Où suis-je?
03/01/2019 : Roulans, France.

Derniers commentaires
>>   Par Florent, le 11/08
       Salut Isabelle et Bruno, on...
>>   Par Florent, le 11/08
       Salut Gérard, la...
>>   Par Gérard Martinez, le 28/06
       Bonjour Florent. Ravis de te...
>>   Par isabelle frebourg, le 24/06
       Bien que Bruno dise que...
>>   Par Gérard Martinez, le 31/03
       Bonjour Florent, super les...


Catégories :
>>Tour du monde (149)
>>Tour de France (83)
>>Suède (45)
>>Malte (7)

Tour du monde



Articles 1 - 5 / 284
1 2 3 4 5



Article du Lundi 24 juin 2019

13h18 - [Article spécial Matériel/Mode de vie] 1. La cuisine

[FR] (in english below)
J'ai repris la route à la fin du mois de mai pour parcourir la France pendant deux mois, avant une nouvelle pause prévue en août, suivie d'un retour en Asie en septembre. Mais avant de vous raconter tout cela, voici un premier article spécial matériel/mode de vie. Dans cet article, je vous explique la partie alimentation et cuisine sur ce voyage. Pour un "frenchman", ce sont bien sûr des notions importantes; pour un cycliste qui parcourt des milliers de kilomètres et doit beaucoup manger, ça l'est aussi. Mais aussi, car pour garder la santé et la forme, il est essentiel de bien manger et enfin, problématique spécifique à mon propre voyage, pour pouvoir profiter pleinement des heures sur le vélo et des rencontres tout en travaillant sur le développement d'une petite entreprise, il ne faut pas passer des heures et des heures à table. La question du temps passé à manger s'est donc rapidement dégagée comme étant une problématique de mon organisation de digital nomade à vélo, d'autant plus que je mange à une allure extrêmement lente (j'ai toujours été le dernier à finir mes assiettes à table), et que je dois beaucoup manger avec étant donné les importantes dépenses physiques et intellectuelles quotidiennes. Du coup, j'ai depuis 2014 adopté une organisation atypique : je ne prends plus de petits-déjeuners ni de repas de midi. Je mange plutôt par petites quantités tout au long de la journée, tout en pédalant ou en travaillant sur l'ordinateur, ce qui fait que pendant la journée, je ne consacre jamais de temps au repas et consacre tout mon temps au déplacement, aux discussions amicales et à mon travail. Cela peut paraître étrange comme façon de manger, mais il s'agit pourtant de la façon la plus naturelle de s'alimenter. A-t-on déjà vu un animal dans la nature prendre 3 repas par jour ? Depuis sa sédentarisation et le besoin d'organiser son temps pour travailler, il y a environ 10 000 ans, l'homme est le seul animal à avoir choisi de brutaliser son appareil digestif à coup de gros repas toutes les 5-6 heures et à ne pas manger entre, car cela nuirait à sa productivité. Mais pour moi qui suis nomade comme mes très lointains ancètres, et libre de gérer comme bon me semble l'intégralité de mon temps, quelle pression aurais-je à me mettre pour respecter ce cadre bien ancré dans les habitudes modernes? Ma digestion s'effectue en continu toute la journée, je mange à une lenteur extrême tout en étant détendu, ce qui est très bon pour l'organisme et pour le plaisir de manger et de savourer tous les aliments. "Et que manges-tu ainsi à longueur de journée?" Pourrait-on me demander. Je mange principalement deux types de mélanges qui m'accompagnent tout autour du monde et varient sensiblement suivant les pays. Placés dans deux boites de 2 litres situées dans mon panier à l'avant du vélo, ils sont toujours accessibles à la main, à la cuillère ou la fourchette.  Le premier mélange est le mélange de céréales, noix, graines et fruits secs, composé à partir d'un mélange de céréales complètes bio et de ce que je trouve comme noix, fruits secs et graines dans les pays où je me trouve. Cela fait un genre de gros muesli très nourrissant et très complet, que je mange sec, par petites quantités. J'en mange environ 300 à 600 grammes par jour, pour un coût de revient d'environ 5 euros par jour. Le deuxième mélange est une grosse salade de fruits et parfois de légumes frais préparée le matin avant de partir, contenant un maximum de fruits frais locaux et de saison. Je consomme environ 2 kilos de fruits et légumes par jour, pour un coût d'environ 4 euros par jour. À ces deux composants essentiels et vitaux, peuvent s'ajouter des petits sandwichs de pain avec de la pâte à tartiner aux noisettes, du beurre de cacahuètes, de la confiture, du miel ou du chocolat suivant les envies et les denrées disponibles (le beurre de cacahuètes, c'était surtout en Amérique du Nord). Quelques pâtisseries locales ne sont pas à exclure non plus, bien sûr, surtout en France (vive les tartelettes aux framboises, aux myrtilles, les éclairs au chocolat et les figues). Pour les boissons, je prépare principalement le matin au réveil ou avant de partir des jus de fruits avec mon presse-agrumes qui presse aussi bien les citrons pour ajouter à l'eau des bidons, que des oranges, pamplemousses et grenades, voire un mélange des 3. Enfin, le soir, si je suis seul, je cuisine un vrai repas chaud. Je cuisine au feu de bois un mélange de riz-légumineuses (souvent des lentilles)-oignon-thon-herbes de provence-sel et ajoute à la fin un peu d'huile d'olive et de raisins secs pour absorber l'eau restante et ajouter une couche sucrée et grasse, bien savoureuse. La recette peut varier un peu suivant les pays, mais c'est globalement souvent cela. Je cuisine aussi des œufs sur le plat, mais cela uniquement dans les pays dans lesquels on trouve des œufs pas trop industriels. Le feu est réalisé dans un réchaud à bois composé de 3 pièces en titane qui s'emboîtent pour former un réchaud à double paroi très efficace de 20 centimètres de haut. L'air arrive par la grille du dessous, ainsi que par l'espace entre les deux parois où il monte et chauffe avant d'alimenter le foyer par de nouveaux trous à mi-hauteur. Pour faire durer le feu plus longtemps et ne pas avoir à l'alimenter trop souvent, mon couteau suisse est muni d'une scie pour couper des morceaux de plus gros diamètre. L'ensemble se range dans la popote, qui se range, elle, dans le presse-agrumes. Et à l'intérieur de tout cela se trouve un sachet de nourriture, le mélange riz lentilles ou les herbes de Provence. La cuisine est donc très compacte sur le vélo et je ne transporte quasiment jamais de carburant sur moi. En cas de pluie pendant la journée, il peut toutefois m'arriver de ramasser du bois sec au bord de la route pour l'utiliser le soir. En cas de longue période de pluie, si le bois est vraiment trempé (Norvège...), ou en haut montagne en absence de bois (Tadjikistan...), je me contente de manger froid le soir, ce qui n'est pas si mauvais (l'homme est le seul mamifère à prendre des repas chaud) et ne concerne rarement plus de 4 ou 5 soirs par an. Le coût du repas du soir me revient autour de 4 euros. Cette organisation normale, avec une alimentation équilibrée avec beaucoup de fruits et légumes et de produits de qualité est bien sur très flexible et dépend beaucoup des rencontres, de la possibilité de prendre des repas dans des restaurants peu onéreux (en Malaisie et en Inde, je n'ai jamais cuisiné) ou des repas cuisinés plus intéressants et complets chez l'habitant. Mais lorsque je me retrouve livré à moi-même dans des pays normaux, c'est vers ce type d'organisation que je tends, et il m'a tellemnt donné satisfaction ces derniers années, que je n'ai jamais imaginé revenir à des choses plus normales. Bien sûr, les automobilistes qui me voient manger avec une fourchette sur mon vélo sont toujours surpris, et cela suicite parfois l'admiration et la jalousie des autres cyclistes qui aimerient bien aussi pouvoir s'alimenter de la sorte tout en roulant.

