Ou suis-je / Where am i?
27/10/2017 :
Beyneu, Kazakstan


Derniers commentaires /
Last Comments

>>   Par Florent, le 13/11
       Merci Evelyne et Patrick,...
>>   Par Evelyne Patrick , le 13/11
       Bon Courage Florent on pense...
>>   Par inconnu, le 09/11
       Bonjour Florent...Griffe de...
>>   Par inconnu, le 09/11
       Que d'emotion Florent....
>>   Par Florent, le 08/11
       Oui c'était génial de croiser...



Anciens voyages :
>> Tour de France (83)
>> Aller retour en Suède (45)
>> Malte - Besançon (7)




Articles 6 - 10 / 7
1 2


Article du samedi 9 janvier 2010 Ă  22h34

Malte

J’arrive à Malte le lundi 19 octobre au soir, bien accueilli par mon petit frère qui m’offre un resto. Mon frère, Baptiste, est ingénieur volontaire international en entreprise dans le domaine de l'environnement, après avoir travaillé 1 an à Marrakech, il travaille à Malte sur la réalisation d'une importante usine qui traitera l'ensemble des eux usées des 400 000 habitants de cette petite île (projet financé à 50% par l'Europe). Malte est un pays composé de 3 iles, l'ile principale (Malte, 30kms de long), une ile minuscule et désertique (Comino, 1km) et un peu plus loin une autre île (Gozo, 10kms). L'anglais et le maltais (mélange d'italien et d'arabe) sont les 2 langues officielles, on y roule à gauche, ce qui est très dangereux en vélo quand on n’a pas ses repères et des mauvais réflexes. D'une densité de population record (jusqu'à 1 million d'hab. en été), on n'est jamais tout seul sur la route. J'ai quand même roulé 150kms sur l'ile essentiellement pour 2 allers-retours vers la partie ouest heureusement plus sauvage. J'ai passé une journée paradisiaque à Comino, minuscule île à la végétation totalement dépaysante (on n'est qu'à 290 kms des côtes africaines) et bordée de falaise, de criques, et de petites plages aux eaux bleutées comme on les aime. J'ai aussi visité Gozo avec mon frère, une sympatique française qui travaille aussi là bas et un ami à elle. Vent violent ce jour là et au bout de l'île, des images qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire de gigantesques masses d'eau venant s'exploser contre les rochers, spectacle grandiose de la nature et de la mer. Malgré qu’on était très haut au dessus de l'eau, on s'est fait doucher par les retombées d'une vague une peu plus grosse que les autres qui s'est scratchée sur notre falaise. Enorme et rien que d'y repenser on en rigole encore. D'autre émotions lors de cette semaine, avec la découverte de la surprenante architecture locale inspirée du continent voisin: visite de nuit de l'ancienne capitale Mdina, dépaysement garanti, constructions hautes, rues étroites ville silencieuse, ambiance étrange, et resto très sympa avec le frangin au milieu de nulle part. L'ancienne capitale est bien plus intéressante que l'actuelle, Valetta, 6000 habitants seulement mais qui abrite un trésor avec sa co-cathédrale St Jean, joyeau de marbreries et d’or, hérigée par les chevaliers qui vivaient ici jusqu'à encore pas si longtemps et qui ont marqué l'histoire tourmentée de cette île qui possède une position stratégique dans la méditerranée. J'ai fais le musée de la préhistoire et j'ai pu admirer les fortifications qui sont bien plus hautes que celles de Vauban à Besançon et le dimanche au soir j'ai refais mon sac pour continuer mon aventure.

0 miam   [0 commentaire ]

Article du samedi 9 janvier 2010 Ă  22h33

Besançon - La Valette

C'est au petit matin du 13 octobre que j'ai quitté Besançon en vélo avec 2 sacs à dos l'un au dessus de l'autre et quelques fruits offerts par les marchands du "panier bio" au centre ville. Direction Grenoble pour un remake du Besançon-Grenoble du mois d'août. Pas de problème, si ce n'est qu'arrivé à 1000m d'altitude j'ai eu l'idée de bifurquer sur Rochejean et Mouthe afin d'éviter de redescendre sur Vallorbe (750m, en suisse) et me retaper la montée interminable derrière pour rejoindre la vallée de Joux. Mauvaise idée puisque arrivé Mouthe j'ai du monter à près de 1300m pour redescendre ensuite sur la Suisse, en croisant des milliers de travailleurs frontaliers qui passaient par cette petite route de montagne en cet après midi. A la sortie de Mouthe j'ai vu des jeunes qui s'entrainaient sur une piste goudronnée de ski nordique...On prépare bien la relève de Fabrice Guy, le champion olympique local. Je suis arrivé gelé de nuit à l'hôtel de Mijoux (39), où j'ai repris des forces. -5°C à 23h. Le lendemain Mijoux-Chambéry en vélo puis Chambéry-Grenoble en train, un check-point auprès du cousin pour prendre d'indispensables affaires auxquelles je n'avais pas pensé et opter pour un bon sac à dos de randonnée à la place de mes 2 sacs. Puis changement de programme : alors que je pensais prendre le TGV Chambéry-Turin, j'ai modifié mon parcours pour éviter les problèmes de transport du vélo quand j'ai appris que ma tante louait un bungalow à Villelaure dans le Vaucluse : je contourne les Alpes plutôt que les traverser par le tunnel. Je n'ai pas pu faire beaucoup de vélo ensuite car j'avais mon bateau à prendre à Gènes le samedi, j'ai juste fais Avignon-Pertuis (70kms) en vélo et le reste en train. Visite éclair d'Avignon, soirée sympa pour découvrir Nice (très belle ville, un monument aux morts et des bateaux impressionnants), problèmes avec mon vélo à Diano Marina où je me suis fait virer du train par le premier contrôleur italien, 4 heures à tourner en Rond à Gènes pour trouver l'introuvable quai Lybia dans le port commercial le plus grand d'Europe, enfin, me voila à bord d'un ancien bateau de luxe norvégien, équipé en Sauna, Jacouzzi, etc, et de quelques cabines qui n'ont rien à envier à de bonnes chambres d'hôtel sur la terre. Moi qui n'avais pour seule image des nuits en mer celles des cabines de tintin ou des dupont dupond lors de leurs diverses aventures, cela m'a bien fait plaisir. Départ vers 20h après 4h à charger des camions, arrivée prévue à 8h après 2 nuits et un jour. Je passe le temps avec la télé italienne ou en montant au 8ème étage pour admirer la mer et les nombreuses îles au large de l'Italie. Je me réveille le deuxième matin, le bateau est arrêté, je pense que suis à Malte mais j'ai un doute car je ne pensais pas qu'il y avait à Malte des montagnes aussi hautes au point d'être enneigées. Les autres passagers m'indiquent qu'ici c'est Sicilia et je comprends que la montagne est en fait l'Etna (3000m). Une journée de bateau plus tard, magnifique coucher de soleil sur le port de la Valette et me voici dans les eaux du port de cette cité fortifiée. J'arrive dans un endroit inédit sombre et obscur mais mon frère arrive tout de même à me localiser et à venir me chercher.

0 miam   [0 commentaire ]