Une newletter a été envoyée par erreur ce 11/01 désolé pour la gène coccasionnée.

Ou suis-je / Where am i?
27/10/2017 :
Beyneu, Kazakstan


Derniers commentaires /
Last Comments

>>   Par Danile BAUDIN, le 15/12
       Toujours aussi passionnantes...
>>   Par Florent, le 14/12
       A trs bientt Nadine :-)...
>>   Par Nadine, le 14/12
       Coucou de Besac on a hte que...
>>   Par inconnu, le 14/12
       Bonjour Florent...C'est une...
>>   Par Florent, le 07/12
       Danile : a me fait plaisir...



Anciens voyages :
>> Tour de France (83)
>> Aller retour en Suède (45)
>> Malte - Besançon (7)




Articles 6 - 10 / 269
1 2 3 4 5


Article du vendredi 3 novembre 2017 à 17h55

Etapes 783 – 797. Frontière Kirghizistan – Bichkek (833 kilomètres) (1/3)

[FR]
Entre le Tajikistan et le Kirghizistan la zone neutre de 20 kilomètres de descente entre les deux frontières fut de toute beauté. En dessous de sommets enneigés culminant à 7000 mètres d'altitude, la route sillonnait dans des montagnes rocheuses jusqu'à atteindre une étonnante vallée plus large et de plus faible pente. Les montagnes sont devenues multicolores, le lit de la rivière dont l'eau glaciale était une grande pureté était tapissé de galets également multicolores, telles des pierres précieuses. La rivière était alimentée par de petits affluents dont l'eau pouvait parfois être rouge. Le ciel était bleu. Assurément un coin de paradis. La route franchit ensuite la frontière Kirghize et le spectacle perdura jusqu'à arriver dans une plaine agricole plus banale. C'est 26 kilomètres après la frontière, et 14 kilomètres avant le premier village, Sari-Tash, que j'ai rencontré mon premier kirghize : Nourkoutane, un enfant isolé âgé de 12 ans qui tenait un âne au bout d'une corde et qui m'a barré la route avec son âne pour que je m'arrête. De la même manière que le petit prince aurait demandé de dessiner un mouton, ses premières paroles ont consisté à me demander un stylo. J'ai pris un stylo dans la poche avant de ma sacoche avant accrochée sur mon panier avant, et lui ai donné. Puis il m'a demandé un "notebook". J'ai sorti mon cahier de la pochette informatique/bureau de ma sacoche arrière-gauche et lui ai tendu. Mais il n'en a pas voulu. Il a alors sorti de son sac à dos une boite de conserve rouge et l'a posé dans mon panier. J'ai pris la boite dans ma main et j'ai lu les inscriptions suivantes : "Les petites sardines...A l'huile d'olive vierge extra...Pêchées en Méditerranée...A consommer jusqu'en 2021...PREPAREES EN BRETAGNE". Cette boite tombait bien car je n'avais que 6 dollars US à changer en monnaie kirghize à Sari-Tash, village sans distributeur automatique. J'avais faim, il me restait du pain et ces sardines pouvaient très bien s'accorder avec mon pain. Comme j'avais deux stylos je lui ai laissé le stylo et j'ai gardé les sardines. Ensuite il m'a demandé mon ordinateur, mon téléphone, une montre etc...J'ai refusé, je lui ai donné mon filtre à eau acheté 2 euros au lieu de 4,5 à Mashhad et qui ne marchait plus et j'ai poursuivi ma route. J'ai appris beaucoup plus tard que c'est Tarus, qui était passé une heure avant moi, qui lui avait donné cette boite. Malin, Nourkoutane semble faire un petit business de troc avec les voyageurs à vélo qui passent plusieurs fois par jour sur cette route. La route jusqu'à Och, première grande ville du pays, fut relativement facile. Passé un col de 2800 à 3600 mètres d'altitude, il y eut une longue descente de 90 kilomètres à 2,2% pour retomber à 1600 mètres d'altitude avant de remonter rapidement à 2300 mètres pour bénéficier d'une nouvelle descente de 70 kilomètres à 2,1% vers Och. Le groupe de 6 un peu éparpillé (certains se sont accrochés à des camions dans le col pour aller plus vite, moi j'étais malade) s'est retrouvé à Och autour de pizzas bien méritées et de bières dans une ambiance amicale entre voyageurs à vélo de tous horizons. Ce fut la fin du parcours avec les \HELLO <_BIKE> WORLD! qui partaient ensuite rejoindre leurs familles en Ouzbékistan. J'aurai passé 18 belles journées avec eux. Après un repos réparateur j'ai continué le voyage avec seulement Tarus et Eric. Nous avons poursuivi sur la route M41, jusqu'à Bazar-Korgon où nous avons bifurqué sur une idée de Eric pour prendre un raccourci qui permettait de gagner 100 kilomètres au prix du franchissement d'une haute chaine de montagnes. Les 51 kilomètres de Bazar-Korgon à Arlsanbob sur une petite route de faible pente furent faciles puis cela s'est sérieusement compliqué en pénétrant dans la forêt d'Arslanbob, qui est la plus vaste et ancienne forêt de noyers au monde.