(petite vidéo ci-dessous à regarder en plein écran)




[EN]
I went the road at the end of May to travel through France for two months before a new break in August, followed by a return to Asia in September. But before to tell you all this, here is a first article special material / lifestyle. In this article, I explain the food and cooking part of this trip. For a "frenchman", these are of course important notions; for a cyclist who travels thousands of miles and has to eat a lot, it is too. But also, because to keep health and fitness, it is essential to eat well and finally, problematic specific to my own trip, to be able to fully enjoy the hours on the bike and meetings while working on the development of a small business, and to not spend hours and hours at the table. The question of the time spent eating was quickly cleared as a problem of my organization of digital nomad biker, especially because I eat at an extremely slow pace (I was always the last to finish my plates at the table), and that I have to eat a lot with the significant daily physical and intellectual expenses. As a result, since 2014, I have adopted an atypical organization : I no longer take breakfast or lunch. I eat in small quantities all day long, while pedaling or working on the computer, so during the day I never spend time with meals and spend all my time traveling, discussions friendly and at my job. It may seem odd to eat, but it is the most natural way to eat. Have we ever seen an animal in nature take 3 meals a day? Since his settlement and the need to organize his time to work, about 10,000 years ago, man is the only animal to have chosen to brutalize his digestive system with large meals every 5-6 hours and to not eat between, as this would hurt his productivity. But for me who is nomadic as my very distant ancestors, and free to manage the entirety of my time, what pressure should I put myself to respect this framework well anchored in modern habits? My digestion is continuous all day, I eat at an extremely slow pace while being relaxed, which is very good for the body and for the pleasure of eating and savoring all foods. "And what are you eating all day long?" Could you ask me. I mainly eat two types of mixtures that accompany me all around the world and significantly depending on the country. Placed in two boxes of 2 liters located in my basket at the front of the bike, they are always accessible by hand, with a spoon or fork. The first blend is the mix of cereals, nuts, seeds and dried fruits, made from a blend of organic whole grains and what I find as nuts, dried fruits and seeds in the countries where I am. This is a kind of big muesli/granola very nourishing and very complete, that I eat dry, in small quantities. I eat about 300 to 600 grams per day, for a cost of about 5 euros per day. The second blend is a large salad of fruit and sometimes fresh vegetables prepared in the morning before leaving, containing a maximum of local fresh fruit and seasonal. I consume about 2 kilos of fruits and vegetables a day, at a cost of about 4 euros a day. To these two essential and vital components, can be added small sandwiches of bread with hazelnut spread, peanut butter, jam, honey or chocolate according to the desires and the available goods (butter peanuts, it was mostly in North America). Some local pastries are not to be excluded either, of course, especially in France. For drinks, I prepare mainly in the morning when I wake up or before leaving fruit juice with my juicer presses both lemons to add water to cans, oranges, grapefruit and pomegranates, or a mixture. Finally, in the evening, if I'm alone, I cook a real hot meal. I cook on a wood fire a mixture of rice-legumes (often lentils), onion-tuna-frenche provence herbs-salt and at the end I add a little olive oil and raisins to absorb the remaining water and add a layer of sugar and fat, very tasty. The recipe can vary a little according to the countries, but it is generally that often. I also cook fried eggs, but this only in countries where there are not too industrial eggs. The fire is made inside a 3-piece titanium wood stove that interlock to form a very efficient double-walled stove of 20 centimeters high. The air comes through the grid below, as well as the space between the two walls where it rises and heats before feeding inside with new holes at half height. To make the fire last longer and not have to feed it too often, my Swiss Army knife is equipped with a saw to cut pieces of larger diameter. The set is put in the pot and the pan, which ranks itself in the juicer. And inside all this is a bag of food, rice lentils mix or herbs of Provence. The kitchen is very compact on the bike and I never carry fuel on me. In case of rain during the day, however, I may pick up dry wood at the side of the road for use in the evening. In case of long rain, if the wood is really wet (Norway ...), or in the high mountains in the absence of wood (Tajikistan ...), I just eat cold in the evening, which is not so bad (the man is the only mammal to have hot meals) and seldom deals with 4 or 5 nights a year. The cost of the evening meal comes back to me around 4 euros. This normal organization, with a balanced diet with lots of fruits and vegetables and quality products is of course very flexible and depends a lot on meetings, the possibility of eating meals in inexpensive restaurants (in Malaysia and India, I have never cooked) or meals more interesting and complete at hosts houses and homestays. But when I find myself delivered to myself in normal countries, it is towards this type of organization that I tend, and it has given me satisfaction in recent years, that I have never imagined returning to more normal things. Of course, motorists who see me eating with a fork on my bike are always surprised, and this sometimes expresses the admiration and jealousy of other cyclists who also like to eat this way while driving.



9 miams  [4 commentaires ]

Article du Dimanche 24 mars 2019

16h40 - Etapes 1033-1055. Thiruvananthapuram - Bombay (1610 kilomètres)

