Où suis-je?
03/01/2019 : Roulans, France.

Derniers commentaires
>>   Par gérard Martinez, le 19/07
       Salut Florent. Je me disais...
>>   Par Florent, le 16/07
       Bonjour Laurent...Pas encore...
>>   Par Gérard Martinez, le 11/06
       Bonjour Florent....
>>   Par Laurent Souchet, le 11/06
       Bientôt prêt pour...
>>   Par Florent, le 09/04
       Bonjour Gérard, oui...


Catégories :
>>Tour du monde (154)
>>Tour de France (83)
>>Suède (45)
>>Malte (7)

Tour du monde



Articles 1 - 5 / 289
1 2 3 4 5



Article du Jeudi 16 juillet 2020

22h49 - Etapes 1114-1120. Dijon - Mulhouse (518 kilomètres)

[FR] (in english below)
Il est toujours important de terminer les choses que l'on a commencées. C'est pourquoi, le 30 juin, j'ai repris la route depuis Dijon pour terminer le cercle de 100 kilomètres autour de Roulans commencé du 27 mai au 2 juin. J'ai d'abord suivi la route des grands vins de Bourgogne, et suis passé par Nuits-Saint-Georges, une charmante petite ville de 5000 habitants à 92 km de Roulans, ville façonnée à travers les siècles dans la prospérité de l'activité viticole, et par ailleurs berceau de la famille Gouachon. Un officier espagnol résidait dans la ville avant 1618. Il eut un enfant, Toussaint Gochon, vers 1636, qui eut un fils, Edme Gochon, en 1671 (orthographié Edme GAUCHON puis GOUACHON à la naissance de son fils puis à sa mort). Edme résida dans une commune voisine, à Agencourt, où il rencontra Estiennette Girard lors des vendanges dans le village. Ils eurent pour descendants François Gouachon (1715) puis Julien (1751), Bénigne (1781), Pierre (1807), Jacques (1843), Auguste (1877), Michel (1928) et finalement mon père Gérard (1953) et moi. Après ce début de parcours dans les vignobles bourguignons, je traverse la Bresse jurassienne, bivouaque dans la forêt de Saint-Germain du Bois et poursuis vers Lons-le-Saunier sur une surprenante piste cyclable, puis vers la station des Rousses après de belles grimpettes. Les efforts sont récompensés par une grande descente vers le Lac Léman, et je roule ensuite sous le ciel bleu sur des petits chemins à travers les vignobles suisses cette fois, qui surplombent le lac près de Nyon, le tout avec la vue sur les Alpes dans le fond... Des paysages pas dégeu du tout ! Je fais ensuite étape à Lausanne chez ma cousine Samjhana et son mari Luis. Comme Samjhana fête son anniversaire (25 ans) deux jours plus tard avec ses amis, je suis invité à rester. Lorsqu'il y a une fête chez eux, ils ne font pas les choses à moitié ! Une animatrice-décoratrice, une chanteuse et un guitariste sont présents pour un concert privé magnifique. Coïncidences, je retrouve une personne de ma banque qui avait assisté en tant que stagiaire à la mise en place du système de paiement par CB sur mon site de maths lors d'un entretien professionnel à Besançon, et Alisson, à qui j'avais donné des cours de tennis à Roulans et qui vit désormais à Lausanne. Une halte festive mémorable, avant de poursuivre dans les décors somptueux de la Suisse qui m'en met encore plein les yeux, avec la belle campagne et toujours les Alpes enneigés qui se dégagent dans le fond des paysages. Je passe ensuite près de Gruyères, mais je ne m'y rends pas, car en ce dimanche, la fromagerie doit être fermée, et de toute façon, dans ma région Franche-Comté, nous avons du fromage meilleur que le gruyère. Je trace tout droit vers Fribourg (91 km de Roulans), où j'admire la cathédrale, puis Berne (100 km de Roulans), qui est certainement la plus belle ville de Suisse et l'une des plus belles d'Europe.  