Où suis-je?
24/03/2018 : Dubai, E.A.U.

Derniers commentaires
>>   Par Danièle , le 28/03
       Salut Florent, en ce mois de...
>>   Par Florent, le 26/03
       Merci Tata :-)
>>   Par Florent, le 26/03
       Salut Gérard et Christine!...
>>   Par MARYSE BEUCLER, le 26/03
       merci pour mamie...bonne route
>>   Par Gérard Martinez, le 26/03
       Bon, puisque tu dis que tu...


16/04/2018 : en raison de spam les commentaires sont désormais impossibles et désactivés


Catégories :
>>Tour du monde (139)
>>Tour de France (83)
>>Suède (45)
>>Malte (7)

Tour du monde



Articles 1 - 5 / 274
1 2 3 4 5



Article du Jeudi 22 mars 2018

20h05 - Etapes 825 – 853. Bakou – Dubai (2068 kilomètres) (1/2)

[FR] (in english below) À Bakou, le lundi 13 novembre 2017, à la descente du ferry traversant la mer Caspienne, j'ai pris la direction d'une auberge de jeunesse : ce type d'hébergement en chambres partagées est toujours l'occasion de faire des rencontres intéressantes avec d'autres voyageurs du monde entier. Je n'ai pas passé beaucoup de temps dans la capitale de l'Azerbaïdjan. J'ai tendance à écourter de plus en plus mes séjours dans les grandes villes, quand je ne les évite pas ce qui fut le cas d'Istanbul et de Téhéran cette année. Située dans une vaste région pétrolifère, Bakou et ses 2 millions d'habitants est une grande ville. En son cœur, la vieille ville fortifiée est plaisante avec ses murailles de pierre et ses petites ruelles. Et au cœur de la vielle ville, les habitants ont du cœur! Me voyant perdu avec mon vélo, un restaurateur m'a invité et offert le thé puis fait déguster différentes pâtisseries locales. Le vélo chargé de bagages fut une nouvelle fois une clé passe-partout pour m'affranchir des règles du commerce et du tourisme et établir des relations humaines plus justes basées sur le partage. C'est le cœur en fête et l'esprit libre et joyeux que j'ai quitté Bakou. J'ai dormi le premier soir caché derrière de la végétation basse non loin de la grande route, puis le soir suivant derrière une maison abandonnée également à quelques pas de la grande route. L'étonnement et les rires des enfants qui m'ont découvert là avec ma tente au petit matin, comprenant que j'avais dormi derrière ce mur pour me cacher, m'ont offert un réveil amusant. La route cabossée et le trafic important ont ensuite laissé place à un parfait et large asphalte neuf et plat, sur une autoroute pas encore ouverte à la circulation, mais déjà accessible en vélo après franchissement de tas de terre. Avec le vent dans le dos, les conditions furent parfaites pendant 50 kilomètres pour rejoindre Astara, ville à cheval entre l'Azerbaïdjan et l'Iran, et déjà parcourue dans sa partie iranienne au mois de juillet. J'ai refait ensuite pendant 2 jours la route effectuée en juillet. Ni les paysages ni le regard que je leur porte n'ont changé : beaucoup de circulation, un ciel nuageux, et de l'agriculture et de la vie un peu partout dans cette petite bande verte à l'extrême nord de l'Iran qui possède des précipitations régulières, coincée entre la mer Caspienne et une haute chaîne de montagnes. J'ai ensuite quitté pour de bon la mer Caspienne pour monter vers le plateau iranien à Qazvin. La montée fut stoppée par un orage avec un bel arc-en-ciel. Le conducteur d'un camion qui avait terminé sa livraison de choux m'a embarqué avec mon vélo et m'a déposé à Qazvin. J'ai ensuite fait route plein sud. J'ai expérimenté une nouvelle fois la gentillesse et l'hospitalité hors normes des Iraniens. Un commerçant ne m'a pas fait payer l'eau et le chocolat achetés dans sa boutique, puis le lendemain un autre m'a offert le kilo d'oranges et celui de bananes que je m'apprêtais à lui payer, au simple motif que je venais d'un lointain pays à vélo. Et de nombreuses personnes m'ont hebergé ou simplement aidé d'une manière ou d'une autre. J'ai traversé Isfahan, troisième ville du pays avec ses 2 millions d'habitants. J'ai visité les principaux monuments : la place Naghsh-e Jahan, l'une des plus grandes du monde, la grande mosquée dans laquelle je me suis promené seul de nuit sous les chants des muezzins et entouré de gens tous couverts de noir de la tête au pied, dans une atmosphère très spéciale. Une expérience unique. J'ai également visité une magnifique église catholique, bâtie par les arméniens en exil il y a un siècle. L'Iran a reconnu et condamné le génocide arménien, et garde cette superbe église en mémoire du génocide. Ensuite, mon vélo a pris la direction de Yazd, autre curiosité architecturale et touristique avec des beaux bâtiments parfaitement mis en valeur par les éclairages nocturnes. Pour y parvenir, j'ai quitté les sentiers battus en empruntant une petite route suivie d'un chemin coupant à travers le désert. "Il n'y a plus rien après cette route!" M'a-t-on lancé. "Et il fait très froid dans le désert, n'y va pas!". "Mais si!" lui-répondis-je. Comme souvent les peurs des gens sont des bons indicateurs des directions à prendre. Pour eux, le monde s'arrête là où les voitures ne peuvent pas aller. Pour moi, c'est justement ici qu'il commence, dans ces espaces de grande liberté où le néant des paysages se joint rejoint à celui des pensées pour former une joie simple et pure d'être juste présent ici, respirer, puis continuer de pédaler pour aller voir le monde un peu plus loin. Je n'ai pas regretté d'avoir pris cette route.

