Ou suis-je / Where am i?
27/10/2017 :
Beyneu, Kazakstan


Derniers commentaires /
Last Comments

>>   Par Florent, le 13/11
       Merci Evelyne et Patrick,...
>>   Par Evelyne Patrick , le 13/11
       Bon Courage Florent on pense...
>>   Par inconnu, le 09/11
       Bonjour Florent...Griffe de...
>>   Par inconnu, le 09/11
       Que d'emotion Florent....
>>   Par Florent, le 08/11
       Oui c'était génial de croiser...



Anciens voyages :
>> Tour de France (83)
>> Aller retour en Suède (45)
>> Malte - Besançon (7)




Articles 31 - 35 / 266
5 6 7 8 9


Article du dimanche 8 novembre 2015 Ă  20h50

Etapes 517 - 521. Los Angeles – Las Vegas (421 kilomètres)

America is amazing. Encore beaucoup de très belles choses sur ce parcours, mais maintenant les jambes et le vélo ont assez donné et il est temps de faire une grande pause! Ma dernière paire de patins de freins est en effet usée (tout comme les pneus) et les patins Magura sont introuvables en Amérique (15 magasins de vélo testés). J'ai donc fait une croix sur des parcours intéressants dans les montagnes et pris le chemin le plus court vers Las Vegas (400 kilomètres) où l'avion m'attend. A Los Angeles, j'ai profité d'un show spectaculaire d'Iggy Pop, gratuit juste au pied de l'auberge de jeunesse où j'étais. J'ai ensuite repris le vélo pour une étape 100% urbaine de 70 kilomètres de long puis le jour suivant à Victorville j'ai retrouvé Pau et nous avons roulé trois jours ensemble pour traverser le désert des Mojaves. Rouler sans freins fut un peu fou. A 50km/h dans les descentes il ne faut pas avoir peur! Mais sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute il n'y a pas trop de risque de devoir s'arrêter. Aux Etats-Unis l'autoroute est interdite aux cyclistes sauf quand il n'y a pas d'autre route ce qui était le cas ici. Je me suis adapté à cette absence de freins comme j'ai pu, la technique qui consiste à freiner avec les pieds marche bien, et ça tombait bien car mes chaussures étaient complètement usées mais il restait un peu de semelle en dessous. J'aime bien user mon matériel jusqu'au bout. Cela dit il y a toujours une limite à ne pas dépasser et avec le mollet droit je suis vraiment allé trop loin, je me suis fait un probable claquage sur l'étape 515 et la semaine de pause à Los Angeles n'a pas été suffisante pour guérir. Fort heureusement mon corps ne m'a pas lâché dans le désert et j'ai pu atteindre Las Vegas en pédalant mais depuis que je suis à Las Vegas le mollet est vraiment enflé et douloureux à chaque pas...Il était temps que ça s'arrête et cette pause hivernale tombe à pic! Le désert fut parfois splendide avec des arbres (Joshua tree) très spéciaux et des belles couleurs. L'arrivée à Las Vegas fut surprenante avec des avions de ligne qui volaient à quelques dizaines de mètres au dessus de moi avant d'atterrir à l'aéroport situé au centre ville...Comme l'économie de la ville est basée sur les hôtels/casinos tout est fait pour rendre le transfert aéroport/hôtel le plus simple possible et l'aéroport est donc en pleine ville. Las Vegas, ville de 2 millions d'habitants en plein désert, brille de nuit et consomme beaucoup d'eau ce qui pose inévitablement des questions au visiteur qui arrive. L'eau provient en fait de la rivière Colorado (la ville pompe quasiment tout le débit de la rivière) et l'énergie est d'origine renouvelable (hydraulique et solaire) et donc sans impact pour le climat. Le solaire n'est pas photovoltaïque, l'impressionnante centrale à côté de laquelle je suis passé contient un réseau de 170 000 miroirs qui focalisent les rayons du soleil en haut de trois tours pour porter de l'eau à ébullition et faire tourner des turbines...Cette centrale futuriste qui a ouvert l'an dernier laisse de l'optimisme pour l'avenir de la planète car le coût du kilowattheure produit est plus faible que pour une centrale nucléaire (mais reste plus cher que pour une centrale au gaz, les Etats-Unis ayant du gaz) mais surtout, l'augmentation du prix de vente est plafonnée à 1% par an pendant 50 ans, ce qui fait toute la différence avec les autres énergies. Après la découverte de cette ville et encore beaucoup de belles rencontres avec les locaux ou voyageurs, je vais ce soir assister à un concert de Céline Dion pour finir cette année de voyage en beauté, puis direction la France pour une pause hivernale. Merci de m'avoir lu et à la prochaine (probablement février) pour la suite des aventures!