J'ai atterri à Thiruvananthapuram en provenance de Salalah le 14 février 2019. C'est une ville de 1 million d'habitants, capitale de l'état du Kerala, tout au sud de l'Inde. Située à 8 degrés de latitude nord, au bord de l'océan, il fait chaud et humide : en une heure, j'ai déjà transpiré autant qu'en un mois à Oman ! Devant l'aéroport, un policier me demande de me dépêcher de rassembler mon vélo, car un attroupement de curieux s'est formé autour du moi ! Je remonte le vélo en 2-2. La première route que j'emprunte est bondée de trafic, c'est une deux fois une voie étroite dans laquelle se bagarre un mélange de petites voitures, de tuk-tuks (des taxis jaunes à 3 roues ouverts sur le côté) et de mobylettes. Chacun tente de faire sa place et de tirer son épingle du grand jeu qu'est la circulation urbaine. Cela fait du bruit, beaucoup de bruit, et de pollution, c'est irréspirable. C'est donc un début difficile dans ce nouveau pays, je regrette déjà le désert et les dromadaires d'Oman. L'expérience de l'Indonésie en 2016 m'aide un peu, car le trafic et le climat sont semblables. C'est toutefois un changement très brutal de pays et de culture, je me sens perdu et me retranche une semaine dans un hôtel. J'en profite pour aller visiter un temple sacré qui contient des offrandes (estimées à 15 milliards de dollars!) puis j'assiste à un festival dans lequel 3 millions de femmes sont assises au bord des rues de la ville avec un repas de riz sucré dans des pots, comme offrande pour une déesse. Enfin, je prends la route vers le nord, le long de la côte ouest du pays, sur la route nationale 66 Indienne avec la casquette de la route 66 Américaine, achetée à Dubaï suite à la perte dès la première étape de l'année 2019 de ma casquette de sport. Le bruit des voitures et surtout des klaxons devient rapidement insupportable. Je suis quelqu'un qui supporte à peu près tout, mais ces klaxons presque en continus dans mes oreilles sont vraiement très agressifs. Pourquoi klaxonnent-ils autant? C'est principalement pour signaler leur position, ils conduisent d'avantage à l'ouie qu'à l'oeil, mais parfois c'est juste pour dire bonjour, ils adorent klaxonner c'est un jeu très amusant pour eux. Un jour, j'ai bien cru que l'un d'eux m'avait percé le tympan! Le jour suivant, j'ai roulé toute la journée avec une boule quiès dans l'oreille droite, côté route, ce qui m'a apporté de l'apaisement. Le tableau n'est pas complétement noir pour autant, la bonne surprise est venue des gens. Vous allez me dire : "oui, mais les gens étaient déjà bien avec toi dans tous les pays que tu as traversé précedemment". Il convient donc de nuancer. Les Terriens d'ici ne sont pas sympathiques et ouverts d'esprit comme les nord-américains ou gentils et généreux comme les Iraniens ou les Omanais, ils sont tout simplement souriants, beaux et heureux. Les enfants sont formidables, ils disent bonjour et quand je parviens à dire bonjour avant eux alors ils partent dans de grands éclats de rire. Ils sont très naturels. Je m'arrête régulièrement pour échanger quelques mots avec eux ou même faire une partie de football. Tout en roulant, je salue la population qui me sourit et semblent contente de voir un étranger blanc sur son biclou. Je trouve de plus qu'ils sont très beaux, ils ont des beaux visages et les femmes sont vétues de soie toujours très colorée et de très bon goût. La nourriture est un autre point positif. Je bois de nombreux jus de fruits frais pressés devant moi, et les bananes sont délicieuses, j'en mange régulièrement un kilo dans la journée. Un jour, j'ai mangé 18 petites bananes, épluchées, coupées en 3 et enrobées de pâte à tartiner aux noisettes "carrefour bio" de Salalah. De la dynamite. En longeant la côte ouest du pays, je mange aussi de nombreux poissons, toujours frais du jour, un délice : du "king fish", du "white snapple", de l'"Agholi fish", et même de l'espadon. Malheureusement, ils servent souvent cela avec des sauces pimentées qui mettent le feu à la bouche... Même quand on leur demande "not spicy!", ils ne peuvent pas s'empêcher d'ajouter quelques petites boules piquantes. Le long de la route, j'observe aussi des singes Langur de bonne taille qui mangent dans les arbres. Les conditions restent malgré tout difficiles et je prends moins de plaisir que dans les autres pays. Et pour compliquer encore la tâche, j'ai eu les pires difficultés du monde à me connecter à Internet, et donc à travailler. 3 hôtels sur 4 n'ont pas le wifi et quand ça marche encore 3 fois sur 4 ça ne marche pas depuis la chambre, de plus il me fut impossible d'acquérir une carte sim locale, chose très facile dans tous les autres pays du monde. On m'a d'abord demandé une photo d'identité, que je n'avais pas, puis une copie de mon passeport, que je n'ai pas non plus, puis une autre fois encore le nom et l'adresse d'un ami qui habite dans la ville, ce que je n'avait pas non plus, et quand enfin je me suis rendu dans une boutique Vodafone officielle avec tout le nécessaire on m'a répondu : "désolé, nous ne donnons des cartes sim qu'aux locaux, vous devez retourner à Goa! (la province où j'étais la veille). Sur ces mauvaises paroles, j'ai décidé d'écourter mon séjour en Inde et rentrer en France depuis Bombay au lieu de Delhi. J'ai fait péniblement les étapes jusqu'à Bombay, sur une route principalement en travaux, roulant de bon matin jusqu'en milieu d'après midi où les températures atteignaient parfois 40°C, puis j'ai atteint Bombay le lundi 18 mars, avec une arrivée en bâteau par la porte de l'Inde, grand monument de pierre genre arc de triomphe. La traversée de 20 kilomètres en ville vers l'auberge de jeunesse et l'aéroport fut épique : le hasard de la navigation GPS m'a fait traverser un marché couvert puant, dans lequel à ma droite reposait sur une table de la viande de poulet non réfrigérée, et juste derrière un empilement de cages à poules remplies de poules vivantes qui attendaient leur heure en ragardant leur copines se faire tuer, dépecer et vendre, alors que devant moi un homme tenait une poule d'une main et un couteau de l'autre main... J'ai détourné la tête puis quelques secondes plus tard, je l'ai vu jeter la poule, la gorge tranchée, dans un grand sceau. Quelques rues plus loin, une chèvre attachée à un piquet avec un mètre de corde en plein soleil attendait sans doute aussi son heure. S'il existe des associations de défense du bien-être animal en Inde, elle doivent être débordées! Quelques jours auparavant j'ai également vu une vache manger du carton et du plastic, en abscence d'herbe. Quelques rues plus loin à Bombay, un enfant de 2 ans tout nu fasait des bulles, il semblait heureux. Un peu plus loin, j'ai visité une mosquée et une église, 6 religions se mélangent ici. Le hasard fait bien les choses à Bombay. Hasard des routes, des rencontres, et du monde pas si petit que cela finalement quand il est connecté, j'ai retrouvé le lendemain Shridhar, un homme d'affaires indien rencontré à Lisbonne à la fin de la 33ème étape il y a 6 ans, et avec qui j'étais resté en contact. J'ai garé mon vélo à côté d'une voiture Mercedes en bas des bureaux où il travaille et je l'ai rejoint pour un déjeuner avec ses collèges, enchantés de ma présence. Nous avons parlé de l'Inde et du hasard des rencontres et de la vie et Shridhar est parvenu en quelques phrases à me convaincre de revenir dans son pays plus tard, alors que je l'avais déjà rayé de mes projets futurs. Il y aura donc, possiblement encore des parfums d'Inde sur ce blog. Mais en attendant, un nouveau retour vers la France est impératif, pour m'occuper avec mes frères et sœur de la maison de mes parents, emportés par des cancers beaucoup trop tôt. Le voyage reprendra à la fin du mois de mai. En attendant, je souhaite un bon printemps à tous les lecteurs et lectrices de ce blog!

