Où suis-je?
23/06/2021 : Saint Claude, France.

Derniers commentaires
>>   Par gérard Martinez, le 19/07
       Salut Florent. Je me disais...
>>   Par Florent, le 16/07
       Bonjour Laurent...Pas encore...
>>   Par Gérard Martinez, le 11/06
       Bonjour Florent....
>>   Par Laurent Souchet, le 11/06
       Bientôt prêt pour...
>>   Par Florent, le 09/04
       Bonjour Gérard, oui...


Catégories :
>>Tour du monde (154)
>>Tour de France (83)
>>Suède (45)
>>Malte (7)

Tour du monde



Articles 56 - 60 / 154
10 11 12 13 14



Article du Vendredi 9 octobre 2015

05h05 - Etapes 490 - 503. Beverly beach – San Francisco (1043 kms)

La route est longue, la route est belle. Ici elle est superbe. Des forêts luxuriantes primitives de l'Oregon aux routes escarpées des collines arides californiennes, cette portion du parcours m'aura comblé. Si la Louisiane ou le Texas au printemps n'étaient pas spécialement excitants, et si la traversée du Canada cet été fut longue et laborieuse, l'ouest américain tient toutes ses promesses et mes efforts se trouvent ici récompensés. Et ce n'est pas fini. Les forêts tout d'abord. Une matinée dans des bois jamais touchés par l'homme à Florence (Oregon) pour cueillir des champignons aura été l'occasion de voir ce qu'est une forêt primaire et ce qu'elle a toujours été avant l'arrivée des hommes : un enchevêtrement d'arbres pourris à des degrés divers depuis des décennies, certains géantissimes qui ont des siècles voire plus, beaucoup de fougères et une végétation qui se bat pour faire sa place sur chaque mètre carrée. Le plus beau et le plus impressionnant fut un peu plus au sud, dans les parcs régionaux et nationaux de "redwoods" avec des arbres (séquoia) qui dépassent parfois les 1500 ans d'âge, une forte densité d'arbres géants morts ou vivants, certains aux formes ou particularités surprenantes, d'autres tellement gros qu'on peut faire une "maison" à l'intérieur du tronc, et au milieu de tout cela une petite route forestière qui sillonne entre les troncs démesurés. Génial. J'aurai aimé que cette forêt dure plus longtemps (seulement quelques jours) car on se sent vraiment bien dans cet endroit. Le contraste fut ensuite très fort entre cette forêt humide et les paysages arides d'herbes sèches et de roches dénudées de la Californie, juste quelques jours plus tard. Une Californie dont je n'attendais rien et qui m'offre des magnifiques paysages. Et une étape 493 qui se classe dans le top 5 des plus belles étapes depuis le départ, de plus de 100 kilomètres avec des vues prenantes sur l'océan avec des petits îlots rocheux côtiers, étape terminée de nuit sous un magnifique ciel étoilé. J'ai parfois roulé tout feux éteints pour progresser dans le noir absolu sous la voute céleste avec la voie lactée qui plongeait dans l'océan à droite tandis qu'à gauche, sur les montagnes, se levait une lune éclipsée à 99% par l'ombre de ma planète. J'ai fini l'étape en regardant la Lune redevenir normale...On a vu pire comme comme fin d'étape! Toujours beaucoup de compagnie sur cette portion, si j'ai rapidement quitté le petit groupe des Alpes (suite à un imprévu il/elles ont du prendre un bus), j'ai retrouvé par hasard Robert, un cycliste état-unien croisé 2 mois et 4000 kilomètres auparavant près de Thunderbay. On s'était bien dit qu'on se reverrait peut-être à l'automne sur la côte ouest, mais entre le dire et le faire, il fallait le faire! J'ai fait beaucoup de rencontres d'autres cyclistes, le soir on se retrouve sur l'emplacement "Hiker/Biker" des "States parks" (jusqu'à 16 voyageurs à vélo en même temps). Autour d'un feu de camp on partage notre nourriture et on fait fondre des chamallows fourrés de chocolat. En bon français j'ai toujours une bouteille de vin dans mes sacoches et j'offre le vin tandis que le belge offre les bières. Le lendemain j'ai le choix des partenaires de route et c'est surtout avec Markus (Angleterre), François (Belgique) et Erica (Canada) que j'ai roulé, puis seulement avec Erica les derniers jours. Je me suis souvent demandé "San Francisco, où êtes vous?" et finalement San Francisco est apparue sous mes yeux derrière le fameux Golden Gate Bridge que j'ai emprunté pour entrer dans la cité. Ce fut encore génial. Le pont n'est pas plus long, plus impressionnant ou plus beau que trois ponts New-Yorkais traversés l'an passé mais il porte en lui la symbolique de la ruée vers l'or et surtout les vues sur les paysages sont magnifiques. Enfin je suis entré dans San Francisco d'où j'écris cette article avant de continuer toujours plus vers le sud.