Etape 517. Los Angeles - Claremont. 76 kms en 5h25 (14,0 km/h). Asc 700m.
Etape 518. Claremont - Victorville. 35 kms en 2h30 (14,1 km/h). Asc 300m (+Voiture 40kms)
Etape 519. Victorville - Desert. 130 kms en 7h06 (18,3 km/h). Asc 500m.
Etape 520. Desert - Desert. 98 kms en 7h41 (12,7 km/h). Asc 1500m.
Etape 521. Desert – Las Vegas. 82 kms en 5h49 (14,2 km/h). Asc 300m.


99 miams   [4 commentaires ]

Article du lundi 26 octobre 2015 Ă  18h06

Etapes 504 - 516. San Francisco – Los Angeles (836 kms)

Après San Francisco direction la Silicon Valley, pôle de hautes technologies dans le domaine de l'informatique, siège de Apple, Facebook, Google et bien d'autres. A Palo Alto je suis passé devant les locaux de Facebook, il n'y avait rien de spécial à voir, je n'ai même pas pris de photo des bâtiments. Un peu plus loin, à Mountain View, ce fût plus intéressant chez Google : dans cette ville, le géant de l'Internet emploie 20 000 personnes (soit près de la moitié de leurs effectifs mondiaux) dans une soixantaine de bâtiments. Leur campus principal est ouvert aux visiteurs et il y a des tables, des chaises et le wifi gratuit, ce fut parfait pour moi pour travailler une journée sur des projets éducatifs innovants dans le domaine de l'Internet. A Mountain View, j'ai été hébergé deux nuits par Alison du réseau Warmshowers. Mon hôte et son appartement ne payaient pas de mine... Un minuscule T2 qui se louerait à moins de 400 euros par mois à Besançon. J'ai pensé que Alison devait être livreuse de pizza ou quelque chose dans le genre mais le deuxième soir elle m'a invité au restaurant et elle m'a dit qu'elle travaillait pour une petite entreprise qui développe un système d'exploitation pour des voitures sans conducteurs, elle programme en C son logiciel et va régulièrement le tester dans la forêt noire en Allemagne. Elle paie en fait 1500 euros par mois pour son minuscule appartement, et un oeil sur les annonces immobilières locales m'a permis de constater que les maisons à vendre débutent à 1 million d'euros dans le secteur...C'est comme ça dans la Silicon Valley. Ensuite je n'ai pas trop trainé et j'ai rapidement quitté cette fourmilière humaine et automobile pour aller respirer l'oxygène dans les montagnes avoisinantes à 800 mètres d'altitude, après un petit détour par l'immense campus de la très réputée université d'Oxford. J'ai retrouvé des forêts magnifiques de séquoias avant de redescendre sur l'océan. Observation de phoques puis d'impressionnants éléphants de mer qui se prélassaient et se faisaient dorer la pilule sur la plage sous le regard des nombreux passants, et toujours ces quelques pélicans voire même des dauphins qui jouaient dans leur élément tandis que je descendais toujours plus au sud vers Los Angeles. Petite pause sur la plage de Malibu pour une baignade dans des rouleaux gigantesques : je n'avais jamais vu d'aussi grosses vagues et ce fut parfait pour m'éclater un peu tout en massant et détendant les jambes qui en avaient bien besoin. Enfin l'arrivée dans l'agglomération de Los Angeles (18 millions d'habitants) et une étape vers Hollywood hier qui ne m'aura pas réconcilié avec le septième art...La poisse toute la journée et incapable d'atteindre la colline avec marqué Hollywood alors que je n'en étais qu'à 15 kilomètres le matin. Néanmoins en revenant sur mes pas pour aller trouver un hébergement de dernière minute en direction de Beverly Hills je suis tombé par hasard sur l'avenue où il y a toutes les étoiles au sol avec les noms d'acteurs célèbres, une rue très animée par ailleurs et cela a terminé en beauté cette journée du dimanche et cette portion du parcourt. Allez maintenant assez parlé place aux images, si vous avez fait l'effort de lire jusqu'ici vous allez être bien récompensé avec les photos. A bientôt pour la suite des aventures.

