endroits pour manger le midi et chercher plus tôt les endroits pour dormir la nuit.J'espère aussi que j'aurai un aussi beau temps qu'à l'aller (seulement 2 jours de pluie je crois).

0 miam   [3 commentaires ]

Article du jeudi 29 juillet 2010 à 17h58

Etape 26. Herrskog - Husum (120+-15kms,+voiture)

Je me suis élancé ce matin dans le but de rejoindre Uméa dans la soirée, une longue étape de plus de 170kms, sur la route E4 très fréquentée. J'ai pu réaliser 70kms comme prévu le matin et manger à Ornskoldsvik avant de reprendre la route E4. Cette route est extrêmement dangereuse, c'est le principal axe nord-sud de la Suède mais je ne peux guère l'éviter. J'ai frôlé la catastrophe à plusieurs reprises, essentiellement sur les parties en 2 fois 2 voies lorsque les camions ou camping car sont doublés au moment ou ils me doublent et ne peuvent se déporter. Moi je n'ai pas de place non plus et ça roule vite. J'ai été klaxonné à plusieurs reprises par des automobilistes pensant que je n'ai pas ma place ici alors que c'est autorisé et j'ai fini par prendre une route qui partait à droite pour me diriger vers une station service pour acheter un bonne carte du coin mais ils n'y en avait pas de plus précise que la mienne. Pour ne pas reprendre cette route E4, j'ai continué jusqu'à arriver un village dans un cul de sac. J'ai du faire demi tour sur 10kms après avoir vu une importante papeterie dans ce village. J'ai mieux compris pourquoi je je suis doublé à longueur de journée par des camions chargés de bois ces derniers jours. Ici, il en arrive un toutes les 10 minutes environ, mais aussi d'autres camions de produits chimiques et des camions de récupération de résidus de bois de l'usine. Les camions sont déchargés dans un vaste espace avec des milliers de troncs d'arbres, les troncs sont ensuite transportés dans un espace où ils sont transformés en sciure. Il se forme ainsi des montagnes de sciure à coté de l'usine. L'usine, assez impressionnante, produit ensuite du papier qui est finalement chargé dans un gros bateau derrière afin d'expédier la production par le golf de Botnie. Assez impressionnant, comparé à la seule papeterie que je connais, celle de Novillars. Après avoir observé cette usine, j'ai continué, mais finalement terrorisé à l'idée de reprendre cette grande route, ne voyant pas d'autre issue, les trains n'admettant pas les vélos en Suède et préférant arriver entier à Uméa, j'ai finalement appelé Julien qui est venu me chercher en voiture, à 80kms de sa ville. Je suis arrivé le soir à Uméa et je vais maintenant pouvoir me reposer une journée avant d'attaquer le tournoi de tennis la ville, mon premier match est programmé mercredi à 15h30. Julien m'a inscrit dans la catégorie la plus forte et je vais donc être confronté aux meilleurs joueurs de Uméa et des villes aux alentours. Pas évident car je manque d'entrainement cette année, je suis fatigué et je n'ai pas touché la raquette depuis plus d'un mois. Néanmoins j'espère bien éliminer les suédois tous un par un et ramener le trophée de la ville sur mon porte bagages. Sinon cette semaine on devrait aller pas mal à la pêche dans le golf de Botnie ou dans des petits lac sauvages, aussi sans doute aux framboises et aux myrtilles, et jouer au tennis un peu tous les jours. Une belle semaine en perspective.

0 miam   [4 commentaires ]

Article du jeudi 29 juillet 2010 à 17h39

Etape 25. Harnosand - Herrskog (75+-15kms)

