Où suis-je?
03/01/2019 : Roulans, France.

Derniers commentaires
>>   Par gérard Martinez, le 19/07
       Salut Florent. Je me disais...
>>   Par Florent, le 16/07
       Bonjour Laurent...Pas encore...
>>   Par Gérard Martinez, le 11/06
       Bonjour Florent....
>>   Par Laurent Souchet, le 11/06
       Bientôt prêt pour...
>>   Par Florent, le 09/04
       Bonjour Gérard, oui...


Catégories :
>>Tour du monde (154)
>>Tour de France (83)
>>Suède (45)
>>Malte (7)

Tour du monde



Articles 1 - 5 / 289
1 2 3 4 5



Article du Jeudi 11 juin 2020

08h07 - Etapes 1107-1113. Roulans - Dijon (537 kilomètres)

[FR]
Après la période de confinement dans la maison vide de mes parents, j'ai repris le chemin du nomadisme à vélo aux premiers jours de beau temps de la période de déconfinement, avec pour objectif de réaliser un tour circulaire de 100 kilomètres de rayon autour de mon village, distance d'éloignement maximale autorisée. J'ai d'abord pris la direction de la frontière suisse que j'ai longée, après un premier bivouac à la cascade du Val à Pierrontaine-les-Varans, en m'abreuvant et faisant ma toilette dans l'eau du petit ruisseau. Puis j'ai traversé le territoire de Belfort et la ville de Mulhouse (à 96 kilomètres de Roulans). Les campings étant fermés, j'ai dormi plusieurs soirs de suite dans la forêt. Ce n'est pas gênant car les forêts françaises sont parmi les meilleures du monde : entretenues, sans ours ni singes, parfaites ! Dans la première forêt après Mulhouse, à 3 heures du matin, j'ai toutefois été réveillé par l'impressionnant mugissement d'un cerf à quelques mètres de ma tente. Ce fut magnifique, tout comme les réponses de ses compères à d'autre endroits de la forêt. J'ai ensuite gravi les pentes du Grand Ballon d'Alsace, point culminant du massif des Vosges (à 93 kilomètres). Après 3 jours de route, j'avais déjà retrouvé une bonne forme, ainsi que l'ivresse du voyage et de l'aventure. C'est donc sans difficulté que j'ai soufflé dans le Grand Ballon et atteins le sommet à 1325 mètres d'altitude. Test positif, mais vous pouvez continuer ! Je fus toutefois attristé par la vue de forêts d'arbres morts, avec les feuilles brunes encore dessus, probable conséquence de la sécheresse de l'été dernier et du réchauffement climatique. Puis j'ai continué ma progression en direction d'Epinal, ville située à 97 kilomètres. Après 4 jours sans douche, j'ai fait une halte en milieu d'étape chez Vincent et Stéphanie du réseau warmshowers, qui m'ont offert une douche (une "warm shower") et m'ont laissé remplir mes bidons d'eau. Nous avons discuté autour d'un café. Coïncidences : Vincent et Stéphanie ont été hébergés chez les mêmes hôtes que moi à Brême, et Vincent est un utilisateur régulier de mon site Internet "comprendre les maths" ! J'ai ensuite poursuivi dans le grand parc du château d'Épinal, puis j'ai roulé 50 kilomètres supplémentaires en direction de Vittel. Depuis le départ, tout en voyageant, j'étudiais les fleurs sauvages du bord de la route, avec l'aide de l'application Android Plantnet. Après Epinal, une plante haute avec de multiples fleurs violettes a particulièrement retenu mon attention. En plus d'être la plus jolie de toutes, son nom m'est familier : c'est une digitale. Mais une digitale qui a les pieds enracinés dans le sol. En tant que digital nomade, j'éprouve de la compassion pour cette digitale sédentaire. Être digitale et ne pas pouvoir bouger, ça doit être terrible ! J'essaie de lui dire que le monde est beau, je la quitte et atteint les environs de Vittel (à 98 kms). 3 kilomètres avant la ville, je trouve un endroit pour camper dans une sorte de sous-bois avec des arbres épineux éparses, décorés de nombreuses toiles et de cocons de chenilles. Je termine de monter ma tente, je mange une tartine de pain, j'avale, ça fait mal en descendant, j'avale le reste, ça fait encore plus mal, puis j'ai des difficultés à respirer. C'est un problème récurrent depuis 9 mois en mangeant du pain et ça finit généralement par passer. Mais cette fois, les choses se compliquent! Je bois une gorgée d'eau et je me retrouve dans l'impossibilité totale de respirer !!! Je parcours une vingtaine de mètres en direction de la route encore lointaine pour chercher de l'assistance. Je commence à m'asphyxier... Je me vois m'effondrer et mourir bêtement dans ces herbes... C'est en me débattant avec force que je parviens tout de même à hurler violemment plusieurs fois, ce qui débloque la gorge et me donne de l'air, et provoquera des douleurs et enflements de la gorge dans les jours suivants. Malgré les 100 kilomètres de la journée, je zappe le repas du soir et le petit-déjeuner. Au petit matin de ce lundi férié, je vais à Vittel pour me refaire une santé en buvant l'eau réputée de la ville. Je téléphone à un médecin, mais tout comme sa collège