Vous pouvez retrouver ci-dessous mes stories instagram @floavelo de 2019




[EN]
I landed at Thiruvananthapuram from Salalah on February 14, 2019. It is a city of 1 million people, capital of the state of Kerala, all the way south of India. Located at 8 degrees north latitude, at the edge of the ocean, it is hot and humid: in one hour, I have already perspired as much as a month in Oman! In front of the airport, a policeman asks me to rush to gather my bike, because a crowd of curious has formed around me! I ride the bike in 2-2. The first road I take is crowded with traffic, it's a twofold narrow lane in which a mix of small cars, tuk-tuks (yellow taxis with three open wheels on the side) and mopeds are fighting. Each one tries to make its place and to take advantage of the great game of urban traffic. That makes noise, a lot of noise, and pollution, it's irrespirable. It is therefore a difficult beginning in this new country, I already regret the desert and the dromedaries of Oman. The experience of Indonesia in 2016 helps me a bit, because the traffic and the climate are similar. It is however a very brutal change of country and culture, I feel lost and went a week in a hotel. I take this opportunity to visit a sacred temple that contains offerings (estimated at $ 15 billion!) Then I attend a festival in which 3 million women are sitting on the streets of the city with a meal of rice sweet in pots, as an offering for a goddess. Finally, I take the road north, along the west coast of the country, on the Indian Highway 66 with the cap of the American Route 66, bought in Dubai following the loss in the first stage of the year 2019 of my sports cap. The sound of cars and especially horns quickly becomes unbearable. I am someone who supports just about everything, but these horns almost continuously in my ears are really very aggressive. Why do they honk so much? This is mainly to signal their position, they lead more to the hearing than the eye, but sometimes it's just to say hello, they love horn honking is a very fun game for them. One day, I thought that one of them had pierced my eardrum! The next day, I drove all day with a ball in my right ear, on the road side, which brought calm. The picture is not completely black so the good surprise came from people. You will say to me: "Yes, but the people were already good with you in all the countries that you crossed previously". It is therefore necessary to qualify. Terrans here are not friendly and open-minded like North Americans or kind and generous like Iranians or Omanis, they are simply smiling, beautiful and happy. The kids are great, they say hello and when I manage to say hello before them then they go off in big bursts of laughter. They are very natural. I stop regularly to exchange a few words with them or even play football. While driving, I greet the people who smiles at me and seem happy to see a white stranger on his biclou. I also find that they are very beautiful, they have beautiful faces and women are dressed in silk always very colorful and very good taste. Food is another plus point. I drink many fresh fruit juices in front of me, and the bananas are delicious, I regularly eat a kilo in the day. One day, I ate 18 small bananas, peeled, cut into 3 and coated with hazelnut spread "crossroads bio" of Salalah. Dynamite. Along the west coast of the country, I also eat many fish, always fresh of the day, a delight: "king fish", "white snapple", "Agholi fish", and even swordfish. Unfortunately, they often serve this with spicy sauces that ignite ...Even when you ask them "not spicy!", They can not help but add a few spicy balls. Along the way, I also observe Langur monkeys of good size who eat in the trees. The conditions are still difficult and I take less pleasure than in other countries. And to further complicate the task, I had the worst difficulties in the world to connect to the Internet, and therefore to work. 3 hotels out of 4 do not have wifi and when it works again 3 times out of 4 it does not work from the room, moreover it was impossible for me to acquire a local sim card, something very easy in all the other countries of the world. I was first asked for a photo ID, which I did not have, then a copy of my passport, which I did not have either, then again the name and address of a friend who lives in the city, which I did not have either, and when at last I went to an official Vodafone shop with everything I was told, "sorry, we only give cards sim that To the locals, you must go back to Goa (the province where I was the day before.) On these bad words, I decided to shorten my stay in India and return to France from Bombay instead of Delhi. I made the difficult steps to Bombay, on a road mainly under construction, rolling early in the morning until mid-afternoon when temperatures sometimes reached 40 ° C, then I reached Bombay on Monday, March 18, with an arrival by boat from the gate of India, large monument of stone like triumphal arch.The crossing of 20 kilometers in vil to the hostel and the airport was epic: the chance of GPS navigation made me cross a stinking covered market, in which to my right was resting on a table of unrefrigerated chicken meat, and just behind a stack of chicken cages filled with living chickens waiting for their hour while chewing on their girlfriends to be killed, cut up and sold, while in front of me a man held a hen with one hand and a knife with the other hand ... I turned my head away and then, a few seconds later, I saw him throw the hen, his throat sliced, into a big seal. A few streets away, a goat attached to a stake with a meter of rope in full sun was probably also waiting its time. If animal welfare associations exist in India, they must be overwhelmed! A few days ago I also saw a cow eat cardboard and plastic, in absence of grass. A few streets farther on in Bombay, a naked 2-year-old boy was making bubbles, he seemed happy. A little further, I visited a mosque and a church, 6 religions are mixed here. Chance does a good job in Bombay. Chance of roads, meetings, and the world not so small that it finally when connected, I found the next day Shridhar, an Indian businessman met in Lisbon at the end of the 33rd stage 6 years ago and with whom I stayed in touch. I parked my bike next to a Mercedes car at the bottom of the offices where he works and I joined him for a lunch with his colleagues, delighted with my presence. We talked about India and the chance of encounters and life and Shridhar managed to convince me in a few sentences to return to his country later, when I had already scratched out of my future plans. There will be, possibly still India perfumes on this blog. But in the meantime, a new return to France is imperative, to deal with my brothers and sisters in the house of my parents, carried away by cancer much too early. The trip will resume at the end of May. In the meantime, I wish all the readers of this blog a good spring!


Etape 1033. Thiruvananthapuram – Varkala. 58 kms.
Etape 1034. Varkala – Haripad. 74 kms.
Etape 1035. Haripad – Cochin. 89 kms.
Etape 1036. Cochin – Kodungallur. 39 kms.
Etape 1037. Kodungallur – Ponnani. 72 kms.
Etape 1038. Ponnani – Kozhikode. 66 kms.
Etape 1039. Kozhikode – Vadakara. 47 kms.
Etape 1040. Vadakara – Kannu. 45 kms.
Etape 1041. Kannu – Kanhangad. 75 kms.
Etape 1042. Kanhangad – Kotekar. 59 kms.
Etape 1043. Kotekar – Udupi. 74 kms.
Etape 1044. Udupi – Uppunda. 66 kms.
Etape 1045. Uppunda – Gokarna. 108 kms.
Etape 1046. Gokarna – Palolem. 86 kms.
Etape 1047. Palolem – Mandrem. 100 kms.
Etape 1048. Mandrem – Malvan. 76 kms.
Etape 1049. Malvan – Kharepatan. 78 kms.
Etape 1050. Kharepatan – Belkar. 67 kms.
Etape 1051. Belkar – Sangameshwar. 64 kms.
Etape 1052. Sangameshwar – Lote. 60 kms.
Etape 1053. Lote – Mahad. 66 kms.
Etape 1054. Mahad – Nagothana. 70 kms.
Etape 1055. Nagothana – Bombay. 71 kms.


99 miams  [4 commentaires ]

Article du Lundi 11 mars 2019

13h10 - Etapes 1016-1032. Mascate-Salalah (1391 kilomètres)

