Où suis-je?
29/08/2018 : Kemi, Finlande.

Derniers commentaires
>>   Par Florent, le 11/09
       Merci pour l'idée...
>>   Par Florent, le 11/09
       Je l'ai gardé,...
>>   Par Florent, le 11/09
       Bonne idée la...
>>   Par Christian DOBIN, le 08/09
       Salut Florent, Merci pour...
>>   Par Thiepel Clement , le 07/09
       Une bouteille en plastique...


Catégories :
>>Tour du monde (142)
>>Tour de France (83)
>>Suède (45)
>>Malte (7)

Tour du monde



Articles 6 - 10 / 277
1 2 3 4 5



Article du Jeudi 14 décembre 2017

19h33 - Etapes 806 – 824. Samarcande – Aktau (1798 kilomètres) (2/2)

[FR] (in english below)
(suite de l'article précédent) Après Noukous, j'avais 5 jours de désert jusqu'à la prochaine ville dans le pays suivant, le Kazakhstan. J'ai donc fait des réserves de carburant pour 5 jours : 15 pommes, 10 bananes, 5 oranges, 5 carottes, un bon kilo de riz, 5 oignons, 4 boites de maquereaux, beaucoup de fruits secs, 1kg de cerneaux de noix, 3 pains et 1kg de chocolat. Le soir, avant de partir, j'ai rencontré Yves, un voyageur suisse de Genève. Yves, Patrice et Reynald voulaient aller visiter Moynak, une ville qui était autrefois un port de pêche important au bord de la mer d'Aral. Ils étudiaient la possibilité d'y aller en taxi et j'ai complété pour faire une voiture de 4. Moynak n'était pas sur ma route initiale mais c'est un lieu très spécial. En chemin, le conducteur nous a arrêté dans divers lieux d'intérêt : un cimetière local typique, puis les ruines d'une forteresse du XIIe siècle. Enfin nous sommes arrivés à Moynak où nous avons d'abord vu un phare, puis une plage avec des coquillages et des épaves de bateaux. Mais pas d'eau, de vagues, de mouettes ou d'enfants qui jouent sur la plage. Il y a des endroits du monde où le silence est très lourd. Les revenus du coton étant supérieurs à ceux de la mer, les hommes ont consciemment choisi de détourner l'eau qui alimentait cette mer fermée à des fins d'irrigation, et de la faire disparaître. La mer d'Aral était il y a quarante ans la quatrième plus vaste réserve d'eau fermée au monde. Aujourd'hui il n'en reste quasiment plus rien, l'encyclopédie Wikipédia parlant même de cette mer au passé. En plus du désastre écologique, 10 000 emplois ont été perdus à Moynak. Ensuite nous avons fait deux heures de route dans l'autre sens puis le taxi m'a déposé avec mon vélo calé dans le coffre à un point qui m'avançait tout de même de 100 kilomètres sur ma route initiale. Après une nuit invité à dormir sur un canapé dans un marché local, j'ai remis le moteur en marche et remis les gaz. Direction la mer Caspienne. La route A340 faisait suite à la route A380. Pour un voyageur long courrier de mon espèce, qui s'allège avec le temps, passer de l'A380 à l'A340 fut une transition logique. La route de 1000 kilomètres vers Aktau au bord de la mer Caspienne, d'où je devais prendre un ferry pour Bakou, n'était pas en ligne droite. De la même manière que j'ai survolé le Groenland pour aller de Copenhague à Las Vegas, j'ai fait ici un long détour par 43 degrés de latitude nord avant de faire un virage à gauche pour descendre vers Aktau. Les distances étaient très longues, j'ai traversé des zones désertiques immenses balayées par des vents forts dans tous les sens. Mais, bien installé dans mon cockpit aux commandes de mon TX800, avec un moteur en très bon état et avec l'expérience des perturbations atmosphériques après 57 000 kilomètres de vol, je maîtrisais la situation. J'ai observé dans le désert de nombreux groupes de dromadaires et de chameaux. Une nuit, ce fut délicat car un groupe de 3 ou 4 dromadaires s'est approché très près de ma tente. J'ai eu peur que l'un se prenne les pieds dans les ficelles de la tente et ne tombe sur elle en l'endommageant et en me blessant. J'ai fait du bruit et les animaux ont pris peur et se sont enfuis en courant. Enfin, après 5 bivouacs consécutifs dans le désert, je suis arrivé à Aktau où j'ai atterri dans le port sans même attendre le feu vert de la tour de contrôle. Pas de ferry ce jour-ci seulement le lendemain matin, mais des problèmes techniques m'ont fait louper le ferry du lendemain et attendre une semaine pour le ferry suivant. J'ai pu finalement faire la traversée vers Bakou en Azerbaïdjan, en bonne compagnie avec une voyageuse française en sac à dos.

