2013. Besançon - Montpellier - Barcelona - Valencia - Sevilla - Canary Islands - Gibraltar - Lisbon - Porto - Bordeaux - Strasbourg - Amsterdam - Copenhagen - Stockholm - North Cape - Oslo - Berlin - Prague - Munich - Besançon. 2014 : Besançon - Nice - Milan - Dubrovnik - Rome - Turin - Paris - Reykjavik - Halifax - Montréal - New-York - Washington - Orlando. 2015 : Miami - Orlando - New Orleans - San Antonio - Chicago - Toronto - Winnipeg - Calgary - Vancouver - Seattle - San Francisco - Los Angeles - Las Vegas. 2016 : Las Vegas - Salt Lake City - Seattle - Hawaii - Sydney - Brisbane - Darwin - Bali - Singapour- Kuala Lumpur - Katmandu. 2017 : Besançon - Vienna - Budapest - Belgrad - Izmir - Nicosie - Tabriz - Mashhad - Dushambe









Ou suis-je / Where am i?
29/07/2017 :
Douchanbé, Tajkistan


Derniers commentaires /
Last Comments

>>   Par Grard, le 18/05
       "des gens qui semblent tous...
>>   Par Florent, le 23/01
       Merci Grard et Christine,...
>>   Par Grard Martinez, le 22/01
       Heureux de te retrouver! On...
>>   Par Florent, le 19/11
       Dsol si je ne donne plus...
>>   Par Grard Martinez, le 17/10
       Bonjour Florent. Il y a un...



Anciens voyages :
>> Tour de France (83)
>> Aller retour en Suède (45)
>> Malte - Besançon (7)




Articles 21 - 25 / 45
3 4 5 6 7


Article du jeudi 29 juillet 2010 à 17h09

Etape 23. Ljusdal - Sundsvall (123+-3kms)

Des longues montées en faux plats, des jolis paysages, et le soleil. J'ai suivi le matin pendant 30kms une piste mi goudron mi terre avec beaucoup de cailloux entre Ljudsal et Hassela. J'ai pu avancer, certes à une vitesse réduite, mais en trouvant beaucoup de fleurs et de coins sympa le long du chemin. J'ai pu observer un écureuil au bord de la route. Un peu plus tard j'ai découvert un problème important avec mon porte bagages arrière, alors qu'une soudure importante avait déjà lâché peu avant Hambourg, cette fois ce sont les 2 tubes du porte bagage qui se sont brisés. Le porte bagages tient désormais en un seul morceau uniquement grâce au panier qui est fixé dessus, et aux ficelles que j'avais rajouté. J'ai pu réparer avec 2 ficelles et recharger le panier. Les ficelles sont si bien tendues que l'on pourrait y jouer de la musique, et d'ailleurs la fréquence des sons obtenus me renseigne sur leur tension et me permet d'ajuster le système. Espérons que tout cela tienne jusqu'au bout, je suis bientôt arrivé.

0 miam   [0 commentaire ]

Article du samedi 24 juillet 2010 à 09h43

Etape 22. Voxna - Ljusdal (100+-4kms)