bisontine consultée quelques mois plus tôt ("fausses routes"), ou la secrétaire régulatrice et trieuse (tueuse?) du cabinet médical de Roulans quelques semaines plus tôt ("gorge iritée"), il botte en touche ("remontées acides") et me dit que ce n'est pas grave. Il me coupe la parole impoliment plusieurs fois et ne me laisse pas le temps de lui expliquer ce qui m'est arrivé. "Si aujourd'hui vous allez bien, vous pouvez continuer !". Je continue donc et me rends dans le parc des thermes de Vittel où un espace "grande source" figure sur la carte, afin de m'abreuver de bonne eau pour retrouver la santé. Mais je ne trouve aucun point d'eau dans le parc. On m'informe que le point d'eau est ailleurs, près du centre-ville. Je m'y rends. Tandis que je remplis mes bouteilles, j'interroge un homme âgé qui remplit ses bouteilles sur le deuxième robinet à côté de moi. "Bonjour Monsieur, dites, l'eau de ces robinets, c'est bien la même que celle qui est dans les bouteilles de Vittel ?". "Oui, mais attention, ici, c'est de l'eau "Bonne Source", elle est pompée dans de la nappe phréatique et est peu minéralisée. Il ne faut pas la confondre avec l'eau "Grande Source" qui provient de la source historique et qui, elle, est très minéralisée. Mais attention, Nestlé Waters mettent cette eau en bouteille aussi! Autrefois, nous allions dans le parc pour remplir nos bouteilles avec de l'eau "Grande Source", mais maintenant ce n'est plus possible." Nestlé Waters? Cela me rappelle quelque chose. Cette marque figurait sur toutes les bouteilles d'eau minérale que j'achetais au Canada, et qui était systèmatiquement traitée par "reverse osmosis", filtration et autre. En raison de la difficulté à trouver des endroits pour remplir mes gourdes, j'achetais souvent de l'eau en bouteille et était frustré de ne jamais trouver d'eau minérale naturelle non traitée. "Je connais bien le problème canadien" rajoute le monsieur. Des gens du Québec et de l'Ontario sont venu récemment ici pour intervenir lors d'une conférence. Là-bas, ils pompent l'eau des nappes phréatiques et la transportent en camion dans les usines de traitement et d'embouteillage avant de la commercialiser et de la faire payer aux habitants lorsqu'ils font leurs courses". "Au Canada comme en France, les politiques sont impuissants, car Nestlé emploie 2000 personnes ici, et ils font du chantage à l'emploi". La réglementation française est clairement trompeuse en laissant croire aux consommateurs que l'eau provient d'une source, alors qu'elle est pompée en profondeur puis très probablement traitée comme au Canada à cause des déchets humains qui se trouvent dans le sous-sol, et peut-être minéralisée ensuite pour ressembler à l'eau de Vittel historique. Les caméras de "Pièces à conviction" sur France 3 qui sont venues ici tout récemment n'ont d'ailleurs pas eu le droit de filmer les lignes de production. Mes bouteilles d'eau de "source" "Bonne Source" (mon cul) arrachée aux profondeurs de la terre remplies, je me dirige ensuite vers la pâtisserie "Au péché mignon" du centre ville. "Bon, puisque je suis encore vivant, je vais aller dévaliser une pâtisserie!". J'achète une grosse part de tarte à la mirabelle, une énorme part de tarte à la rhubarbe, un chausson aux champignons des bois et autres délices, et un croissant aux amandes et chocolat. Je fais ensuite route vers Langres. Je flâne dans cette belle petite ville fortifiée (à 92 kms) située en haut d'une colline, puis je me dirige vers Dijon (à 92 kms), où je suis hébergé chez Basile (trésorier du club de tennis que je présidais), Nathalie, leurs enfants et l'oncle de Nathalie. Nathalie doit se rendre à Pouligney (3 kms de Roulans) le lendemain. Comme la météo se gâte, et que je dois voir rapidement un médecin à Roulans, j'embarque avec elle pour boucler cette petite boucle par l'autoroute et je me retrouve dans la maison de mes parents. Le bilan de ces quelques étapes près de chez moi est très positif, hormis ce souci de santé bien sur. La découverte de la flore locale sauvage, l'écoute d'un cerf à quelques mètres de ma tente en pleine nuit, la découverte de jolies villes à moins de 100 kilomètres, et des rencontres ou retrouvailles sympathiques. Il y a eu surtout la satisfaction d'avoir utilisé intensément tous les jours pendant 7 jours mon ordinateur, ma tablette, mon téléphone et mon enceinte bluetooth en parfaite autonomie sans jamais me connecter sur des prises électriques. L'énergie solaire, et dans une moindre mesure celle de la dynamo, m'ont en effet fourni suffisamment d'énergie pour me passer totalement des prises. Une autonomie énergétique recherchée depuis de nombreuses années et désormais rendue possible principalement par la nouvelle technologie de recharge des ordinateurs par câbles USB-C. Un pas de plus vers un sentiment de liberté totale.