Etape 806. Samarcande - Charhin. 90 kms.
Etape 807. Charhin - Qiziltepa. 111 kms.
Etape 808. Qiziltepa - Bukhara. 71 kms.
Etape 809. Bukhara - Route A380. 133 Kms.
Etape 810. Route A380 - Route A380. 112 kms.
Etape 811. Route A380 - To'rtku'l. 131 kms.
Etape 812. To'rtku'l - Khiva. 80 kms.
Etape 813. Khiva - Route P160. 80 kms.
Etape 814. Route P160 - Noukous. 92 kms.
Etape 815. Noukous - Route A340. 79 kms.
Etape 816. Route A340 - Route A340. 130 kms.
Etape 817. Route A340 - Route E40. 125 kms.
Etape 818. Route E40 - Beyneu. 82 kms.
Etape 819. Beyneu – Route A33. 70 kms.
Etape 820. Route A33 - Route A33. 134 kms.
Etape 821. Route A33 - Route A33. 57 Kms.
Etape 822. Route A33 - Route A33. 77 Kms.
Etape 823. Route A33 - Route A33. 104 Kms.
Etape 824. Route A33 - Aktau. 40 kms.

[EN]
(folowing of last post) Then I had another 5 days of desert until the next refueling in the next country, Kazakhstan. I made fuel reserves for 5 days: 15 apples, 10 bananas, 5 oranges, 5 carrots, 1,2kg of rice, 5 onions, 5 boxes of mackerel, 1kg of nuts, lots of dried fruits, 3 breds and 1kg of chocolate. In the evening, before leaving, I met Yves, a Swiss traveler from Geneva. Yves, Patrice and Reynald wanted to go to Moynak, a town that was once an important fishing port on the edge of the Aral Sea, far from my route, but interesting. I completed the happy franch speaking group for a day of taxi with a guide. The guide stopped us in various places of interest: a cemetery, then the ruins of a fortress of the twelfth century, then Moynak where we first saw a lighthouse, then a beach with shells and wrecks of boats but no sea. The silence was heavy in this place. No sounds of seagulls, waves or children playing on the beach. Since cotton's incomes were higher than those of the sea, humans consciously chose to use irrigation to divert the water that fed this sea, and thus make it disappear. The Aral Sea was forty years ago the fourth largest closed water reserve in the world. In addition to the ecological disaster, 10,000 jobs were lost in Moynak. We then drove two hours in the other direction and then the taxi dropped me off with my bike put in the taxi at a point that still gave me 100 kilometers on my initial route. After a night of sleeping at a local market, I turned on the A340 that followed the A380. For a long-haul traveler like me, who lighten up over time, moving from the A380 to the A340 was a logical transition. The 1000 kilometer road to Aktau by the Caspian Sea was not in a straight line. In the same way that I flew Greenland from Copenhagen to Las Vegas, I made a long detour through 43 degrees north latitude before making a big left turn down to Aktau. The distances were very long, I crossed huge desert areas swept by strong winds in all directions. But well installed in my cockpit at the controls of my TX800, with a motor in very good state and with the experience of atmospheric disturbances after 57 000 kilometers of travel, I mastered the situation. I have seen many groups of dromedaries and camels in the desert. One night it was tricky because a group of 3 or 4 dromedaries approached very close to my tent. I was afraid that one of them would take his feet in the strings and fall on the tent, damaging it and injuring me. I made a noise and the animals got scared and ran away. Finally, after 5 consecutive nights of camping in the desert, I arrived in Aktau where I landed in the port without waiting for the green light of the control tower. No ferry this day only the next morning, but technical problems made me miss the ferry and wait a week for the next ferry. I was finally able to cross to Baku in Azerbaijan, in good company with a French girl travelling with a backpack.

0 miam  [1 commentaire]

Commentaire (cacher) :

De Danièle BAUDIN, il y a 1 an :     Toujours aussi passionnantes ces aventures. Bonne fin de voyage et à bientôt de te voir à Besançon. Danièle



Ajouter un commentaire

Nom (*) : Prénom (*) : ou pseudo (*)
Email (*, **) : Site web (*, ***) :

Miams (*, ****) :
Petite question (*****) : combien font 3+3?

* : facultatif.
** : ne sera pas publié.
*** : url complète.
**** : ajoutez des miams si l'article vous plait (maximum 99 par commentaire).
***** : obligatoire. Si vous ne remplisserez pas cette case ou si vous vous trompez dans le calcul votre commentaire ne sera pas enregistré.