Ou suis-je / Where am i?
27/10/2017 :
Beyneu, Kazakstan


Derniers commentaires /
Last Comments

>>   Par Florent, le 13/11
       Merci Evelyne et Patrick,...
>>   Par Evelyne Patrick , le 13/11
       Bon Courage Florent on pense...
>>   Par inconnu, le 09/11
       Bonjour Florent...Griffe de...
>>   Par inconnu, le 09/11
       Que d'emotion Florent....
>>   Par Florent, le 08/11
       Oui c'était génial de croiser...



Anciens voyages :
>> Tour de France (83)
>> Aller retour en Suède (45)
>> Malte - Besançon (7)




Articles 1 - 5 / 266
1 2 3 4 5


Article du samedi 21 octobre 2017 Ă  13h55

Etapes 764 – 782. Douchanbé – Frontière Kirghizistan (1256 kilomètres) (2/2)

Après quelques étapes avec les \HELLO <_BIKE> WORLD! et Mimille nous avons longé la zone la plus reculée de l'Afghanistan : une bande de 20 kilomètres de large entre le Tajikistan et le Pakistan, et dans laquelle me semble t-il l'armée française était en guerre il n'y a pas très longtemps. Cette route fut très jolie en raison de la présence à 20 kilomètres de nous de hautes montagnes avec des sommets à plus de 7000 mètres d'altitude faisant office de frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan. La rivière Pamir, affluent du Wahkan, qui sépare le Tajikistan de l'Afghanistan, est devenue de plus en plus étroite au fil de la montée et à la fin nous aurions pu la traverser à pied. Enfin après 12 étapes (pour moi) à remonter des cours d'eau à fond de vallée le long de la frontière afghane nous avons quitté la rivière et avons franchi le col Khargush à 4344 mètres d'altitude. De l'autre côté nous avons rejoint la route M41, où route du Pamir, route au trafic automobile quasi-nul malgré que ce soit le principal axe routier du pays, et qui traverse des hauts plateaux et franchi divers cols à plus de 4000 mètres d'altitude. C'est une route goudronnée, de qualité semblable à une route du Haut-Doubs qui n'aurait pas été entretenue depuis 50 ans, mais pour nous ce fut un grand changement et un gain important de confort et de vitesse. Nous avons remis quelques bars de pression dans les pneus et avec un fort vent dans le dos, nous nous sommes envolés sur cette route. La route du Pamir est certainement la route plus fréquentée au monde par les voyageurs à vélo. A l'instar de l'Eurovelo 6 en Europe, de la Carretera Austral en Amérique du sud ou de la côte Pacifique en Amérique du Nord, c'est une autoroute des cyclistes à sacoches. Certains viennent quelques semaines pour leurs vacances, principalement d'Europe et de Russie mais on y croise aussi beaucoup de voyageurs au long cours car la route est le chemin le plus court entre l'Europe et l'Asie, et sa réputation liée à ses paysages, sa difficulté et l'absence de trafic motorisé en fait un lieu de passage incontournable pour les voyageurs de mon espèce. Les paysages furent effectivement très spectaculaires, ce fut grandiose, et les journées furent de plus agrémentées par les joies de la vie en groupe. Un jour nous avons vu arriver dans le sens inverse Eric et Robin, partis de Murghab, ville qu'ils ont atteint en taxi après une casse mécanique sur le tricyle de Robin (la petite pièce complexe qui fixe le dérailleur au cadre