Le chargement des photos est plus long que d'habitude car d'avantage de photos...patience. J'ai fait une vidéo mais j'ai du mal à la diffuser, donc plus tard.

Etape 490. Beverly beach - Florence. 98 kms en 6h51 (14,3 km/h). Asc 900m.
Etape 491. Florence – Wincherster Bay. 39 kms en 2h50 (14,0 km/h). Asc 400m.
Etape 492. Wincherster Bay - Bandon. 74,1 kms en 4h35 (16,1 km/h). Asc 600m.
Etape 493. Bandon - Brookings. 137 kms en 8h25 (16,2 km/h). Asc 1300m. Max 68,3km/h.
Etape 494. Brookings - Klamath. 68 kms en 5h03 (13,5 km/h). Asc 600m.
Etape 495. Klamath – Berry Glenn. 30 kms en 2h21 (12,8 km/h). Asc 400m.
Etape 496. Berry Glenn - Arcata. 75 kms en 4h17 (17,5 km/h). Asc 600m.
Etape 497. Arcata - Burlington. 83 kms en 5h01 (16,6 km/h). Asc 400m.
Etape 498. Burlington - Leggett. 71 kms en 4h22 (16,3 km/h). Asc 900m.
Etape 499. Leggett - Cleone. 67 kms en 4h36 (14,5 km/h). Asc 1100m.
Etape 500. Cleone - Manchester. 69 kms en 4h49 (14,4 km/h). Asc 800m.
Etape 501. Manchester – Bodega Bay. 111 kms en 6h52 (16,1 km/h). Asc 1300m.
Etape 502. Bodega Bay - Sausalito. 104 kms en 6h52 (15,1 km/h). Asc 800m.
Etape 503. Sausalito – San Francisco. 17 kms en 1h24 (11,8 km/h). Asc 200m.


99 miams  [4 commentaires ]

Commentaires (cacher) :

De inconnu, il y a 9 ans :     Oregon sympa super, et les champignons ? Sympa , tu es toujours en vie? Nadine

De Florent, il y a 9 ans :     Salut nadine oui toujours en vie mais j'ai desormais une carte sim locale et ne suis plus joignable sur mon numero francais. Bisous et a bientot.

De danièle , il y a 9 ans :     Salut Florent, je continue de suivre ton périple même si je ne fais pas forcément de commentaires. Tu nous régales toujours avec tes découvertes, tes photos.......crois-tu que tu pourras reprendre une vie "statique" à Besançon? Où passes-tu l'hiver? Grosses bises de dordogne

De Florent, il y a 9 ans (+ 99 miams) :     Salut Danièle merci pour ton message ça fait plaisir que tu suives toujours mes aventures! :-) Oui je rentre 3 mois cet hiver comme pour les deux hivers précédents, cette pause fera du bien; je ne pense pas avoir de difficultés à reprendre un jour une vie "statique", par contre je ne suis pas certain que ce soit à Besançon ou même en France. Bisous d'Amérique.



Ajouter un commentaire

Nom (*) : Prénom (*) : ou pseudo (*)
Email (*, **) : Site web (*, ***) :

Miams (*, ****) :
Petite question (*****) : combien font 1+2?

* : facultatif.
** : ne sera pas publié.
*** : url complète.
**** : ajoutez des miams si l'article vous plait (maximum 99 par commentaire).
***** : obligatoire. Si vous ne remplisserez pas cette case ou si vous vous trompez dans le calcul votre commentaire ne sera pas enregistré.