Etape 504. San Francisco – San Mateo. 35 kms en 2h28 (14,3 km/h). Asc 200m.
Etape 505. San Mateo - Mountain View. 48 kms en 2h59 (17,0 km/h). Asc 100m.
Etape 506. Mountain View. - Big Bassin Redwoods State Park. 67 kms en 3h12 (12,9 km/h). Asc 1300m.
Etape 507. BBRSP – Santa Cruz. 39 kms en 2h15 (17,3 km/h). Asc 300m.
Etape 508. Santa Cruz - Monterey. 76 kms en 5h00 (15,2 km/h). Asc 600m.
Etape 509. Monterey - Big Sur . 52 kms en 3h31 (14,6 km/h). Asc 700m.
Etape 510. Big Sur - Lucia. 45 kms en 3h12 (14,1 km/h). Asc 700m.
Etape 511. Lucia - San Simeon. 64 kms en 3h35 (17,9 km/h). Asc 700m.
Etape 512. San Simeon - Oceano. 87 kms en 4h44 (18,4 km/h). Asc 500m.
Etape 513. Oceano - Lompoc. 74 kms en 4h13 (17,5 km/h). Asc 700m.
Etape 514. Lompoc - Carpinteria. 105 kms en 5h31 (19,1 km/h). Asc 700m.
Etape 515. Carpinteria - Venice. 124 kms en 6h31 (19,0 km/h). Asc 400m.
Etape 516. Venice – Los Angeles. 20 kms en 1h39 (12,3 km/h). Asc 300m.


98 miams   [4 commentaires ]

Article du vendredi 9 octobre 2015 Ă  05h05

Etapes 490 - 503. Beverly beach – San Francisco (1043 kms)