a été cassée à la suite d'un choc, plus d'infos ici). Un ferrailleur à Murghab a réussi l'exploit de fabriquer exactement la même pièce avec un morceau de métal, un chalumeau et une scie circulaire. C'est donc ensemble que nous avons atteint Murghab, après un bivouac à 4200 mètres d'altitude sous un magnifique ciel étoilé. Nous avons fait un détour par un chemin caillouteux pour nous rendre sur le site de la centrale électrique qui alimentait jusqu'à l'hiver dernier cette ville très isolée de 6000 habitants située à 3700 mètres d'altitude. La ville, qui contient un aéroport et un hôpital, est sans électricité depuis 6 mois. Les \HELLO <_BIKE> WORLD!, tous trois fraichement diplômés d'ingénieurs en environnement, voulaient en savoir plus. Par chance, un représentant tajik d'une compagnie électrique est venu sur les lieux 30 minutes après notre arrivée alors que nous explorions les lieux. Il nous a ouvert grand les portes et répondu aux questions les plus techniques, raconté l'histoire de la centrale, les raisons de sa fermeture et les projets à venir (article détaillé ici). Ce fut un privilège de me trouver à cet endroit à ce moment là et de pouvoir explorer librement une centrale hydraulique -sans barrage, le courant de la rivière raccourcie et accéléré étant suffisant- de 200kW de puissance fermée tout récemment. Pour s'adapter à l'absence d'électricité les habitants les plus riches et les hôtels les plus luxueux de la ville se sont équipés de groupes électrogènes à essence mais la plupart des habitants se passent désormais d'éléctricité. L'hiver sera long pour eux car l'ouverture d'une nouvelle centrale n'est pas prévue avant une bonne année. Nous avons quitté Murghab avec plein d'images dans la tête, celle du marché dans lequel les commerçants vendent leur produits dans d'anciens containers pour bateaux, celles des multiprises électriques bien remplies lorsque l'auberge où nous résidions ouvrait l'électricité de 20h à minuit, celle de Samira, gentille gérante d'une guesthouse avec laquelle nous avions sympathisé, celle du ferrailleur auquel nous sommes allé rendre visite, celles de la centrale à l'abandon, des énormes générateurs et des chapeaux kirghizes traditionnels des habitants, des pulls tricotés de laine des enfants ou encore celle de l'eau de la douche chauffant au feu de bois. Passée cette ville singulière et très étonnante est venue la partie la plus difficile du Pamir avec des nouveaux cols à 4650, 4250 et 4350 mètres d'altitude. C'est avec une respiration difficile que nous avons franchi tous ces cols, en raison du manque d'oxygène qui se fit sentir surtout en buvant (on fût vite essoufflé après avoir bu une gorgée d'eau) et la nuit où cela devenait plus difficile d'avoir un bon sommeil. Au sommet d'un col nous avons doublé Tarus, un cycliste français en voyage ici pour quelques semaines. Il nous a accompagné ensuite le long du très joli lac Karakul puis dans les deux nouveaux cols qui ont suivi. Enfin après une semaine passée aux alentours de 4000 mètres d'altitude j'ai franchi à grande vitesse le dernier col afin d'aller retrouver de l'air et des températures moins froides de l'autre côté à la frontière du Kirghizistan.