[FR] (in english below)
Tout d'abord, ce parcours de Mascate à Salalah se présente sous la forme d'un petit défi sportif, car sans avoir pris de jour de repos depuis Dubai, et sans en prendre non plus à Mascate, je dois maintenant parcourir en moyenne 87 kilomètres par jour pendant 16 jours consécutifs pour arriver à Salalah avant l'expiration de mon visa touristique. Ce n'est pas insurmontable, mais c'est difficile à combiner avec mon travail et il est difficile de trouver du plaisir de pédaler quand les kilomètres s'enchainent à ce rythme et que de la fatigue physique s'accumule. À Mascate, je prends tout de même le temps de visiter la grande mosquée du sultan Qaboos. Je suis ébloui par la beauté de la salle des prières et fais un grand "wow!", le souffle coupé, en arrivant dedans. Surplombée par ce qui est très certainement le plus beau lustre au monde, sous une coupole immense dont les vitraux laissent passer une petite lumière colorée, se dresse un immense tapis persan et des magnifiques colonnes et lustres. Une petite merveille et une visite qui en valait largement la peine ! Je continue ensuite le long du golfe d'Oman. Les routes sont d'excellente qualité, neuves, larges et avec une belle bande sur le côté sur laquelle je suis en sécurité. C'est chouette. Je bivouaque au "Bimmah Sinkhole", un étonnant trou d'eau naturel, puis j'arrive à la pointe nord-est du pays et quitte le golfe d'Oman et pour prendre la direction plein sud le long de la mer d'Arabie et de l'océan Indien. Je traverse le désert de sable du Wahiba, avec quelques belles dunes le long de la route et les dromadaires qui vont bien avec, le tout sous un fort soleil comme vous pouvez vous en douter. Je campe le soir dans le sable, après une douche prise avec un bidon de 750 ml. Le petit trou du bidon de cycliste permet de bien maîtriser la pression de l'eau, et de me laver avec très peu d'eau, mais pas question d'utiliser de savon dans ces conditions, car le rinçage serait trop gourmand en cette précieuse ressource liquide. Les Omanais sont toujours aussi sympa et généreux, à longueur de journée des automobilistes s'arrêtent pour me demander si j'ai besoin de quelque chose. On m'offre de l'eau, des fruits, et un bon kilo d'une pâte artisanale locale sucrée à base de graines de palmiers. La vie est belle dans ce pays et le voyage est au-delà de mes espérances, il y a de la quiétude dans les paysages, de la gentillesse dans l'air et une sensation d'infinité et de grande liberté. Jamais je ne me demande où je vais dormir le soir. Pendant que je pédale sort de ma puissante (15W) mais lourde (450g) enceinte Bluetooth le son de podcasts de radios françaises : des classiques, le grand studio RTL, Pop Rock Station by Zegut de RTL2, mais aussi une très belle émission de "radio voyageurs" consacrée à Oman, dans laquelle on me conseille d'aller visiter Salalah, car c'est une ville très particulière. Cela tombe bien, car j'y vais, mais on me conseille de prendre l'avion pour aller de Mascate à Salalah, car en voiture, 900 kilomètres, c'est vraiment trop long!... Le tourisme est en plein essor à Oman, la destination est notamment prisée de touristes français. J'en croise quelques-uns ce qui détourne mes pensées vers mon pays d'origine. D'abord une famille originaire d'un petit village du 71 près de Dole, en année sabbatique, à 5 dans un camion aménagé. Nous échangeons quelques mots et je donne l'adresse de mon site de math à l'ainée qui a des difficultés avec les cours du CNED de seconde. L'algèbre, le calcul littéral et la résolution des équations ayant été quasiment supprimés des programmes du collège il y a 2 ans et le programme de seconde n'ayant pas changé, il n'y a rien d'étonnant à cela, mais à quoi bon essayer de se familiariser avec ces notions alors que les maths vont devenir une simple option en classe de première à la rentrée prochaine ? Un pays qui ne sait pas résoudre des équations et n'a aucune compréhension des sciences est un pays qui coure à sa perte, me dis-je, mais telle est la volonté de ministres de l'éducation systématiquement issus des milieux littéraires et philosophiques ces dernières années. Un peu plus tard, je croise à l'entrée d'un petit restaurant un groupe d'une vingtaine de Français principalement retraités, en voyage organisé. Après quelques brefs échanges, l'un d'eux me dit : "c'est bien beau tout cela, mais cela ne cotise pas beaucoup pour les retraites !". C'est toujours gênant quand la génération qui a endetté le pays de 2000 milliards d'euros, avec désormais 50 milliards d'intérêts à payer chaque année, soit pratiquement le budget de l'éducation nationale, et je ne parle même pas de la dette écologique, a l'indécence et le culot de demander aux jeunes d'aujourd'hui de payer les retraites. Je réponds que je paie avec les revenus de publicités sur un site de math gratuit, mais mon interlocuteur ne semble pas comprendre. Leur table étant pleine et le serveur peu gracieux, je passe mon chemin et continue ma route. La suite et la fin du parcours vers Salalah furent bien physiques est assez costaud avec une succession d'étapes de plus de 100 kilomètres suivies d'une étape avec 1000 mètres d'ascension et de deux étapes de vent de face. Mais dans ce fabuleux pays qui m'offre tant en retour, les efforts sont facilités et toujours récompensés : le soleil qui brille tous les jours dans le ciel, les nombreux dromadaires le long de la route que j'aime beaucoup, la simplicité pour trouver des endroits pour dormir, la gentillesse des habitants et les magnifiques couchers de soleil rendent les efforts largement supportables et offrent à ce voyage une nouvelle page unique. Et comme petit cadeau bonus, sur la fin, j'ai eu la surprise de voir une très belle cascade sur ma droite ce qui est d'autant plus étonnant qu'en un mois depuis Dubaï, je n'avais encore jamais vu une goutte de pluie ou d'eau courante. Puis j'ai eu droit à des paysages très changeants et plus verts car le sud d'Oman connait une saison des pluie, il y a d'un seul coup une végétation tropicale, et c'est avec une noix de coco dans mon panier, fraiche et percée pour en boire le jus à la paille que je suis entré dans Salalah, après 32 étapes consécutives sans jours de repos et 28 bivouacs en pleine nature. Après une journée de repos pour préparer mon vol en direction de l'Inde, et faire une grosse réserve de muesli et autres produits bio au supermarché Carrefour de la ville, j'ai décollé pour l'Inde.


[EN]
First of all, this course from Muscat to Salalah comes in the form of a small sporting challenge, because without having taken a day off from Dubai, and without taking any more in Muscat, I have now Travel an average of 87 kilometers a day for 16 consecutive days to get to Salalah before the expiry of my tourist visa. It's not insurmountable, but it's hard to combine with my work, and it's hard to find the pleasure of pedaling when the miles go on at this rate and physical fatigue builds up. In Muscat, I still take the time to visit the Grand Mosque of Sultan Qaboos. I am dazzled by the beauty of the prayer room and make a big "wow!", Gasping for breath, as I get into it. Overlooked by what is most certainly the most beautiful chandelier in the world, under a huge dome whose stained glass windows let a small colored light, stands a huge Persian carpet and beautiful columns and chandeliers. A marvel and a visit that was well worth it! I continue then along the Gulf of Oman. The roads are of excellent quality, new, wide and with a nice band on the side on which I am safe. It's nice. I bivouack at the "Bimmah Sinkhole", an amazing natural waterhole, then I arrive at the northeastern tip of the country and leave the Gulf of Oman and head south along the Arabian Sea and the Indian Ocean. I cross the sand desert of Wahiba, with some beautiful dunes along the road and camels that go well with, all under a strong sun as you can imagine. I camp in the evening in the sand, after a shower with a 750 ml can. The small hole of the cyclist can makes it possible to control the pressure of the water, and to wash me with very little water, but no question of using soap under these conditions, because the rinsing would be too greedy in this precious liquid resource. The Omanis are always so nice and generous, all day motorists stop to ask me if I need something. I am offered water, fruit, and a good kilo of a local sweet pastry made from palm seeds. Life is beautiful in this country and the trip is beyond my expectations, there is tranquility in the landscape, kindness in the air and a feeling of infinity and freedom. I never wonder where I'm going to sleep at night. While I pedal out of my powerful (15W) but heavy (450g) Bluetooth speaker the sound of French radio podcasts: classics, the big RTL studio, RTL2's Pop Rock Station by Zegut, but also a very nice show of "Travel radio "dedicated to Oman, in which I am advised to visit Salalah because it is a very special city. This is perfect because I go there, but I am advised to fly from Muscat to Salalah, because by car, 900 kilometers, it is really too long!... Tourism is booming in Oman, the destination is particularly popular with French tourists. I come across a few of them that divert my thoughts to my home country. First a family from a small village near Dole, sabbatical year, 5 in a truck. We exchange a few words and I give the address of my math site to the eldest who has difficulties with the courses. Algebra, the literal calculus and the resolution of the equations having been almost removed from the college programs 2 years ago and the second program has not changed, it is not surprising that, but what good try to become familiar with these notions while the math will become a simple option in first class at the beginning of the next school year? A country that does not know how to solve equations and has no understanding of science is a country that runs to its ruin, I say, but such is the will of ministers of education systematically from literary and philosophical circles these last years. A little later, I meet at the entrance of a small restaurant a group of about twenty French mainly retired, on a tour. After a few brief exchanges, one of them said to me: "It's all well and good, but it does not pay much for pensions!" It is always embarrassing when the generation that has indebted the country of 2000 billion euros, with now 50 billion interests to pay each year, is almost the budget of the national education, and I do not even speak of the ecological debt, has the indecency and the nerve to ask today's youth to pay pensions. I answer that I pay with advertising revenue on a free math site, but my interlocutor does not seem to understand. Their table being full and the server ungracious, I go my way and continue my journey. The continuation and the end of the course towards Salalah were very physical is quite strong with a succession of stages of more than 100 kilometers followed by a stage with 1000 meters of ascent and two stages of headwind. But in this fabulous country that offers me so much in return, efforts are facilitated and always rewarded: the sun that shines every day in the sky, the many camels along the road that I like a lot, the simplicity to find places to sleep, the kindness of the locals and the beautiful sunsets make the efforts largely bearable and offer this trip a new unique page. And as small bonus gifts, on the end, I was surprised to see a beautiful waterfall on my right which is even more amazing than a month since Dubai, I had never seen a drop of rain or running water. Then I was treated to very changeable and greener landscapes because the south of Oman knows a season of rain, there is at once a tropical vegetation, and it is with a coconut in my basket , fresh and breakthrough to drink the straw juice that I entered Salalah, after 32 consecutive stages without rest days and 28 bivouacs in the countryside. After a day of rest to prepare my flight to India, and make a big reserve of muesli and other organic products at the supermarket Carrefour of the city, I took off for India.