La route en Suède : une belle route en bon état, assez large et surélevée, bordée de deux trous d'un à 2 mètres de haut de chaque coté et séparée d'au moins 5 mètres de tout arbre. J'imagine que cela évite que les racines abiment la route tout en permettant un dégagement plus facile de la neige l'hiver. Les habitants du Haut-Doubs, dans ma lointaine région, pourraient prendre exemple.
La foret en Suède : Une forêt immense, entretenue et exploitée, quasiment impénétrable en raison de nombreux moustiques et mouches en tous genres, avec des élans, des jolies fleurs, des champignons, et, dans certaines régions, des loups et des ours. Y à t-il beaucoup de forêts en Suède ou la Suède est-elle elle-même une forêt? C'est la question que l'on peut se poser tant elle semble recouvrir le territoire.
La route en suède et la foret en suède : ce fut l'étape de ce jeudi 22 juillet. Au moins 95% du trajet sur une route en foret, dont 62kms entre Edsbyn et Farila à ne rien voire d'autre : on finit par s'en lasser car les paysages ne changent pas et c'est ennuyant. Seulement 2 villages d'une dizaine d'habitations chacun sur 62 kms. On croise une voiture toute les demi heure environ. Quelques petits lacs, mais moins que les autres jours. Ce fut une étape plus courte que les précédentes. Après 470kms en 3 jours, j'ai bien avancé, et il me reste 5 jours pour réaliser les 500 derniers kilomètres environ. Je peux donc terminer tranquillement, en roue libre peut-on dire, avec des étapes plus courtes d'une centaine de kilomètres chacune. Tant mieux, car mon vélo commence à fatiguer : il fait depuis ce midi de drôles de bruits assez désagréables, qui proviennent certainement des roulements dans le pédalier. Les rayons sont détendus et la chaine aurait bien besoin d'être regraissée. Mon corps aussi fatigue, hier c'était le genou droit, ce soir c'est au tour du mollet gauche de donner des signes de faiblesse. Je vais faire attention à manger correctement et surtout à bien boire ces prochains jours afin de terminer ce voyage dans les meilleurs conditions et profiter au mieux de ces derniers jours de vélo avant le but final.

0 miam   [3 commentaires ]

Article du samedi 24 juillet 2010 à 09h37

Etape 21. Vansbro - Voxna (165+-4kms)

Une longue étape, encore plus de 150kms. Je pédale toute la journée. Je pensais dormir dans un camping situé à 125 kms du départ, mais ce camping indiqué sur ma carte était inexistant et j'ai du parcourir 40 kms supplémentaires pour me rendre au camping suivant. J'aurais pu dormir dans la nature, le camping sauvage, c'est bien. Mais quand on fait du vélo, une douche tous les 2 jours, c'est un minimum. J'ai mangé un bon repas à midi, et soulagement, après 2 jours passés en suède je constate que les prix ici sont similaires à ceux de la France. On trouve quand même des différences importantes suivant les articles : +30% pour le chocolat ou -50% pour les excellentes fraises locales par exemple, vendues par barquettes de 500g que je mange d'un coup devant le magasin. Transporter des fraises sur mon vélo, j'ai déjà essayé mais cela produit un jus de fraise qui coule sur toutes mes affaires et je ne vais pas recommencer. J'ai aussi trouvé des boulangeries pâtisseries le long du chemin, je n'en avais pas vu en Norvège, et très peu en Allemagne ou au Danemark : dans ces pays les gens achètent surtout leur pain dans les magasins. Les pâtisseries en suède ne proposent pas d'aussi bonnes choses qu'en France, mais elles ont l'avantage de posséder toutes une terrasse ou l'on peut déguster son croissant. Ils proposent également des boissons et j'ai pu prendre un thé avec une viennoiserie ce matin. Aujourd'hui j'ai encore vu beaucoup de forets et de lacs, mais je crois que ça va être comme cela tout le long du chemin désormais. Environ 60% de la journée en forêt. De nombreuses personnes m'avaient mi en garde contre les moustiques omniprésents dans les pays scandinaves. J'ai pu vérifier leurs dires aujourd'hui. Impossible de s'arrêter 30 secondes sans être harcelé de toutes parts. Ce soir, je m'endors sous le sifflement de dizaines voire centaines de moustiques qui tournent autour de ma tente. Je ne vais pas pouvoir sortir de la nuit et demain je vais devoir replier la tente à grande vitesse avec mes vêtements de pluie et ma capuche. J'ai bien acheté un bracelet antimoustiques en France, mais celui ci est 100% inefficace.