La route est longue, la route est belle. Ici elle est superbe. Des forêts luxuriantes primitives de l'Oregon aux routes escarpées des collines arides californiennes, cette portion du parcours m'aura comblé. Si la Louisiane ou le Texas au printemps n'étaient pas spécialement excitants, et si la traversée du Canada cet été fut longue et laborieuse, l'ouest américain tient toutes ses promesses et mes efforts se trouvent ici récompensés. Et ce n'est pas fini. Les forêts tout d'abord. Une matinée dans des bois jamais touchés par l'homme à Florence (Oregon) pour cueillir des champignons aura été l'occasion de voir ce qu'est une forêt primaire et ce qu'elle a toujours été avant l'arrivée des hommes : un enchevêtrement d'arbres pourris à des degrés divers depuis des décennies, certains géantissimes qui ont des siècles voire plus, beaucoup de fougères et une végétation qui se bat pour faire sa place sur chaque mètre carrée. Le plus beau et le plus impressionnant fut un peu plus au sud, dans les parcs régionaux et nationaux de "redwoods" avec des arbres (séquoia) qui dépassent parfois les 1500 ans d'âge, une forte densité d'arbres géants morts ou vivants, certains aux formes ou particularités surprenantes, d'autres tellement gros qu'on peut faire une "maison" à l'intérieur du tronc, et au milieu de tout cela une petite route forestière qui sillonne entre les troncs démesurés. Génial. J'aurai aimé que cette forêt dure plus longtemps (seulement quelques jours) car on se sent vraiment bien dans cet endroit. Le contraste fut ensuite très fort entre cette forêt humide et les paysages arides d'herbes sèches et de roches dénudées de la Californie, juste quelques jours plus tard. Une Californie dont je n'attendais rien et qui m'offre des magnifiques paysages. Et une étape 493 qui se classe dans le top 5 des plus belles étapes depuis le départ, de plus de 100 kilomètres avec des vues prenantes sur l'océan avec des petits îlots rocheux côtiers, étape terminée de nuit sous un magnifique ciel étoilé. J'ai parfois roulé tout feux éteints pour progresser dans le noir absolu sous la voute céleste avec la voie lactée qui plongeait dans l'océan à droite tandis qu'à gauche, sur les montagnes, se levait une lune éclipsée à 99% par l'ombre de ma planète. J'ai fini l'étape en regardant la Lune redevenir normale...On a vu pire comme comme fin d'étape! Toujours beaucoup de compagnie sur cette portion, si j'ai rapidement quitté le petit groupe des Alpes (suite à un imprévu il/elles ont du prendre un bus), j'ai retrouvé par hasard Robert, un cycliste état-unien croisé 2 mois et 4000 kilomètres auparavant près de Thunderbay. On s'était bien dit qu'on se reverrait peut-être à l'automne sur la côte ouest, mais entre le dire et le faire, il fallait le faire! J'ai fait beaucoup de rencontres d'autres cyclistes, le soir on se retrouve sur l'emplacement "Hiker/Biker" des "States parks" (jusqu'à 16 voyageurs à vélo en même temps). Autour d'un feu de camp on partage notre nourriture et on fait fondre des chamallows fourrés de chocolat. En bon français j'ai toujours une bouteille de vin dans mes sacoches et j'offre le vin tandis que le belge offre les bières. Le lendemain j'ai le choix des partenaires de route et c'est surtout avec Markus (Angleterre), François (Belgique) et Erica (Canada) que j'ai roulé, puis seulement avec Erica les derniers jours. Je me suis souvent demandé "San Francisco, où êtes vous?" et finalement San Francisco est apparue sous mes yeux derrière le fameux Golden Gate Bridge que j'ai emprunté pour entrer dans la cité. Ce fut encore génial. Le pont n'est pas plus long, plus impressionnant ou plus beau que trois ponts New-Yorkais traversés l'an passé mais il porte en lui la symbolique de la ruée vers l'or et surtout les vues sur les paysages sont magnifiques. Enfin je suis entré dans San Francisco d'où j'écris cette article avant de continuer toujours plus vers le sud.

Le chargement des photos est plus long que d'habitude car d'avantage de photos...patience. J'ai fait une vidéo mais j'ai du mal à la diffuser, donc plus tard.

Etape 490. Beverly beach - Florence. 98 kms en 6h51 (14,3 km/h). Asc 900m.
Etape 491. Florence – Wincherster Bay. 39 kms en 2h50 (14,0 km/h). Asc 400m.
Etape 492. Wincherster Bay - Bandon. 74,1 kms en 4h35 (16,1 km/h). Asc 600m.
Etape 493. Bandon - Brookings. 137 kms en 8h25 (16,2 km/h). Asc 1300m. Max 68,3km/h.
Etape 494. Brookings - Klamath. 68 kms en 5h03 (13,5 km/h). Asc 600m.
Etape 495. Klamath – Berry Glenn. 30 kms en 2h21 (12,8 km/h). Asc 400m.
Etape 496. Berry Glenn - Arcata. 75 kms en 4h17 (17,5 km/h). Asc 600m.
Etape 497. Arcata - Burlington. 83 kms en 5h01 (16,6 km/h). Asc 400m.
Etape 498. Burlington - Leggett. 71 kms en 4h22 (16,3 km/h). Asc 900m.
Etape 499. Leggett - Cleone. 67 kms en 4h36 (14,5 km/h). Asc 1100m.
Etape 500. Cleone - Manchester. 69 kms en 4h49 (14,4 km/h). Asc 800m.
Etape 501. Manchester – Bodega Bay. 111 kms en 6h52 (16,1 km/h). Asc 1300m.
Etape 502. Bodega Bay - Sausalito. 104 kms en 6h52 (15,1 km/h). Asc 800m.
Etape 503. Sausalito – San Francisco. 17 kms en 1h24 (11,8 km/h). Asc 200m.