Etape 1107. Roulans – Pierronfaine-Les-Varans. 52 kms
Etape 1108. Pierronfaine-Les-Varans – Audincourt. 80 kms
Etape 1109. Audincourt – Richwiller. 67 kms
Etape 1110. Richwiller – Cornimont. 75 kms
Etape 1111. Cornimont – Vittel. 106 kms
Etape 1112. Vittel – Orbigny-au-mont. 76 kms
Etape 1113. Orbigny-au-mont – Dijon. 81 kms


[EN]
After lockdown in the empty house of my parents, I went back on the road in the first days of nice weather, with the idea of ​​doing a circular tour of 100 kilometers in radius around the village of Roulans, maximum distance allowed. I first took the direction of the Swiss border which I followed, after a first bivouac at the Val waterfall in Pierrontaine-les-Varans, by drinking and washing in the water of the stream. Then I crossed the territory of Belfort and the city of Mulhouse (96 kilometers from my place of temporary residence). The campsites being closed, I slept several evenings in a row in the forest. The French forests are among the best in the world: maintained, without bears and without monkeys: perfect! In the first forest after Mulhouse, at 3 am, however, I was awakened by the roar of a deer a few meters from my tent! It was impressive, as were the responses of his colleagues. I then climbed the slopes of the great Alsace balloon, the highest point in the Vosges montains (93 km). After 3 days on the road, I had already found good form, as well as the exhilaration of travel and adventure. So it was without difficulty that I blew into the big balloon and reached the summit at 1325 meters above sea level. Positive test, but let's continue! I was saddened, however, by the sight of forests of dead trees, with the brown leaves still on them, probably a consequence of the drought last summer and climate change. Then I continued my progress towards Epinal (97 km). After 4 days without a shower, I stopped in the middle of the stage with Vincent and Stéphanie from the warmshowers network, who offered me a shower and let me fill my water cans. We chatted over coffee. Coincidences: Vincent and Stéphanie were hosted by the same hosts as me in Bremen, Germany, and Vincent is a regular user of my "understand math" website! I then continued in the large park of the castle of Épinal, then I drove an additional 50 kilometers in the direction of Vittel. I continued the roadside wildflower study started a few days earlier, with the help of the Plantnet Android app. A tall plant with multiple purple flowers caught my attention. In addition to being the prettiest of all, her name is familiar to me: it is a digital. But a digital that has its feet rooted in the ground. As a digital nomad, I feel compassion for this sedentary digital. Being digital and not being able to move, it must be terrible! I try to tell her that the world is beautiful, I leave her and reach the surroundings of Vittel (98 kms). 3 kilometers before the city, I find a place to camp in a sort of undergrowth with scattered thorny trees, decorated with many canvases and cocoons of caterpillars. I finish setting up my tent, I eat a slice of bread, I swallow, it hurts when I go down, I swallow the rest, it hurts even more, then I have difficulty breathing. It's been a recurring problem for 9 months while eating bread and it usually ends up well. But this time, things get complicated! I take a sip of water and find myself completely unable to breathe! I then travel about twenty meters towards the still distant road to seek assistance ... I begin to suffocate ... I see myself collapsing and dying stupidly in these grasses. It is by struggling with strength that I then manage to scream violently several times, which unblocks the throat and gives me air, and will cause pain and swelling in the throat in the following days. Despite the 100 kilometers of the day, I skip the evening meal and the breakfast. On this holiday Monday, I go to Vittel in the early morning to get my health back by drinking the famous water of the city. I call a doctor, but just like his bisontine college consulted a few months earlier ("false routes"), or the regulatory secretary of the medical office of Roulans a few weeks earlier ("irritated throat"), he kicks in touch (" acid lifts ") and tells me it's okay. He ruthlessly cuts me off several times and does not give me time to explain what happened to me until the end. "If today you are well, you can continue!". I therefore continue and head towards the thermal baths of Vittel where a "large spring" space appears on the map, in order to drink good water to regain health. I can't find any water point in the huge term park. I am informed that the water point is elsewhere, near the city center. I'm going there. As I fill my bottles, I question an elderly man who is filling his bottles on the second tap next to me. "Hello sir, say, is tap water the same as the one in Vittel bottles?" "Yes, but beware, this is" Good Source "water, it is pumped from the water table and is not very mineralized. It should not be confused with the" Great Source "water which comes from the historic source, which is very mineralized. But beware, Nestlé Waters bottle this water too! Formerly, we used to go to the park to fill our bottles with "Grande Source" water, but now this isn’t is no longer possible. " Nestlé Waters? It reminds me of something. This mark appeared on the bottles of mineral water which I bought in Canada, and which was systematically treated by "reverse osmosis", filtration and other. Due to the difficulty of finding places to fill my bottles, I often bought bottled water in stores and was frustrated never to find untreated natural mineral water. "I know the Canadian problem well" adds the gentleman. People from Quebec and Ontario recently came here to speak at a conference. There, they pump water from the groundwater and transport it by truck to the treatment and bottling plants before marketing it and making residents pay for it when they shop. " The policiticians are impotent, because Nestlé employs 2000 people here, and they blackmail with employment ". Suddenly, the French regulations are clearly misleading by letting consumers believe that water comes from a source, then that it is pumped deep and then most probably treated as in Canada because of the human waste that is in the basement, and perhaps mineralized thereafter to resemble the water of historic Vittel. The cameras of french television which came here very recently where not alowed to film the production lines, one wonders why. My bottles of "source" water "Good Source" (my ass) torn from the depths of the earth filled, I then head to the pastry shop in the city center. "Well, since I'm still alive, I'm going to rob a pastry shop!". I buy a big part of mirabelle plum pie, a huge part of rhubarb pie, a turnover with wild mushrooms and other delicacies, and an almond and chocolate croissant. I then drive to Langres. I stroll in this beautiful fortified little town (92 kms) located at the top of a hill, then I head towards Dijon (92 kms), where I am hosted by Basile (treasurer of the tennis club that I chaired), Nathalie, their children and Nathalie's uncle. Nathalie must go to Pouligney, 3km from home, the next day. As the weather is getting worse, and I need to quickly see a doctor in Roulans, I go with her to complete this little loop by the highway and I find myself in my parents' house. The results of these few steps near my home are very positive, apart from this health concern of course. The discovery of the local wild flora, listening to a deer a few meters from my tent in the middle of the night, the discovery of beautiful cities within 100 km, and nice meetings or reunions. There was especially the satisfaction of having used my computer, my tablet, my phone and my bluetooth speaker intensively every day for 7 days without ever connecting to electrical outlets. Solar energy, and to a lesser extent that of dynamo, have indeed provided me with enough energy to do without plugs completely. Energy autonomy sought after for many years and now made possible mainly by the new technology for recharging computers using USB-C cables. One more step towards a feeling of total freedom.