0 miam   [0 commentaire ]

Article du samedi 24 juillet 2010 à 09h34

Etape 20 : Oyeren - Vansbro (160+-5kms)

Je suis entré ce matin après 10kms dans le royaume de Suède, et j'y suis entré par la grande porte : celle de la nature. Une immensité verte parsemée d'innombrables petits lacs, un toutes les 3 minutes environ, une fois à droite, une fois à gauche, parfois les 2. Un lac par habitant à peu de choses près ici. Heureusement hier soir que je n'ai pas cherché à sortir de la forêt pour trouver un meilleur endroit pour dormir, car aujourd'hui j'ai passé la journée dans cette même forêt : je pouvais pédaler encore longtemps. A croire que la Suède est une immense forêt. Malgré le ciel couvert, cela a donné une superbe journée. J'ai bien roulé : environ 160 kms. J'ai vu mon premier élan, depuis le temps que les pancartes en annoncent j'ai été content d'en voire un. Il était assez loin derrière une clairière et il est parti quand il m'a vu, ça n'a donc pas duré longtemps et je ne l'ai pas très bien vu, j'espère qu'il y en aura d'autres les prochains jours. J'ai trouvé dans la soirée un petit coin sympa pour planter ma tente et je dors ce soir dans la nature, malgré la présence des loups qui chassent pas très loin, mais je suis près d'une route assez fréquentée, d'une habitation, et j'imagine que ces bêtes ont plutôt peur des hommes.

0 miam   [0 commentaire ]

Article du samedi 24 juillet 2010 à 09h29

Etape 19. Oslo - Oyeren (152+-6kms).

Ce fut une longue journée de vélo, j'aimerais arriver à Uméa avant lundi soir, et comme j'ai modifié mon parcours ce sera sans doute encore plus long. J'ai donc pédalé toute la journée, une étape d'au moins 150 kms. Les 40 premiers kilomètres pour quitter Oslo furent pénibles car difficile de trouver le chemin. Ensuite il a longtemps plu, une pluie fine et pas très dérangeante mais le ciel est très chargé et rend les paysages moins jolis que les jours précédents. Pourtant j'ai encore vu de beaux petits lacs perdus au milieu de forets. Le soir tard, justement, j'ai traversé une foret immense, je cherchais un coin pour dormir tranquille mais je ne voulais pas dormir seul au milieu d'une si grande forêt dont je ne voyais pas le bout. Après 20 kms à en ligne droite dans la foret, je suis arrivé à une intersection où un cycliste regardait sa carte. Je lui ai demandé si il savait ou il allait dormir, pensant l'inviter à planter sa tente à coté de la mienne dans la foret, il m'a dit qu'il y avait un camping dans la foret 8 kms plus loin, et que, malgré l'heure (22h15), on pouvait entrer, il connaissait le propriétaire. On a bien discuté, lui aussi est parti de Oslo ce matin (150kms à son compteur) et à fait la même route que moi, mais il ne voyage que sur deux jours, il est parti une heure plus tôt que moi le matin et je l'ai rattrapé, et le soir j'étais en bien meilleure forme que lui ça m'a fait plaisir mais il était un peu plus chargé. Il s'est plaint de la météo du jour : ce n'est pas la première fois que j'entends un norvégien s'en plaindre : ils ont un pays magnifique, ils ont de l'argent, et ils voudraient encore le soleil, ils exagèrent. Bref j'ai fini par atterrir presque de nuit dans un camping au milieu de cette très vaste foret sauvage. Et je n'ai pas regretté de me poser la. C'est le plus beau camping que je n'ai jamais fait. Au milieu de cette immense foret, au bord d'un petit lac sauvage, il y a le calme, les odeurs de la foret, l'eau et un décor magnifique. Des sanitaires exceptionnels avec des tableaux peints un peu partout de créature de la forets, des trolles, mais aussi des animaux et autres curiosités propres à ce milieu. Ma maman aurait aimé, et j'espère pouvoir un jour retourner dans ce camping.

0 miam   [0 commentaire ]