99 miams   [4 commentaires ]

Article du mercredi 23 septembre 2015 Ă  19h25

Etapes 482 - 489. Seattle – Beverly beach (598 kilomètres)

C'est au son de Nirvana, chargé comme une mule après un passage à Trader's Joe, que j'ai quitté Seattle par le "Urban Trail", long, droit et parfait parcourt cyclable en site propre pour sortir de l'agglomération. J'écoutais Nirvana sans savoir que j'allais passer 3 jours plus tard dans la ville du chanteur Kurt Cobain. C'est seulement la veille que j'ai appris que cette petite ville qui était sur mon parcours était la ville de Kurt, et quand j'y suis arrivé, alors qu'il y avait un bazar comme jamais dans mon panier et par dessus mon gros sac arrière, j'ai été accueilli par une pancarte "Welcome to Aberdeen, come as you are"...ça tombait bien. Pauli, qui m'hébergeait pour une dizième nuit consécutive en warmshowers (record) m'a emmené le lendemain dans un petit parc dédié à ce génie de la musique, près d'un pont de la rivière Wishkah où sous lequel Kurt se droguait, dormait parfois et composait ses chansons. C'est assez incroyable d'arriver dans un tel endroit et les jours suivants je n'ai eu de cesse de me faire péter du Nirvana à fond dans le casque stéréo mais aussi sur le vélo malgré que je n'ai plus mes enceintes sur le panier. J'ai rejoint la route cyclable du Pacifique, l'une des routes les plus fréquentées au monde par les voyageurs à vélo, peut-être même la plus fréquentée, alors il n'est pas difficile de faire des rencontres. Je suis rapidement tombé sur un groupe de jeunes français tout droit sortis des Alpes (Grenoble) et qui descendent aussi dans le sud. Nous avons roulé deux jours ensemble puis à cause de la pluie et d'un vent défavorable je me suis arrêté une journée, puis le jour suivant j'ai fait une double étape pour les rattraper, étape terminée de nuit sous un magnifique ciel étoilé avec quelques vues grandioses sur l'océan Pacifique avec le reflet de la Lune, et la traversée de nuit d'une dense forêt au milieu des pumas, ours noirs ou des loups sur une petite route sans circulation...Ambiance très spéciale, tous les sens sont en éveil. La journée, les paysages sont superbes, j'ai retrouvé sur l'océan Pacifique les pélicans laissé sur l'océan Altantique, il y aussi dans la forêt un gros oiseau bleu étonnant, et près du rivage des mouettes et d'autres gros oiseaux. La végétation dense des forêts rend certaines petites routes singulières, et le voyage palpitant. J'aime aussi les petites îles rocheuses et hautes près des rives de l'océan, et bien sûr les vues générales quand on commence à prendre de la hauteur.

Petit montage vidéo réalisé par Gérard, un fan de ce blog rencontré en Norvège, à partir de la vidéo précédente. Merci Gérard!



Etape 482. Seattle - Tacoma. 71 kms en 5h22 (13,3 km/h). Asc 700m.
Etape 483. Tacoma - Olympia. 56 kms en 4h01 (14,0 km/h). Asc 200m.
Etape 484. Olympia - Aberdeen. 84 kms en 5h59 (16,8 km/h). Asc 400m.
Etape 485. Aberdeen - Grayland. 44 kms en 3h10 (13,7 km/h). Asc 300m.
Etape 486. Grayland - Bruceport. 59 kms en 3h16 (18,1 km/h). Asc 100m.
Etape 487. Bruceport - Ilwaco. 54 kms en 2h51 (18,9 km/h). Asc 300m.
Etape 488. Ilwaco - Cape Lookout. 140 kms en 7h50 (17,8 km/h). Asc 1000m.
Etape 489. Cape Lookout – Beverly Beach state park. 91 kms en 6h09 (14,7 km/h). Asc 1000m.