Etape 1016. Mascate – Tunus. 34 kms.
Etape 1017. Tunus – Bimmah Sink Hole. 89 kms.
Etape 1018. Bimmah Sink Hole – Sur. 88 kms.
Etape 1019. Sur – Al Ashkhirah. 118 kms.
Etape 1020. Al Ashkhirah – Sherkh. 83 kms.
Etape 1021. Sherkh – Hilf. 87 kms.
Etape 1022. Hilf – Route 32. 67 kms.
Etape 1023. Route 32 – Route 32. 72 kms.
Etape 1024. Route 32 – Duqm. 79 kms.
Etape 1025. Duqm – Wadi Dharif. 99 kms.
Etape 1026. Wadi Dharif – Al Khail. 101 kms.
Etape 1027. Al Khail – Route 41. 106 kms.
Etape 1028. Route 41 – Route 42. 101 kms.
Etape 1029. Route 42 – Wadi Suneik. 51 kms.
Etape 1030. Wadi Suneik – Hadbeen. 60 kms.
Etape 1031. Hadbeen – Wadi Al Ghazir. 98 kms.
Etape 1032. Wadi Al Ghazir – Salalah. 58 kms.


100 miams  [5 commentaires ]

Article du Mercredi 27 février 2019

16h32 - Etapes 1001-1015. Dubai-Mascate (855 kilomètres)

J'ai repris la route le dimanche 13 janvier 2019 depuis la case arrivée de l'année 2017 et départ de l'année 2018 : Dubaï, aux Émirats Arabes Unis. Au programme : du soleil, du sable, des dromadaires, des montagnes, la mer. Et des grosses routes à 2 fois 3 voies bondées de trafic pour commencer : pire que les pires routes des Etats-Unis...Un trafic de dingue et un sacré parcours du combattant pour quitter Dubai à bicyclette! Direction Oman pour respirer un peu, mais comme il n'y a pratiquement que des autoroutes aux Émirats Arabes Unis et que ceux-ci sont interdits aux cyclistes, de longs détours et quelques galères furent nécessaires pour rejoindre le pays suivant. Sans autre choix, j'ai tout de même pris l'autoroute pendant 5 kilomètres sans me faire arrêter, puis j'ai du marcher 5 kilomètres dans le sable en poussant le vélo, avant de retrouver une route normale sur laquelle j'ai cette fois été stoppé par un policier. J'ai embarqué dans sa petite voiture avec mon vélo, car le brave voulait m'aider à franchir la frontière vers laquelle je me dirigeais 30 kilomètres plus loin, celle-ci ne laissant normalement pas passer les cyclistes étrangers. Mais malgré son aide, j'ai été refoulé. J'ai du faire un détour de 120 kilomètres pour aller chercher le poste frontière plus au nord! Pas cool. Arrivé à ce poste tenu par des vieux militaires, encore une mauvaise nouvelle : impossible de passer la aussi! J'ai alors fait un nouveau demi-tour sur 15 kilomètres avant de trouver la bonne route et le bon poste. A mon arrivée à Oman, mes premières impression sont celles d'un pays riche : il y a des belles voitures, le coût de la vie est élevé et un distributeur me retourne même un vieux billet de 50 rials ayant plus de valeur qu'un billet de 100 euros ou de 100 dollars et 1100 fois plus de valeur que la plus grosse coupure obtenue à Noukous. Comme ses voisins, le pays de 5 millions d'habitants possède d'importantes ressources naturelles. Oman connait une forte croissance depuis 1970, sous la houlette d'un sultan, monarque absolu et populaire. Je remarque de nombreuses similitudes avec l'Iran qui n'est pas loin : il y a des chiffres perses sur les panneaux, la monnaie est le rial, la religion musulmane, les magasins sont fermés le vendredi et les gens sont d'une très grande générosité et gentillesse. Il faut dire que la région a fait partie de l'empire perse pendant quelques siècles. Je souhaitais attaquer Oman par de la montagne, mais c'est raté, car la route sur laquelle j'arrive descend vers la mer sans autre choix. Je commence donc avec quelques étapes sur une petite route le long des plages. Je discute autant avec les nombreux travailleurs immigrés venus principalement d'Inde, du Pakistan et du Bangladesh, qu'avec les locaux beaucoup plus d'accessibles qu'aux Émirats. Quand je leur dis que je viens de France, on ne me parle pas des exploits de l'équipe de foot championne du monde, mais des mouvements de protestation récents qu'ils ont vu la télé : les Français qui se sont soulevés contre l'augmentation du prix de l'essence destinée à financer la rénovation énergétique des logements, petits enfants occidentaux pourris gâtés qui "ne parviennent pas à manger" avec 1200 euros par mois, donne une bien mauvaise image du pays. Ils pensent par ailleurs que la France est un pays dangereux dans lequel il ne faut pas aller en ce moment. Je fais également la rencontre d'autres cyclistes à sacoches et roule une vingtaine de kilomètres avec un couple venu de Suisse à vélo et un Hollandais sur un long voyage : Oman est une destination populaire et facilement accessible pour les cyclistes au long cours qui arrivent d'Iran par le ferry. Peu avant la capitale Mascate, je quitte la mer et tourne à droite pour aller explorer une chaine de montagnes culminant à 3000 mètres d'altitude. Je visite d'abord un château millénaire à Nakhal, achète des dattes dans un magasin qui ne vend que cela (cela semble être le fruit national) puis débute la montée. À cause du climat, les montagnes sont quasiment dépourvues de végétation. Il n'y a que de la roche qui n'est d'ailleurs jamais très solide, elle s'effrite beaucoup et on a parfois l'impression que l'on pourrait prendre la montagne dans sa main pour la réduire en poussière. Quelques rares arbres parviennent à pousser dans les fonds de vallée, appelés "wadis", où l'eau coule parfois. Ils font mon bonheur pour la cuisine au feu de bois, ainsi que celui des chèvres qui se nourrissent des feuilles les plus basses. Malgré l'absence de verdure, les paysages sont beaux. Rapidement, l'asphalte disparaît pour laisser place à une piste poussiéreuse. Sur les conseils de Steven, guide à Oman, je fais un aller-retour pour aller visiter le village de Bilat Sait : c'est un coup de cœur, ce petit village traditionnel construit en dessous d'une source est pourvu d'un système d'irrigation qui apporte de la verdure et un peu d'agriculture. S'il n'y avait pas ces quelques voitures 4*4 pour gâcher le paysage, on pourrait se croire au moyen-âge. À mon arrivée, des habitants qui portent des végétaux sur leur tête me regardent d'un air intrigué, et il en est de même pour moi. Peu de touristes doivent venir ici, car seules les voitures à 4 roues motrices peuvent y accéder. Je cherche de l'eau et demande où se trouve le magasin d'alimentation. Un habitant prend mes deux bouteilles d'1,5 litres, entre dans sa maison, et revient un peu plus tard avec les deux bouteilles pleines et un gros sac d'environ 2 kg de dattes produites dans le village. Je le remercie chaleureusement et reprends la route dans l'autre sens. De retour dans la vallée principale, à la bifurcation où je rejoins la piste quittée auparavant, sur l'un des rares espaces plats disponibles, un élément déchire le paysage : un magnifique terrain de football en gazon synthétique tout vert. Comment, avec leurs 3 champs et leurs 4 cocotiers ces villageois ont-ils pu s'offrir un tel terrain de sport ? J'imagine que, comme moi, le sultan a eu un coup de coeur pour ce village et qu'il a pris un peu sur son millard de dollars de fortune personnelle pour leur faire ce cadeau afin qu'ils ne migrent pas vers la ville. Je passe ensuite une journée à grimper un col de 10 kilomètres de long. Sous une très forte chaleur, sur un sol couvert d'une épaisse poussière, avec un passage de 6 kilomètres à 15 % dont 3 kilomètres à 19 % de moyenne, avec une petite grippe et le 44-42 de ma nouvelle transmission mono-plateau un peu trop ambitieux pour ce genre de situation, je pousse le vélo la plupart du temps. Quelques 4*4 de touristes occidentaux me doublent parfois : ils sont agréables, souriants, détendus et heureux et me proposent de l'eau. Une dame me lance même un "sorry for the dust!", avant de m'envoyer un énorme nuage de poussière dans la figure. Je fais une pause sur l'un des rares endroits avec un coin d'ombre. Tout près de moi, me surplombant du haut d'un promontoire rocheux, une chèvre de la montagne m'observe longuement. Je l'observe aussi et on s'observe mutuellement ainsi pendant les 15 minutes que dure ma pause. Elle se demande certainement ce que je viens faire ici avec mon vélo, tandis que je me demande comment elle arrive à trouver de l'eau à boire dans un milieu aussi inhospitalier. Je campe au sommet avec une vue bien dégagée à 360 degrés, puis enchaîne avec une fantastique descente de 30 kilomètres sur le versant sud, sur une route cette fois goudronnée. Les paysages sont splendides. En bas, je réalise que la route est encore longue pour Salalah, ma destination finale à Oman, avec un séjour limité à 30 jours sur mon visa. Je renonce à aller visiter d'autres villages dans les montagnes et prends la route la plus directe pour Mascate.

