2013. Besançon - Montpellier - Barcelona - Valencia - Sevilla - Canary Islands - Gibraltar - Lisbon - Porto - Bordeaux - Strasbourg - Amsterdam - Copenhagen - Stockholm - North Cape - Oslo - Berlin - Prague - Munich - Besançon. 2014 : Besançon - Nice - Milan - Dubrovnik - Rome - Turin - Paris - Reykjavik - Halifax - Montréal - New-York - Washington - Orlando. 2015 : Miami - Orlando - New Orleans - San Antonio - Chicago - Toronto - Winnipeg - Calgary - Vancouver - Seattle - San Francisco - Los Angeles - Las Vegas. 2016 : Las Vegas - Salt Lake City - Seattle - Hawaii - Sydney - Brisbane - Darwin - Bali - Singapour- Kuala Lumpur - Katmandu. 2017 : Besançon - Vienna - Budapest - Belgrad - Izmir - Nicosie - Tabriz - Mashhad - Dushambe









Ou suis-je / Where am i?
29/07/2017 :
Douchanbé, Tajkistan


Derniers commentaires /
Last Comments

>>   Par Grard, le 18/05
       "des gens qui semblent tous...
>>   Par Florent, le 23/01
       Merci Grard et Christine,...
>>   Par Grard Martinez, le 22/01
       Heureux de te retrouver! On...
>>   Par Florent, le 19/11
       Dsol si je ne donne plus...
>>   Par Grard Martinez, le 17/10
       Bonjour Florent. Il y a un...



Anciens voyages :
>> Tour de France (83)
>> Aller retour en Suède (45)
>> Malte - Besançon (7)




Articles 11 - 15 / 259
1 2 3 4 5


Article du mardi 24 mai 2016 à 11h27

Etapes 577-583. Hawaii (563 kms)

J'ai aimé Seattle bien plus que l'an passé, mais cela n'était pas difficile. Le ciel bleu, les nombreuses pistes cyclables, et le centre ville sont agréables et font un peu oublier le gris du béton et la circulation automobile. J'ai longé le port de marchandises et me suis rendu à l'aéroport où j'ai acheté un billet pour Hawaii, destination exotique et intéressante sur le chemin de mon prochain continent qu'est l'Océanie. J'ai laissé pas mal d'affaire chez Martin qui m'hébergeait près de l'aéroport, certaines volontairement pour alléger mon sac et ne pas avoir à payer pour un deuxième sac, d'autres par oubli comme ce superbe outil multifonctions oublié dans le jardin après avoir démonté le vélo. Il s'en est suivi une grosse galère en arrivant à Hawaii car impossible de remonter le vélo! J'ai pu assembler les pièces mais sans serrer les vis et avec le guidon qui partait dans tous les sens. J'ai du difficilement marcher 8 kilomètres sous la pluie jusqu'à l'auberge de jeunesse de Hilo. La pluie chaude qui m'a accueilli, les grandes feuilles de certaines plantes et quelques jolis chants d'oiseaux m'ont tout de suite rappelé la Floride. Situé au milieu du plus grand des océans et légèrement au sud du tropique du cancer, Hawaii possède un climat tropical. Mon tour de vélo sur l'ile à débuté par une tentative d'ascension du Maunea Kea (4200m) point culminant de l'ile. Au sommet se trouve le principal observatoire astronomique américain. J'ai pu atteindre le "visitor center" à 3000 mètres d'altitude mais comme la météo était mauvaise je ne suis pas allé plus haut. J'ai considéré cette montée comme un tour de chauffe et de reconnaissance dans le but de revenir quelques jours plus tard pour réaliser l'ascension intégrale. La descente de 55 kilomètres sous la pluie de nuit avec vent de face fut très difficile car les lunettes de soleil qui font office de pare-brise sans essuie glace diminuent nettement la luminosité. J'ai fini la descente sans lunettes en utilisant mes paupières à 90% fermées comme pare-brise. Le lendemain j'ai débuté le tour de l'ile principale. Comme pour l'Islande c'est la direction du vent le premier jour qui a défini mon sens de rotation, et ce fut donc d'abord vers le nord. Le tour de l'île en soi même ne fut pas un expérience fantastique, ce fut difficile avec deux montées de plus 1000 mètres de dénivelé, et pas franchement spectaculaire, bien moins que l'Islande ou Tenerife pour une ile volcanique en plein océan. De plus je me suis senti classé dans la catégorie "touriste qui amène de l'argent que l'on doit prendre" et je n'aime pas cela. On a essayé de me revendre une noix de coco à 4 dollars, une petite bouteille d'eau à 3, j'ai aussi payé 21 dollars (19 euros) pour le plus mauvais camping depuis le début de ce voyage, sans eau potable, avec des douches froides sans pommeau dans des "sanitaires" en bois qui n'ont pas été nettoyés ou rénovés depuis des décennies, et le matin c'est une énorme foreuse qui faisait un forage dans la roche à 20 mètres de ma tente. Le camping sauvage étant interdit l'autre option était les auberges de jeunesse à 36 dollars la nuit mais là encore on est très loin de la qualité des auberges européennes. Il y a quand même beaucoup de positif dans tout cela et je ne regrette pas d'être venu. Si je garderai un bon souvenir de mon séjour à Hawaii, c'est uniquement à cause de la nature, les fruits locaux (papayes OGM, litchi, bananes, mangues sauvages ramassées au bord de la route) étaient très bons, le chant de oiseaux, surtout nocturnes, était une merveille et la végétation luxuriante de la forêt du parc national de Volcan restera pour moi l'image forte que je garderai de l'ile, et qui me donne envie de découvrir encore plus ce monde et d'aller de plus en plus vers des destinations lointaines et exotiques. Ma fin de parcours sur l'ile fut écourtée par la météo toujours pluvieuse : j'ai renoncé dans ces conditions à monter une deuxième fois les pentes du Maunea Kea et je suis allé chercher un carton de vélo dans le magasin de vélo de la ville (20 dollars pour un vieux carton alors que je n'avais jamais payé jusqu'à présent pour cela) et j'ai fait route tôt le lendemain matin vers l'aéroport avec encore beaucoup de stress le matin car il pleuvait, j'étais à la bourre, et je ne voulais surtout pas que mon immense carton ne prenne l'eau le long des 8 kilomètres vers l'aéroport. C'est ma couverture de survie qui m'a finalement sauvé la vie et m'a tiré de cette mauvaise situation, elle recouvrait parfaitement le carton et a réussi à le garder au sec pendant le trajet. J'avais fière allure à Hilo avec cet immense carton non plié sur mon porte bagage enrobé d'une couverture de survie! Je suis arrivé juste à temps à l'aéroport où j'ai démonté le vélo dans un temps record et embarqué pour Honolulu puis l'Australie.

