Où suis-je?
03/01/2019 : Roulans, France.

Derniers commentaires
>>   Par gérard Martinez, le 19/07
       Salut Florent. Je me disais...
>>   Par Florent, le 16/07
       Bonjour Laurent...Pas encore...
>>   Par Gérard Martinez, le 11/06
       Bonjour Florent....
>>   Par Laurent Souchet, le 11/06
       Bientôt prêt pour...
>>   Par Florent, le 09/04
       Bonjour Gérard, oui...


Catégories :
>>Tour du monde (154)
>>Tour de France (83)
>>Suède (45)
>>Malte (7)

Tour du monde



Articles 1 - 5 / 289
1 2 3 4 5



Article du Dimanche 5 avril 2020

22h54 - Etapes 1092-1098. Bangkok – Siem Riep (596 kilomètres)

[FR] (in english below)
Le dimanche 1er mars 2020, j'ai repris la route à Bangkok, la capitale de la Thaïlande. Je me suis d'abord dirigé au nord-est vers le parc national de Khao Yai, qui est la plus vaste réserve naturelle thaïlandaise. Je l'ai atteint en deux jours, sous une météo ensoleillée et très chaude, ce qui m'a valu quelques coups de soleil. Afin de terminer les étapes avant midi, et d'éviter de rouler sous 40 °C, ce qui est très fatigant et désagréable, j'ai débuté les étapes vers 6 h 30 le matin. Pour finir la deuxième étape et arriver dans le parc national, j'ai eu droit à une belle montée de 30 kilomètres, avec le magnifique fonds sonore de la forêt tropicale qui grouille de vie, et en compagnie d'un groupe de cyclistes retraités locaux pendant quelques kilomètres. La forêt primaire qui couvre cette montagne s'étend sur environ 200 kilomètres de long pour 50 km de large. Elle est peuplée d'une faune et d'une flore très riches. J'ai notamment observé des singes, un éléphant sauvage, des biches, des porc-épiques, et un calao bicorne, un gros oiseau au long bec orange, emblématique du parc. Ces animaux ne furent pas difficiles à apercevoir ! À l'exception du Calao bicorne, croisé par hasard près de la route en repartant, il aura suffi de séjourner quelques jours sur le terrain de camping situé au milieu du parc national et de laisser venir ces animaux... Comme la chasse est interdite, ils n'ont pas peur des hommes, et s'approchent à la recherche de la nourriture. Ce sont d'abord les cerfs et les biches qui sont venues visiter ma tente lorsque j'avais le dos tourné. Une magnifique tente Exped Mira 3 à 450 euros. Ayant deviné qu'il y avait quelque chose de bon dedans, ils ont déchiré la toile et la moustiquaire avec leurs pattes, et se sont régalé avec mes deux kilos de succulent muesli délicatement préparé avant de partir, à base d'un mélange de tous les types de céréales, noix et fruits secs que l'on peut trouver au magasin Biocoop La Canopée de Besançon. Heureusement, ils n'ont pas pu accéder au dernier sac d'un kilo, qui se trouvait à l'extérieur, calé sous la lourde chaîne antivol dans le compartiment bas de la sacoche de cadre du vélo. Il me restait donc un kilo à économiser avant de devoir carburer au régime riz/poulet asiatique. C'était sans compter sur les singes ! Qui, eux, sont venus par surprise la nuit suivante... Ils n'ont pas