(commentaire actuellement impossibles en raison de bugs, cela devrait être corrigé pour le prochain article)


[EN] In Baku, Monday, November 13, 2017, on the descent of the ferry crossing the Caspian Sea, I headed for a hostel: this type of accommodation in shared rooms is always an opportunity to meet interesting people with other travelers from around the world. I did not spend much time in the capital of Azerbaijan. I tend to shorten my stays in big cities more and more, when I do not avoid them, which was the case in Istanbul and Tehran this year. Located in a vast oil region, Baku and its 2 million inhabitants is a big city. At its heart, the fortified old town is pleasant with its stone walls and narrow streets. And in the heart of the old city, the inhabitants have heart! Seeing me lost with my bike, a restaurant owner invited me and offered tea and then tasted various local pastries. The luggage-loaded bike was once again a key to getting rid of the rules of trade and tourism and establishing more equitable human relations based on sharing and smiling. It is the festive heart and the free and happy spirit that I left Baku. I slept the first night hidden behind low vegetation near the main road, and the next evening behind an abandoned house also a few steps from the main road. The astonishment and laughter of the children who discovered me there with my tent in the early morning, understanding that I had slept behind this wall to hide myself, gave me a funny awakening. The dented road and the important traffic then gave way to a perfect and wide new flat asphalt, on a highway not yet open to traffic, but already accessible by bike. With the wind in the back, conditions were perfect during 50 kilometers to reach Astara, a city straddling between Azerbaijan and Iran, and already traveled in its Iranian part in July. I redid then for 2 days the road made in July. Neither the landscapes nor the way I look at them have changed: a lot of traffic, a cloudy sky, and agriculture and life everywhere in this small green band in the far north of Iran which has regular rainfall, wedged between the Caspian Sea and a high mountain range. I then left the Caspian Sea to climb to the Iranian plateau at Qazvin. The climb was stopped by a storm with a beautiful rainbow. The driver of a truck that had completed his delivery of cabbage took me on my bike and dropped me off at Qazvin. I then went south. I once again experienced the kindness and hospitality of the Iranians. A shopkeeper did not charge me the water and chocolate bought in his shop, and the next day another offered me the kilogram of oranges and bananas that I was about to pay him, for the simple reason that I came from a distant country by bike. And many people hosted me or just helped in one way or another. I crossed Isfahan, the third largest city in the country with 2 million inhabitants. I visited the main monuments: the Naghsh-e Jahan Square, one of the largest in the world, the great mosque in which I walked alone by night under the songs of the muezzins and surrounded by people all covered in black, head to toe, in a very special atmosphere. A unique experience. I also visited a beautiful Catholic church, built by Armenians in exile a century ago. Iran has recognized and condemned the Armenian genocide, and keeps this beautiful church in memory of the genocide. Then, my bike took the direction of Yazd, another architectural and tourist curiosity with beautiful buildings perfectly highlighted by night lighting. To achieve this, I left the beaten track by following a small road followed by a cutting path through the desert. "There is nothing after this road!" people told me. "And it's very cold in the desert, do not go!" "I will go!" I answered him. As often people's fears are good indicators of directions to take. For them, the world stops where cars can not go. For me, it is precisely here that he begins, in these spaces of great freedom where the nothingness of the landscapes joins that of the thoughts to form a simple and pure joy to be just present here, to breathe, then to continue pedal to see the world a little further. I did not regret having taken this route.

0 miam  [0 commentaire]

Commentaire (cacher) :



Ajouter un commentaire

Nom (*) : Prénom (*) : ou pseudo (*)
Email (*, **) : Site web (*, ***) :

Miams (*, ****) :
* : facultatif. ** : aucune adresse email ne sera publiée. *** : url complète. **** : ajoutez des miams si l'article vous plait (maximum 99 par commentaire).