99 miams   [6 commentaires ]

Article du dimanche 20 septembre 2015 Ă  01h27

Etapes 477 - 481. Vancouver – Seattle (303 kilomètres)

Vancouver est une ville de 2 millions d'habitants (aire urbaine), assez étendue, qui possède la particularité d'être l'une des villes les plus cosmopolites du monde, en effet 37% des habitants sont nés à l'étranger et 52% ont une langue maternelle autre que l'anglais, il y a notamment beaucoup d'asiatiques et ça fait bizarre de se retrouver à côté de gens de l'Inde dans la file d'attente des magasins. Lorsque j'ai dit que je venais de France on m'a demandé si mes parents étaient nés en France, ici l'origine des parents est une question courante, alors qu'on ne m'avait jamais posé cette question auparavant. J'ai eu un peu l'impression d'arriver au bout du monde, la où les cultures occidentales et asiatiques se rejoignent. Je me suis rendu au stade olympique pour faire une petite photo avec le manteau des JO. C'est la deuxième fois que ce manteau, porté par le biathlète franc-comtois Gilles Marguet lors des jeux de 2010, venait ici. Puis j'ai quitté Vancouver par le nord pour aller prendre un ferry pour l'île de Vancouver, sur les recommandations de nombreux canadiens : une île soit-disante "beautiful", "georgous", "amazing" etc avec tous les superlatifs et la ville de Victoria "la plus belle du Canada". Il faut toujours se demander ce à quoi les gens comparent quand ils parlent comme cela. Comparativement au reste du Canada ce fut certes un peu moins ennuyant, mais pour un français qui a déjà fait un tour de France et déjà vu pas mal de choses réellement grandioses en 32 000 kilomètres sur deux continents, et bien ce fut un peu décevant car il n'y avait rien à voir! J'ai fini par la ville de Victoria qui était effectivement jolie, très fleurie avec un petit port de plaisance et deux beaux bâtiments (un beau bâtiment étant une chose très rare au Canada, quand il y en a deux dans la même ville il faut le signaler). J'ai quitté Victoria avec un ferry pour Port-Angeles aux Etats-Unis et j'ai laissé derrière moi le deuxième plus grand pays du monde pour entrer dans le troisième plus grand. Un peu de stress au passage de la frontière car je voyage sans le visa 6 mois sans être revenu dans mon pays, les douaniers m'ont posé plein de questions auxquelles j'ai répondu le plus court et honnêtement possible et c'est allé. Me revoilà maintenant aux States. Ma curiosité m'a d'abord dirigé vers Seattle. J'ai roulé sur des super trails (parcours en pleine nature) le long du chemin. L'ouest des Etats-Unis est réputé très accueillant pour les vélos et j'ai pu rapidement le vérifier. Rien de bien spécial à signaler à Seattle, c'est une ville de taille semblable à Vancouver, mais beaucoup plus moche. Comme j'ai été invité dans une soirée étudiante et que ce fut une bonne soirée, ça restera un bon souvenir.

Si vous avez 8 minutes devant vous, vous pouvez regarder ma petite vidéo et notamment admirer la course de l'ourson!



Etape 477. Vancouver - Nanaimo. 38 kms en 2h49 (13,6 km/h). Asc 500m.
Etape 478. Nanaimo – North Saanich. 79 kms en 4h56 (16,0 km/h). Asc 900m.
Etape 479. North Saanich – Port Angeles. 29 kms en 1h57 (15,0 km/h). Asc 400m.
Etape 480. Port Angeles - Quilcene. 76 kms en 4h44 (16,1 km/h). Asc 900m.
Etape 481. Quilcene - Seattle. 80 kms en 5h39 (14,2 km/h). Asc 700m.


66 miams   [2 commentaires ]