Je suis réveillé ce matin par la pluie qui frappe ma tente et j'ai bien du mal à me décider de partir étant donné la météo. Pluie, froid, et vent mais ce ne sera sans doute pas pire que l'étape du mois de novembre dernier avant Gènes. Après une vingtaine de kilomètres environ j'ai mangé dans un restaurant à Hamosand, cela faisait au moins 2 semaines que je n'avais pas mangé un vrai repas. Depuis la Norvège, je mange surtout des fruits et des barres de snickers, twix et mars. Une vingtaine de kilomètres plus loin je me suis de nouveau retrouvé devant une pancarte "route interdite aux cyclistes" et j'ai stoppé net ne sachant où aller, soit sur la route qui part à gauche soit faire demi tour pour demander aux gens dans le village précédent. Je suis resté scotché là quelques minutes puis j'ai aperçu 2 cyclistes chargés qui arrivaient dans ma direction. "lol! Mort de rire! En voila 2 qui vont se faire avoir aussi...Mais ils pourront peut-être me renseigner où aller." me dis-je. En fait, c'est le couple franco-canadien que j'ai rencontré hier soir dans le camping, des gens bien sympathiques. Le monsieur, prof de physique en prépa, est visiblement plus intelligent que moi : il a eu l'idée d'acheter une carte détaillée de la région et m'indique que l'on peut prendre la route à gauche. J'ai roulé un peu avec eux, c'est toujours intéressant de discuter avec d'autres cyclistes qui font de longs voyages comme moi, et ce d'autant plus quand ce sont des français ce qui est extrêmement rare. Le monsieur connait Besançon et a déjà fait un Paris-Dole en vélo. Depuis 25 ans ils passent tous les ans leurs vacances en vélo dans les pays de nord. J'ai roulé ensuite seul la soirée mais avec le ciel couvert la luminosité a rapidement baissé et c'est devenu dangereux de circuler sur cette route E4 très fréquentée, j'ai donc du m'arrêter à 20h malgré que je pouvais faire encore 40kms sans problème. Du coup, il m'en reste encore 170 avant Uméa et la dernière étape va être longue. A noter que mes ficelles ont cassé aujourd'hui et j'ai du faire une nouvelle réparation de fortune.

0 miam   [0 commentaire ]

Article du jeudi 29 juillet 2010 à 17h29

Etape 24. Sundsvall- Harnosand (60+-10kms)

J'ai dormi cette nuit sur un grand parking au bord d'un lac où plusieurs camping-cars s'étaient arrêté pour la nuit. Le matin, j'ai parcouru les 10kms pour Sundsvall et j'ai trouvé un restaurant Mc Donald le long de la route : ces restaurants sont super pour moi, au prix d'un jus de fruit tropicana vendu 1 euro, on a un accès illimité au réseau internet wifi ce qui me permet de consulter les plans google map, mettre à jour mon blog, et lire mes mails. Les toilettes sont aussi très pratiques pour se laver les dents. J'ai ensuite continué mais la route E4 s'est transformée en autoroute, interdite aux vélos. J'ai demandé à des gens qui m'ont confirmé que c'était bien interdit et que la police risquait de m'arrêter si je m'y aventurais. Ils m'ont conseillé de reprendre la direction du centre ville et j'ai donc fait demi tour mais après avoir tourné en rond au centre ville sans trouver ma direction ni d'indication pour les cyclistes je commençais à sérieusement en avoir marre et, repensant à toutes ces galères pour longer des autoroutes depuis que je suis parti, j'ai décidé de m'aventurer quand même sur cette autoroute pour quelques kilomètres. C'est moins dangereux de rouler à droite de la bande d'arrêt d'urgence d'une autoroute qu'à l'intérieur d'une route nationale très fréquentée, mais cela n'a pas empêché les voitures de me klaxonner avant que, 2 kilomètres plus loin, les gendarmes ne s'arrêtent à ma hauteur. Ils ont été très sympa avec moi mais j'ai du prendre la sortie suivante et je me suis retrouvé dans une grande zone commerciale, à ne plus savoir où aller. J'étais vraiment perdu et très fatigué. J'ai trainé 2 heures dans cette zone, achetant au passage 2 sacs à dos, un pour alléger mon chargement arrière, un autre par sécurité au cas où tout lâche. J'ai fais les provisions de nourriture, et j'ai trouvé un autre mac do pour consulter les plans des alentours avant de pouvoir continuer, de crever (2 crevaisons en 2 jours alors que aucune jusqu'ici) et de trouver un camping un peu plus loin. Pas une grande journée mais je suis bientôt arrivé, la dernière pancarte indiquait Uméa 235 sur cette route E4, cela fera sans doute un peu plus vu que certaines parties sont interdites aux vélos.

0 miam   [0 commentaire ]

Article du jeudi 29 juillet 2010 à 17h16

L'état général à 3 jours de l'arrivée.

La chaine du vélo est rouillée et fait du bruit, il n'y a plus qu'un seul des 3 plateaux qui fonctionne, les pneus sont usés, il y a un gros antivol qui est coincé sur le vélo et un deuxième plus petit accroché à la selle (le 3ème, l'original, a été oublié quelque part en Allemagne), il y a des chaussettes qui pendent sur le panier et un bas de jogging accroché à l'arrière pour sécher, on entend parfois de gros bruits dont l'origine est inconnue (probablement dans le pédalier), le porte bagage qui se fixe sur la selle est cassé à 3 endroits et ne tient désormais plus qu'avec des ficelles si bien tendues que l'on pourrait y jouer de la musique, le corps aussi est fatigué : un genou et un mollet sont affaiblis et les jambes ne tournent plus très vite. Mais je suis proche du but et je pense que tout cela pourra tenir jusqu'au bout.

0 miam   [0 commentaire ]