[EN] I took the road on Sunday, January 13, 2019 from Dubai. On the agenda: sun, sand, camels, mountains, the sea. And big roads twice 3 lanes with traffic to start: worse than the worst roads in the United States ... A crazy traffic and very difficult to leave Dubai on a bicycle! Heading to Oman to breathe a little, but as there are almost only motorwaysways in the United Arab Emirates and they are prohibited to cyclists, long detours and some galleys were necessary to reach my next country. Without any choice, I took the motorwayway for 5 kilometers without being stopped, then I had to walk 5 kilometers in the sand pushing the bike, before finding a normal road on which I have been stopped by a policeman. I went into his little car with my bike, because the brave wanted to help me to cross the border to which I was going 30 kilometers further, this border post not normally letting the foreign cyclists pass. But despite his help, I was repressed. I had to make a detour of 120 kilometers to fetch the border post further north! Not cool. Arrived at this post held by old soldiers, still bad news: impossible to pass too! I then made another 15-kilometer turn before finding the right route and the right position. When I first arrived in Oman, my first impressions are those of a rich country: there are beautiful cars, the cost of living is high and a ATM even gave me an old 50 riyal note with more value than 100 euro or 100 dollar bill and 1100 times more value than the biggest note obtained in Nukus, in Uzbekistan. Like its neighbors, the country of 5 million inhabitants has important natural resources. Oman has experienced strong growth since 1970, under the leadership of a sultan, an absolute and popular monarch. I notice many similarities with Iran which is not far: there are Persian figures on the panels, the currency is the rial, the Muslim religion, the shops are closed on Fridays and the people are of a very great generosity and kindness. It must be said that the region has been part of the Persian Empire for a few centuries. I wanted to start Oman from the mountain, but it's gone, because the road i entered was going down to the sea without any other choice. So I started with a few steps on a small road along the beaches. I talk as much with the many migrant workers who come mainly from India, Pakistan and Bangladesh, as with the locals who are much more accessible than in the UAE. When I tell them that I come from France, I'm not told about the exploits of the world champion football team, but the recent protest movements they saw on TV: the French who rose up against the increase in the price of gasoline to finance the energy renovation of homes, spoiled young Western children who "fail to eat" with 1200 euros per month, gives a very bad image of the country. They also think that France is a dangerous country to visit at this moment. I also meet other cyclists with saddlebags and ride about twenty kilometers with a couple from Switzerland cycling and a Dutchman on a long trip: Oman is a popular and easily accessible destination for long-distance cyclists arriving from Iran by the ferry. Shortly before the capital Muscat, I leave the sea and turn right to go explore a mountain range culminating 3000 meters above sea level. I first visit a thousand-year-old castle in Nakhal, buy dates from a store that sells only that (it seems to be the national fruit) and then starts the climb. Because of the climate, the mountains are almost devoid of vegetation. There is only rock that is never very strong, it crumbles a lot and sometimes we feel that we could take the mountain in his hand to reduce it to dust. A few rare trees manage to grow in valley bottoms, called "wadis", where water sometimes flows. They make my happiness for cooking over a wood fire, as well as that of goats who feed on the lowest leaves. Despite the lack of greenery, the landscapes are beautiful! Soon, the asphalt disappears to make way for a dusty track. On the advice of Steven, guide to Oman, I make a round trip to visit the village of Bilat Sait: it is a blow of heart, this small traditional village built under a spring is provided with a system irrigation that brings greenery and a little agriculture. If there were not these few cars 4WD to spoil the landscape, we could believe in the Middle Ages. When I arrive, people with plants on their heads look at me intriguedly, and so do I. Very few tourists come here because only 4-wheel drive cars can access it. I'm looking for water and ask where the food store is. An inhabitant takes my two 1.5-liter bottles, enters his house, and returns a little later with the two full bottles and a big bag of about 2 kg of dates produced in the village. I thank him warmly and take the road in the other direction. Back in the main valley, at the junction where I join the track left before, on one of the few flat spaces available, an element tears the landscape: a magnificent football pitch in green artificial turf. How, with their 3 fields and 4 coconut trees, have these villagers been able to afford such a sports field? I imagine that, like me, the Sultan had a crush on this village and that he took a little bit of his personal fortune to give them this gift so that they do not migrate to the city. I then spend a day climbing a 10-kilometer pass. Under a very strong heat, on a floor covered with a thick dust, with a passage of 6 kilometers to 15% of which 3 kilometers to 19% of average, with a small flu and the 44-42 of my new transmission mono-plateau a little too ambitious for this kind of situation, I push the bike most of the time. Some 4WD wehicules of Western tourists sometimes double me: they are pleasant, smiling, relaxed and happy and offer me water. A lady even throws me a "sorry for the dust!", before sending me a huge cloud of dust in the face. I pause on one of the few places with a shadow. Near me, overlooking me from the top of a rocky promontory, a mountain goat watches me for a long time. I also observe it and we observe each other well during the 15 minutes of my break. She certainly wonders what I'm doing here with my bike, while I wonder how she manages to find water to drink in such an inhospitable environment. I camp at the top with a clear 360 degree view, then go on a fantastic descent of 30 kilometers on the southern slope, back to an asphalt road. The landscapes are splendid. Downstairs, I realize that the road is still long for Salalah, my final destination in Oman, with a stay limited to 30 days on my visa. I give up visiting other villages in the mountains and take the most direct route to Muscat.