198 miams  [3 commentaires ]

Commentaires (cacher) :

De Laurent Souchet, il y a 4 mois :     Bientôt prêt pour un vélo solaire avec remorque ou sur toit ?

De Gérard Martinez, il y a 4 mois (+ 99 miams) :     Bonjour Florent. Aujourd'hui, puisque l'on peut aller roulant plus loin que 100 km, tu pourrais essayer les eaux bonne mère sur la Canebière, ou tout à côté de Nîmes, un Perrier, sorti tout droit des sources Perrier, celles là même que Nestlé a racheté. Au départ le gaz y était naturel, jaillissant des profondeurs de la roche...aujourd'hui on lui préfère un bon gaz carbonique. Tu suis une bagnole de prêt en buvant l'eau de ta gourde: c'est pareil! Enfin, non...c'est moins cher. Je te joins quelques glougs...à bientôt Gérard

De Florent, il y a 3 mois (+ 99 miams) :     Bonjour Laurent...Pas encore de vélo solaire...Mais à étudier!!! Merci Gérard, il nous faut arrêter d'acheter ces eaux en bouteille, et tout devrait rentrer dans l'ordre :-)



Ajouter un commentaire

Nom (*) : Prénom (*) : ou pseudo (*)
Email (*, **) : Site web (*, ***) :

Miams (*, ****) :
Petite question (*****) : combien font 7+6?

* : facultatif.
** : ne sera pas publié.
*** : url complète.
**** : ajoutez des miams si l'article vous plait (maximum 99 par commentaire).
***** : obligatoire. Si vous ne remplisserez pas cette case ou si vous vous trompez dans le calcul votre commentaire ne sera pas enregistré.