Etape 577. Seattle – Burien. 19 km en 1h41 (11,4km/h). Asc 300m.
Etape 578. Hilo – Hilo. 94 km (env. 12 km/h). Asc 2500m.
Etape 579. Hilo - Laupahoehoe Beach Park. 42 kms (env. 14 km/h). Asc. 700m.
Etape 580. Laupahoehoe Beach Park - Kaka'a Beach Park. 126 kms (env. 15 km/h). Asc. 1400m.
Etape 581. Kaka'a BP - Kohanaiki Beach Park. 70 kms (env. 17 km/h). Asc. 500m.
Etape 582. Kohanaiki BP - Holuaoa. 13 kms (env. 14 km/h). Asc. 200m.
Etape 583. Holuaoa - Punaluu Beach Park. 106 kms (env. 15 km/h). Asc. 1000m.
Etape 584. Punaluu Beach Park - Hilo. 93 kms (env. 11 km/h). Asc. 1200m.

(le GPS a pris l'eau dans l'étape du Maunea Kea et est tombé en panne mais après deux semaines de séchage il semble que ça va mieux et que je vais pouvoir le réparer)

25 miams   [8 commentaires ]

Commentaires (cacher) :

De cyclonomas, il y a 2 ans :     Salut Florent le "camping sauvage" tel que l'appelle généralement est interdit pratiquement partout mais te poser pour une nuit, c'est plutôt toléré. Sinon au lieu de te faire plumer par les campings pourris et les auberges de jeunesse, demande aux gens de planter ta tente dans le jardin, les refus sont très rares et ça peut déboucher sur une invitation. Bonne route, 3 mois en Australie ?

De Gérard MARTINEZ, il y a 2 ans (+ 25 miams) :     Bonjour Florent, Un sèche cheveux, voilà ce qu'il faut sous ces latitudes. Nous avons rendu visite à mon fils à Mayotte pendant la saison des pluies! Un quart d'heure suffit à tremper une valise et son contenu: livre, passeport, carte etc.Seul le saucisson et le litre de rouge en étaient sortis indemnes! Une couverture de survie en guise de voile à vélo? Il vaut mieux une douche froide sans pommeau qu'une noix de coco sans casque... mais on ne la fait pas à un cycliste! A bientôt. Christine et Gérard.

De Florent, il y a 2 ans :     Merci David, j'ai fais du camping sauvage en Allemagne, Italie et Croatie où c'était interdit mais seul dans la forêt, en voyage à vélo et pour une nuit on ne prendra jamais d'amende, il suffit de dire qu'on ne savait pas, qu'on a eu un problème avec le vélo etc. Hawaii est très différent, c'est une ile très touristique et on ne fait pas n'importe quoi, les amende peuvent être lourdes. Demander à camper chez les gens je l'ai fais aussi dans de nombreux pays mais à Hawaii ce n'est pas correct car si tous les touristes faisaient cela ce serait un sacré bazar. Je suis d'avantage considéré comme un touriste qu'un voyageur à vélo au long cours, ce qui est normal vu le nombres d'heures de vol, le prix des billets et la relative petite taille des iles. Je reste entre deux et trois mois en Australie puis direction d'Indonésie. Bonne route à toi aussi!

De Florent, il y a 2 ans :     Exactement Gérard! Cela m'aurait permis de sécher mon GPS, mais pas mes cheveux! Apparemment les japonais fabriquent des sèches cheveux usb de 63 grammes...Pourquoi pas?

De MARYSE BEUCLER, il y a 2 ans :     salut florent...merci pour ces bonnes nouvelles et auras tu l'opportunité de croiser Laura qui s'envole pour l'australie le 15 juin.bises Rédigez ici votre commentaire

De Florent, il y a 2 ans :     Coucou Tata non car elle arrive à Sydney et j'ai déjà quitté Sydney. Dommage!

De inconnu, il y a 2 ans :     Rédigez ici votre commentaire Coucou depuis Lausanne.et toi tu es ou ? Pour les choses perdu tu pourras les acheter à Katmandu Sam y sera en septembre !si c est toujours prévu pour toi! Bise a plus de te lire Nadine

De Florent, il y a 2 ans :     Coucou je suis à Rockhampton en Australie tout va bien hier j'ai fait un tournoi de tennis. Je me dirige lentement vers le Népal. Bisous.



Ajouter un commentaire

Nom (*) : Prénom (*) : ou pseudo (*)
Email (*, **) : Site web (*, ***) :

Miams (*, ****) :
* : facultatif. ** : aucune adresse email ne sera publiée. *** : url complète. **** : ajoutez des miams si l'article vous plait (maximum 99 par commentaire).