eu de mal à retirer la chaîne avec leurs petites mains et se faire un festin. Ma tente en lambeaux, ma bonne nourriture disparue, je faisais une sieste près du bar du camping en songeant à comment aborder la suite, quand la gérante du bar est venue me voir et me dire : "Attention!!! Un éléphant!!!". Grand, beau, majestueux, le mastodonte avançait pas à pas sur la petite route intérieure du camping. Apparemment, c'est la première fois qu'un éléphant pénètre dans le camping, et c'est donc un événement. C'est probablement le manque d'eau et de fruits dans la nature en cette fin de période sèche qui l'amène à s'aventurer sur ces terres humaines, cela pour la plus grande joie campeurs qui ont pu l'observer! L'animal a d'abord coupé un arbuste à la force de la trompe, en a mangé les meilleures feuilles, puis s'est dirigé vers la terrasse du bar où s'était réfugié les touristes. Il y eut une petite scène de panique des touristes pris au piège, mais l'animal a ensuite simplement continué son chemin vers l'intérieur du camping. Il a secoué un manguier pour en faire tomber les fruits, avant de se déshydrater dans un étang. C'était magnifique à voir et ce furent des moments magiques. Mais je l'ai beaucoup moins admiré ensuite quand il a pris le chemin de ma tente ! Ou plutôt de ce qu'il en restait... Et de toutes mes affaires... Le pachyderme est passé à quelques mètres de mon campement et a fort heureusement poursuivi sa marche lourde et gracieuse sans faire de dégâts supplémentaires. Le soir tombé, c'est un porc-épique qui est entré dans le camping à la recherche de nourriture et s'est laissé approcher. J'en ai ensuite vu d'autres au bord de la route. Dans ce camping, j'ai également rencontré deux jeunes françaises, Faustina et Pauline, qui vadrouillent en Asie du Sud-est pendant quelques mois. Quand Faustina a appris que j'étais l'auteur du site internet "comprendre les maths", avec lequel elle et ses amies ont révisé le bac, elle m'a demandé un autographe ! Un peu gêné, je lui ai accordé un simple selfie. Je rencontre régulièrement en France et à l'étranger des utilisateurs de mon site de mathématiques et cela me fait toujours très plaisir de rencontrer mes "élèves" sur le terrain ! Le lendemain, nous avons passé tous les trois une agréable soirée cuisine/repas autour du feu de mon réchaud à bois. Après quelques randonnées dans la forêt tropicale, j'ai ensuite poursuivi la route en direction du Cambodge, toujours sous des chaleurs étouffantes, mais avec des étapes désormais parfaitement plates sur des routes de bonne qualité, et en avalant des kilos et des kilos de succulents fruits tropicaux (mangues et bananes principalement). Passé la frontière du Cambodge, j'ai alors atteint la ville de Siem Reap et j'ai visité pendant deux jours les temples d'Ankgor. Ce sont des impressionnants vestiges d'un vaste empire qui domina l'Asie du Sud-est pendant quelques siècles, aux alentours des années 1000-1400, et dont je vous parlerai plus longuement dans le prochain article. 