[EN]
Between Tajikistan and Kyrgyzstan the neutral zone of 20 kilometers of descent between the two borders was beautiful. Below snow-capped peaks at an altitude of 7,000 meters, the road went into rocky mountains to an astonishing valley, wider and slower. The mountains became multicolored, the bed of the river whose icy water was a great purity was lined with stones also multicolored, such as precious stones. The river was fed by small others whose water could sometimes be red. The sky was blue. Surely a place of paradise. The road then crosses the Kyrgyz border and the show continues until reach a more ordinary agricultural plain. At 26 kilometers after the border, and 14 kilometers before the first village, Sari-Tash, I met my first Kyrgyz: Nourkutane, a 12-year-old isolated child who was holding a donkey at the end of a rope and who blocked my way with his donkey so I had to stop. In the same way that the little prince would have asked to draw a sheep (french story of Antoine de Saint Exupery), his first words consisted of asking me for a pen. I took a pen in the front pocket of my front bag hanging on my front basket, and gave it to him. Then he asked me for a "notebook". I took my notebook out of the computer bag / desk of my back-left bag and handed it to him. But he did not want it. He then took out a red box from his backpack and put it in my basket. I took the box in my hand and I read the following inscriptions in french: "Small sardines ... Extra virgin olive oil ... Fished in the Mediterranean ... To consume until 2021. ..PREPARED IN BRITTANY ". This box was good because I had only 6 US dollars to change in Kyrgyz currency in Sari-Tash, village without any ATM. I was hungry, I had bread left and these sardines could very well match my bread. As I had two pens I left him the pen and I kept the sardines. Then he asked me for my computer, my phone, a watch etc ... I refused, I gave him my water filter bought 2 euros instead of 4.5 to Mashhad that was broken and I went on my way. I learned much later that it was Tarus, french partner who ware here an hour before me, who gave him this box. Nourkutane seems to do a small business with the cyclists who comes several times a day on this road. The road to Osh, the first big city in the country, was relatively easy. Passing a pass from 2800 to 3600 meters above sea level, there was a long descent of 90 kilometers to 2.2% to fall back to 1600 meters altitude before climbing quickly to 2300 meters to enjoy a new descent of 70 kilometers to 2.1% to Osh. The group of 6 a little scattered (some clung to trucks in the pass to go faster, I was sick) ended up in Osh around well-deserved pizzas and beers in a friendly atmosphere between cycling travelers from everywhere. It was the end of the journey with the \ HELLO <_BIKE> WORLD! Team who then left to join their families in Uzbekistan. I will have spent 18 beautiful days with them. After a good rest I continued the journey with only Tarus and Eric. We continued on the M41 road, until Bazar-Korgon where we bifurcated to take a shortcut that allowed to gain 100 kilometers at the price of crossing a high mountain range. The 51 kilometers from Bazar-Korgon to Arlsanbob on a small, gently sloping road were easy then it was seriously complicated by entering the Arslanbob Forest, which is the largest and oldest walnut forest in the world.

0 miam   [2 commentaires ]

Commentaires (cacher) :

De Gérard Martinez, il y a 3 mois :     Bonjour Florent, Il parait que c'est plein d'iode et d'oméga les sardines, et si elles ont trop sèches ça peut toujours servir à fixer la tente. Sur la vidéo, vous avez l'air très heureux de vous retrouver, à l'autre bout du monde, entre cyclistes. Un vent glacial et furieux souffle par ici, il vient du nord est...Ca ne serait pas toi qui nous l'envoie? Amitiés. Christine et Gérard

De Florent, il y a 3 mois :     Oui c'était génial de croiser autant de voyageur à vélo :-) Pour le vent je ne sais pas il souffle fort ici mais change souvent de direction!