Etape 764. Douchambé – Route A385. 118 kms.
Etape 764. Route A385 - Darai Ob. 87 kms.
Etape 765. Darai Ob - Yoged. 118 kms.
Etape 766. Yoged - Route M41. 76 kms.
Etape 767. Route M41 - Vaznavd. 87 kms.
Etape 768. Vaznavd - Pashor. 94 kms.
Etape 769. Pashor - Khorog. 12 kms.
Etape 770. Khorog - Khaskhorug. 37 kms.
Etape 771. Khaskhorug - Ishkashim. 70 kms.
Etape 772. Ishkashim - Shitkharv. 55 kms.
Etape 773. Shitkharv - Zong. 53 kms.
Etape 774. Zong - Ratm. 11 kms.
Etape 775. Ratm - Route M41. 37 kms.
Etape 776. Route M41 - Route M41 . 59 kms.
Etape 777. Route M41 - Route M41. 112 kms.
Etape 778. Route M41 - Murghab. 20 kms.
Etape 779. Murghab - Route M41. 42 kms.
Etape 780. Route M41 - Route M41. 46 kms.
Etape 781. Route M41 - Karakul. 47 kms.
Etape 782. Karakul - Route M41. 75 kms.


[EN]
After a few steps with the swiss guys \ HELLO <_BIKE> WORLD! and the frenchman Mimille we reached the most remote area of ​​Afghanistan: a strip of 20 kilometers wide between Tajikistan and Pakistan, and in which it seems to me the French army was at war there is no long time. This road was very pretty because of the presence to 20 kilometers of us of high mountains with summits at more than 7000 meters of altitude acting as border between Afghanistan and Pakistan. The Pamir River, a tributary of the Wahkan, which separates Tajikistan from Afghanistan, became increasingly narrow as the climb progressed and at the end we could have crossed it on foot. Finally after 12 days (for me) to go up the river bottom valley along the Afghan border we left the river and crossed the Khargush Pass at 4344 meters above sea level. On the other side we have joined the M41 road, or Pamir Highway, the main road of the country but with almost zero traffic, and which crosses the highlands and passes various passes at more than 4000 meters above sea level. It is an asphalt road, bad quality but for us it was a big change and an important gain of comfort and speed after the previous roads. We put a few pressure bars in the tires and with a good wind in the back, we flew on this road. The Pamir Highway is probably the busiest road in the world by bicycle travelers. Like the Eurovelo 6 in Europe, the Carretera Austral in South America, or the Pacific coast in North America, it is a bagged cyclist's highway. Some come just a few weeks for their holidays, mainly from Europe and Russia, but there are also many long-distance travelers because the road is the shortest route between Europe and Asia, and its reputation for its landscapes, its difficulty and the absence of motorized traffic makes it a place of passage for all travelers of my species. The landscapes were indeed very spectacular, it was grandiose, and the days were embellished by the joys of group life. One day we saw arrive in the opposite direction Eric and Robin, left Murghab, city they reached by taxi after a mechanical breakage on Robin's trike (the small complex part that fixes the derailleur to the frame was broken in after a shock, more info here, in french). A metalworker in Murghab has achieved the feat of making exactly the same piece with a piece of metal, a blowtorch and a circular saw. It is thus together that we reached Murghab, after a bivouac at 4200 meters of altitude under a magnificent starry sky. We made a detour via a stony path to go to the site of the power station that fed until last winter this very isolated town of 6000 inhabitants located at 3700 meters above sea level. The city, which contains an airport and a hospital, has been without electricity for 6 months. The \ HELLO <_BIKE> WORLD !, all three newly graduated environmental engineers, wanted to know more. Luckily, a tajik representative from an electric company came to the scene 30 minutes after we arrived while we were exploring the premises. He opened the doors to us and answered the most technical questions, told the story of the plant, the reasons for its closure and the projects to come (article detailed here, in french ). It was a privilege to be there at that time and to be able to freely explore a hydroelectric power station - without a dam, the current of the river being shortened and accelerated enough - 1.2 MW closed recently. In order to adapt to the lack of electricity, the richest inhabitants and the most luxurious hotels of the city have been equipped with gasoline generators but most of the inhabitants are now without electricity. Winter will be long for them because the opening of a new plant is not planned before a good year. We left Murghab with a lot of images in the head, that of the market in which the traders sell their products in old containers for boats, those of the rush to electric power strips when the hostel where we lived opened the electricity from 8pm to midnight, that of Samira, nice manager of a guesthouse with which we had sympathized, that of the scrap dealer to whom we went to visit, those of the abandoned power plant, huge rotors 600MW of power and hat traditional Kyrgyz residents, knitted sweaters of children's wool or the water of the heated shower over a wood fire. Past this singular and very amazing city came the most difficult part of the Pamir with new passes at 4650, 4250 and 4350 meters above sea level. It was with a difficult breath that we crossed all these passes, because of the lack of oxygen that was felt especially by drinking (we are quickly out of breath after drinking a sip of water) and the night it became more difficult to have a good sleep. At the top of a pass we doubled Tarus, a French cyclist traveling here for a few weeks. He then accompanied us along beautiful Lake Karakul and in the two new passes that followed. Finally after a week spent at 4000 meters altitude I crossed the last pass at high speed to find air and colder temperatures on the other side to the Kyrgyz border.

198 miams   [5 commentaires ]

Commentaires (cacher) :

De GĂ©rard Martinez, il y a 1 mois (+ 99 miams) :     Bravo Florent!

De Florent, il y a 4 semaines (+ 99 miams) :     Merci GĂ©rard!!! :-)

De BAUDIN Danièle, il y a 4 semaines :     Merci Florent de nous faire partager ces instants. Les paysages sont splendides et les contacts le sont aussi. Bonne continuation.Danièle

De (pb enr. nom) Inconnu, il y a 3 semaines :     >Quelle belle surprise ! ... d'ĂŞtre tombĂ© sur des petits suisses (pas pu m'empĂŞcher) au Pamir. Ces vidĂ©os nous permettent d'ĂŞtre encore plus proche de toi. Merci Florent

De Danièle BAUDIN, il y a 2 semaines :     Quand on y rĂ©flechit bien, il faut quelques fois se mĂ©fier des raccourcis. Danièle



Ajouter un commentaire

Nom (*) : Prénom (*) : ou pseudo (*)
Email (*, **) : Site web (*, ***) :

Miams (*, ****) :
* : facultatif. ** : aucune adresse email ne sera publiée. *** : url complète. **** : ajoutez des miams si l'article vous plait (maximum 99 par commentaire).