Etape 1092. Bangkok – Chachoengsao. 65 kms.
Etape 1093. Chachoengsao – Camping Lam Ta Khong. 105 kms.
Etape 1094. Camping Lam Ta Khong – Baanbuecchaakhun. 86 kms.
Etape 1095. Baanbuecchaakhun – Kabin Buri. 64 kms.
Etape 1096. Kabin Buri – Sa Kaeo. 78 kms.
Etape 1097. Sa Kaeo – Sisophon. 91 kms.
Etape 1098. Sisophon – Siem Reap. 107 kms.


Vous trouverez ci-dessous une vidéo amateur de 2 minutes sur les animaux que j'ai croisé en Thaïlande et en dessous je vous remets aussi mon passage de 3min30 sur France 3 au mois de janvier.


Animaux



France 3



[EN] On Sunday March 1, 2020, I hit the road in Bangkok, the capital of Thailand. I first headed northeast to Khao Yai National Park, which is the largest natural reserve in Thailand. I reached it in two days, in sunny and very hot weather, which caused me some sunburn. In order to finish the stages before noon, and to avoid driving under 40 ° C, which is very tiring and unpleasant, I started the stages around 6:30 in the morning. To finish the second stage and arrive in the national park, I took a beautiful climb of 30 kilometers, with the magnificent sound of the tropical forest, and in the company of a group of local retired cyclists for a few kilometers. The primary forest that covers this mountain stretches about 200 kilometers long and 50 km wide. It is populated by a very rich fauna and flora. I notably observed monkeys, a wild elephant, hinds, porcupines, and a horned hornbill, a large bird with a long orange beak, emblematic of the park. These animals were not difficult to see! With the exception of the horned hornbill, crossed by chance near the road when leaving, it will have been enough to stay a few days on the campsite located in the middle of the national park and to let these animals come ... As hunting is prohibited , they are not afraid of men, and approach in search of food. First of all, the deer came to visit my tent when my back was turned. A magnificent Exped Mira 3 tent at 450 euros. Having guessed that there was something good in it, they tore the canvas and the mosquito net with their legs, and feasted on my two kilos of succulent muesli delicately prepared before leaving, based on a mixture of all the types of cereals, nuts and dried fruit that can be found at the organic local store in my city of Besançon. Fortunately, they were unable to access the last one-kilo bag, which was outside, wedged under the heavy chain in the bottom compartment of the bike's frame bag. So I had a kilo to save before I had to fuel the Asian rice / chicken diet. It was without counting on the monkeys! Who, them, came by surprise the following night ... They had no trouble removing the chain with their little hands and having a feast. My tattered tent, my good food gone, I was taking a nap near the campsite bar, thinking about how to approach the next part, when the manager of the bar came to see me and say: "Attention !!! An elephant !!! ". Tall, beautiful, majestic, the mastodon was advancing step by step on the small internal road to the campsite. Apparently, this is the first time that an elephant has entered the campsite, so it is an event. It is probably the lack of water and fruit in nature at the end of the dry period that leads him to venture on these human lands, this for the greatest joy campers who could observe it. The animal first cut a shrub with the force of the trunk, ate the best leaves, then went to the terrace of the bar where the tourists had taken refuge. There was a small panic scene from the trapped tourists, but the animal then simply continued on its way inside the campsite. He shook a mango tree to drop the fruit, before dehydrating himself in a pond. It was magnificent to see and it was magic moments. But then I admired him a lot less when he set out for my tent! Or rather what was left of it ... And all my belongings ... The pachyderm passed a few meters from my camp and fortunately continued its heavy and graceful march without doing any further damage. In the evening, a porcupine entered the campsite in search of food and allowed himself to be approached. I then saw others by the roadside. In this campsite, I also met two young French women, Faustina and Pauline, who wander in Southeast Asia for a few months. When Faustina learned that I was the author of the website "Understanding Math", with which she and her friends learned some math in France, she asked me for an autograph! A little embarrassed, I gave her a simple selfie. I regularly meet users of my site in France and it always gives me great pleasure to meet my "students" for real! The next day, the three of us spent a pleasant cooking / dining evening around my wood stove. I then continued the road towards Cambodia, still in sweltering heat, but with stages now perfectly flat on good quality roads, and swallowing kilos and kilos of succulent tropical fruits (mainly mangoes and bananas). Passed the Cambodian border, I then reached the city of Siem Reap and I visited the temples of Ankgor for two days. These are impressive vestiges of a vast empire which dominated Southeast Asia for a few centuries, around the years 1000-1400, and which I will tell you more about in the next article.

303 miams  [4 commentaires ]

Commentaires (cacher) :

De Gérard Martinez, il y a 1 an (+ 99 miams) :     Bonjour Florent. Cette fois-ci j'ai eu beaucoup de mal à lire ton texte tellement j'ai ri! On aura beau mettre des miams ci-dessous ça ne remplacera jamais toutes ces bonnes gourmandises englouties par tes compagnons( Il y en a des costauds)! merci pour le son de France 3. Bises de nous deux de Nîmes.

De Isabelle Marguet, il y a 1 an (+ 80 miams) :     Coucou Florent Sympa cette étape!

De Clément , il y a 1 an (+ 99 miams) :     C'est très généreux de ta part d'avoir fait découvrir ces délicatesses culinaires aux singes thaï xD Et je suis sûr que le pays s'est rattrapé pour te faire déguster quelques spécialités tout autant délicieuses ! Pas de chance pour la tente par contre... :/

De Florent, il y a 4 mois (+ 25 miams) :     Merci à tous pour tous ces miams ! Effectivement, cela ne remplacera pas les bonnes choses perdues ;-) Je ne suis pas resté très longtemps en Thailande et n'a pas eu la chance de trop savourer leur légendaire bonne cuisine (j'ai du mal tomber une ou deux fois et d'autres fois c'était juste moyen), j'espère avoir plus de chance la prochaine fois :-)



Ajouter un commentaire

Nom (*) : Prénom (*) : ou pseudo (*)
Email (*, **) : Site web (*, ***) :

Miams (*, ****) :
Petite question (*****) : combien font 9+9?

* : facultatif.
** : ne sera pas publié.
*** : url complète.
**** : ajoutez des miams si l'article vous plait (maximum 99 par commentaire).
***** : obligatoire. Si vous ne remplisserez pas cette case ou si vous vous trompez dans le calcul votre commentaire ne sera pas enregistré.