Après une montée raide, je passe l'après-midi dans le jardin de roses, avec une vue bien dégagée sur la ville, la cathédrale, la puissante rivière Aar qui coule des Alpes vers le Rhin avec une belle couleur, les colines aux alentours, et la statue d'Albert Einstein, encore lui, dont j'avais déjà croisé la route dans le nord de l'Allemagne, puis à Princeton et à Ulm. Le banc près de la statue constitue un endroit idéal pour méditer et reprendre mes sérieuses recherches sur l'espace-temps. Comme souvent lors de pareilles recherches, je galère. Mes tentatives de créer un nouveau système de coordonnées basé sur une vitesse de la lumière infinie, ou de faire des analogies entre les trous noirs et les points singuliers essentiels des fonctions méromorphes, ou autres pistes plus ou moins farfelues restent vaines, et mes déboires et difficultés pour trouver une théorie meilleure que la sienne ne font même pas sourire ce jeune Einstein, qui travailla dans la ville et y formula sa fameuse théorie de la relativité. Je reste une deuxième nuit au camping de Berne, parcours le somptueux centre ville le lendemain, puis continue le cercle en direction de Soleure, encore une jolie petite ville de 17 000 habitants à 99 km de Roulans, dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. Je retraverse l'Aar, puis attaque une terrible montée de 7 km à 11 % avec des passages à 22 %, sous un soleil de plomb, pour franchir le col Weissenstein à 1250 mètres d'altitude (sommet de la montagne à 1400 m), plus haut sommet de l'Est jurassien. La vue est impressionnante sur la Suisse et toute la chaîne des Alpes dans le fond. Une très belle récompense ! Je redescends de l'autre côté et passe la nuit au camping de Delémont, puis réalise une dernière étape pour revenir à Mulhouse et terminer le cercle, sur un parcours très vallonné. En raison de divers impératifs, c'est en train que je rentre ensuite à Roulans depuis Mulhouse. Chose incroyable, sur le quai à Belfort (changement de train), je croise par hasard Patrick Rebmann, cycliste voyageur strasbourgeois en correspondance, également de retour d'un parcours à vélo entre Strasbourg et Lyon, qui me suit et met des commentaires sympa sur Facebook depuis de nombreuses années, et qui m'avait acheté un livre dédicacé par correspondance il y a quelques semaines. On ne s'était jamais rencontré. J'arrive à Roulans, où je campe la nuit sur le terrain de la maison parentale qui sera vendue ce vendredi 17 juillet à 14h30. Ma tentative de rachat au même prix que l'acheteur a échoué, ce qui m'a beaucoup affecté ces derniers temps, et l'été ne s'annonce pas plus gai. Après avoir effectué un cercle de 100 kilomètres autour de Roulans, j'ai pensé qu'il serait intéressant de poursuivre avec un carré de 100 kilomètres de côté, ou mieux, en dessinant une spirale de Fibonnacci sur la carte de Franche-Comté, de France puis d'Europe. Mais il faut se rendre à l'évidence : si je veux avoir un jour une chance d'avoir une autre opportunité d'acquérir une grande maison bien située avec un grand terrain et une belle vue, dans un village tous services où je serai bien et à proximité d'une grande ville, je dois aujourd'hui voyager moins et travailler plus. Comme l'été dernier, je considère que l'aventure en France peut moins m'apporter que l'aventure entrepreneuriale. C'est pourquoi il n'y aura sans doute plus trop d'articles sur ce blog dans les prochains temps. Alors, bon été à tous les lecteurs et lectrices !

Etape 1114. Dijon – Saint Germain du bois. 90 kms
Etape 1115. Saint Germain du bois – Saint Laurent en Grandvaux. 78 kms
Etape 1116. Saint Laurent en Grandvaux – Lausanne. 82 kms
Etape 1117. Lausanne – Montecu. 62 kms
Etape 1118. Montecu – Berne. 45 kms
Etape 1119. Berne – Delemont. 85 kms
Etape 1120. Delemont – Mulhouse. 76 kms


Retrouvez ci dessous quelques unes de mes petites stories Instagram du Cambodge jusqu'à la Suisse



[EN]
It is always important to finish the things that have started. On June 30, I hit the road from Dijon to finish the 100 km circle around Roulans started from May 27 to June 2. I first followed the route of the great wines of Burgundy, and passed by Nuits Saint-Georges, a charming little town 92 km from Roulans, a town shaped over the centuries in the prosperity of the viticultural activity, and also the birthplace of the Gouachon family. A Spanish officer lived in Nuits before 1618. He had a child, Toussaint Gochon, around 1636, who had a son, Edme Gochon, in 1671 (spelled Edme GAUCHON then GOUACHON at the birth of his son and then at his death). Edme lived in a neighboring town, in Agencourt, where he met Estiennette Girard during the grape harvest in the village. Their descendants were François Gouachon (1715) then Julien (1751) then Bénigne (1781) then Pierre (1807) then Jacques (1843) then Auguste (1877) then Michel (1928) and finally my father Gérard Gouachon (1953) and I. After this start of the journey in the Burgundy vineyards, I cross the Bresse jurassienne, bivouac in the forest of Saint-Germain du Bois and continue towards Lons-le-Saunier on a surprising cycle track, then towards the ski resort of Les Rousses after beautiful climbs. The efforts are rewarded with a great descent to Lake Geneva, and I then drive under the blue sky on small paths through the Swiss vineyards which overlook the lake near Nyon, all with the view of the Alps in the background. Landscapes not bad at all! I then stop in Lausanne with my cousin Samjhana and her husband Luis. As Samjhana celebrates her birthday (25 years) two days later with her friends, I am invited to stay. When there is a party at their place, it is great! An animator-decorator, a singer and a guitarist are present for a magnificent private concert. Coincidences, I find a person from my bank who had attended as an intern in the implementation of the payment system by credit card on my math site during a professional meeting in Besançon, and Alisson, to whom I had given tennis lessons in Roulans and who now lives in Lausanne. A memorable festive stop, before continuing in the sumptuous Switzerland which still amazes me, with the beautiful countryside and always the snow-capped Alps which emerge in the background of the landscapes. I then pass near Gruyères, a town famous for the cheese, but i think the cheese of my region is better. I go straight to Friborg, where I admire the cathedral, then Bern, which is certainly the most beautiful city in Switzerland and one of the most beautiful in Europe. After a steep climb, I spend the afternoon in the rose garden, with a clear view of the city, the cathedral, the powerful Aar river which flows from the Alps to the Rhine with a beautiful color, the hills around, and the statue of Albert Einstein, again him, whose route I had already crossed in northern Germany, then at Princeton and at Ulm. The bench near the statue is an ideal place to meditate and resume my research on space and time. As often during such research, I struggle and the difficulties in finding a better theory than his do not even make smile this young Einstein, who worked in the city and formulated his famous theory of relativity there. I stay a second night at the Berne campsite, tour the sumptuous city center the next day, then continue the circle towards Soleure, another pretty town 95 km from Roulans, which I had never heard of before. I cross the Aare again, then attack a terrible climb of 7 km at 11% with passages at 22%, under a blazing sun, to cross the Weissenstein pass at 1250 meters above sea level (summit of the mountain at 1400 m) , highest peak in the eastern Jura. The view is impressive over Switzerland and the whole chain of the Alps in the background. A very nice reward! I go down to the other side and spend the night at the Delémont campsite, then make a final step to return to Mulhouse and complete the circle, on a very hilly course. Due to various imperatives, it is by train that I then return to Roulans from Mulhouse. Incredible thing, on the platform in Belfort (change of train), I come across Patrick Rebmann, cyclist traveler from Strasbourg, also back from a bicycle route between Strasbourg and Lyon, who follows me and puts nice comments on Facebook for many years, and who bought me an autographed book by mail a few weeks ago. We had never met. I arrive at Roulans, where I camp overnight on the grounds of the parental house which will be sold tomorrow Friday July 17 at 2:30 p.m. My attempt to buy back at the same price as the buyer failed, which has affected me a lot lately, and the summer does not look more cheerful. After having made a circle of 100 kilometers around Roulans, I thought it would be interesting to continue with a square of 100 kilometers on the side, or better, by drawing a spiral of Fibonnacci on the map of Franche-Comté, France then Europe. But you have to face the obvious: if I want to one day have a chance of having another opportunity to acquire a large house well located with a large plot and a beautiful view, in a village with all services where I will be well and near a big city, today I have to travel less and work more. Like last summer, I consider that adventure in France can bring me less than entrepreneurial adventure. This is why there will probably not be too many articles on this blog in the coming times. So, good summer to all readers!

0 miam  [1 commentaire]

Commentaire (cacher) :

De gérard Martinez, il y a 4 mois :     Salut Florent. Je me disais que ces tournesols avaient un air bizarre...puis j'ai compris, ils ne se tournent pas vers le soleil, mais te regardent passer. Serais-tu le plus grand des astres? Pour ma part, souvent je me dis: dans quel état j'erre?...C'était un bonjour des nîmois.



Ajouter un commentaire

Nom (*) : Prénom (*) : ou pseudo (*)
Email (*, **) : Site web (*, ***) :

Miams (*, ****) :
Petite question (*****) : combien font 5+4?

* : facultatif.
** : ne sera pas publié.
*** : url complète.
**** : ajoutez des miams si l'article vous plait (maximum 99 par commentaire).
***** : obligatoire. Si vous ne remplisserez pas cette case ou si vous vous trompez dans le calcul votre commentaire ne sera pas enregistré.