Etape 1001. Dubai – Al Awir. 44 kms.
Etape 1002. Al Awir – Petite route. 46 kms.
Etape 1003. Petite route – Al Ejeli. 58 kms.
Etape 1004. Al Ejeli – Route 5. 71 kms.
Etape 1005. Route 5 – Falaj Al Qabail. 63 kms.
Etape 1006. Falaj Al Qabail – Muntayfah. 67 kms.
Etape 1007. Muntayfah – Ash Shirs. 72 kms.
Etape 1008. Ash Shirs – Nakhi. 76 kms.
Etape 1009. Nakhi – Ar Rustak. 61 kms.
Etape 1010. Ar Rustak – Al Ghabirah. 39 kms.
Etape 1011. Al Ghabirah – Bilat Sait. 22 kms.
Etape 1012. Bilat Sait – Col à 2000m. 10 kms.
Etape 1013. Col à 2000m – Birkat Al Mawz. 80 kms.
Etape 1014. Birkat Al Mawz – Karku. 80 kms.
Etape 1015. Karku – Mascate. 66 kms.




198 miams  [2 commentaires ]

Article du Vendredi 25 janvier 2019

19h00 - Mille étapes, et après? (1000 étapes)

Alors voilà. Ce tour d'Europe qui devait durer 2 ou 3 ans attaque sa 7ème année, en débordant largement désormais sur les continents voisins. Mille étapes, 41 pays, 71 000 kilomètres, des séries de 30 étapes sans jours de repos, environ 15 millions de tours de pédales, des altitudes comprises entre -220m et 4650m, 3 vélos, une bonne centaine de crevaisons et jusqu'à 16 litres d'eau, 6 kilos d'oranges, 4 kilos de chocolat et 800 billets de banque transportés. Des orages, des tornades, une tempête de sable, des tempêtes de neige, des nuits dehors par -8 °C, des étapes à plus de 40 °C, des vents de face à ne plus pouvoir avancer, des vents dans le dos à rouler à 60km/h sur du plat. Et quoi d'autre? Des cascades, des canyons, des sources chaudes, des îles, des déserts, un geyser, des volcans, des kilomètres à rouler sur la plage, des kilomètres de hors-piste en pleine forêt. Besançon, Rome, Prague, Singapour, New-York, San Francisco, Dubai, Kuala Lumpur, Las Vegas. Des rencontres, des leçons de vie, d'accueil, d'hospitalité, d'humilité, de courage aussi. Des kilomètres sous des ciels nocturnes brillants de millions d'étoiles, devant des arcs-en-ciel, sous une éclipse de lune, sous les aurores boréales. Des galères ! Des maladies, quelques chutes et accidents sans gravité. Des bivouacs en compagnie des ours, des serpents, des moustiques, des scorpions. Et combien d'affaires perdues ? L'itinérance à vélo au long cours est la promesse d'une vie intense dans laquelle chaque jour est différent des autres, avec son lot de surprises, de découvertes et d'émerveillement, à l'opposé d'une vie de routine vers laquelle tend naturellement chaque être humain par simplicité et par confort. Vivre en itinérance de la sorte c'est aussi faire honneur à la liberté. Une liberté de mouvement et d'esprit largement amplifiés par la dématérialisation opérée depuis le départ : un allégement du chargement de 5 kg lors de l'hiver 2015-2016, de 5 kg à l'hiver 2016-2017, puis d'encore 5 kg à l'hiver 2017-2018 et d'un nouveau kilogramme depuis. Contrairement à une idée reçue au début, le confort n'est pas proportionnel à la quantité de bien matériels emportés, mais inversement proportionnel : pour se sentir réellement libre et bien, il faut vivre avec peu. Aujourd'hui, ayant atteint des niveaux d'optimisation et de satisfaction très élevés dans ce mode de vie ainsi qu'un cap symbolique de 1000 étapes, se pose naturellement la question de l'après. 1000 étapes, et ensuite 2000 ? 3 000? Ce mode de vie absolument génial et formidable doit-il continuer indéfiniment? Quand on fait ce qu'on aime vraiment, doit-on changer pour quelque chose dont on est pas certain qu'on l'aimera d'avantage, mais peut-être? Tenter de nouvelles aventures ne pourrait-il pas en soi faire partie de la grande aventure ? Plusieurs raisons pourraient m'amener à stopper ce voyage. Elles sont connues. Une fille, par exemple. À mon âge, encore jeune mais plus complétement (37 ans), il est encore possible d'imaginer une suite normale avec une femme, des enfants, une maison, des animaux de compagnie, un grand jardin pour cultiver des fruits et des légumes et peut-être une piscine et un court de tennis si les affaires marchent bien. Cela peut être aussi une très belle aventure, mais c'est au cœur de décider et on ne choisit pas pour lui. Plus triste, mais tout aussi réaliste, un problème de nature à diminuer ou anéantir complétement mes moyens physiques pourrait également me stopper. Une grave chute, une mauvaise rencontre ou une grave maladie. Ces risques sont réels et bien acceptés : la vie ne se vit pas seulement dans la longueur, il faut aussi essayer la largeur, l'idéal étant d'avoir les deux, et d'y prendre de la hauteur. Des trois dimensions, la largeur me semble la plus importante. Un autre facteur qui pourrait me stopper serait de perdre petit à petit le plaisir de voyager de la sorte. Peut-on trouver de la routine à toujours se lever le matin pour vivre des choses différentes ? Ce serait paradoxal ! Autre raison : des problèmes d'argent. Mon voyage est principalement financé par les revenus d'un site de math que je développe depuis 2006.  La rigueur que je me suis imposé ces dernières années pour continuer de travailler plusieurs heures par jour tout en voyageant ont permis de garder un trafic très élevé et des revenus stables et confortables. Je ne suis toutefois pas à l'abri d'une baisse de trafic et de revenu. J'aurai malgré tout des portes de secours, car 60 % de mes dépenses ces dernières années sont allées dans l'immobilier, les impôts et les cotisations sociales, et tout cela est facilement supprimable, d'une part, car l'héritage de mes parents pourra éventuellement solder mon prêt immobilier et d'autre part, car les impôts sur le revenu, la CSG/CRDS, la cotisation foncière des entreprises payée à la commune de Roulans, les allocations familiales, les assurances maladie et vieillesse ne sont pas obligatoires dans mon cas vu que je ne vis plus et ne travaille plus en France. De plus, l'expérience de vie nomade à vélo m'a appris à me contenter de peu et à peu dépenser. Mais si un jour, je ne peux plus acheter de grandes quantités de nourriture de qualité et de chocolat, certainement que je me poserai la question. Une autre raison pourrait être une évolution du voyage dans le mode de déplacement : le vélo est le meilleur compromis de vitesse pour voir le monde en étant au contact direct de la nature et des gens, tout en parcourant des longues distances, mais pourquoi pas un jour changer pour de la marche comme Caroline, de la trottinette comme Blandine, voire du bateau, du train, ou autre ? Ou pour me lancer dans un tout autre projet? Tout arrêter pour me lancer à fond dans des projets artistiques, musicaux, ou scientifiques, n'est pas complétement impossible non plus. Mais le plus probable sans doute, au vu de la carte du parcours effectué et du rythme pris depuis 2013 pour explorer les continents en 2 ou 3 ans, est que je continue comme cela pendant encore 5 ou 6 ans, et que je n'en suis qu'à la moitié du voyage... L'avenir nous le dira. Pour le savoir, restez connectés!


[EN]
So this is it. This Europe tour, which was to last two or three years, is now in its seventh year, and is now overflowing into neighboring continents. A thousand stages, 41 countries, 71000 kilometers, 30-stage series without rest days, around 15 million pedal laps, altitudes between -220m and 4650m, 3 bikes, a good hundred punctures and up to 16 liters of water, 6 kilos of oranges, 4 kilos of chocolate and 800 banknotes transported. Thunderstorms, tornadoes, sandstorms, snow storms, nights outside by -8 ° C, steps over 40 ° C, headwinds to no longer move forward, winds in the back to ride at 60km / h on flat. And what else? Waterfalls, canyons, hot springs, islands, deserts, a geyser, volcanoes, miles to ride on the beach, miles of off-piste in the forest. Besançon, Rome, Prague, Singapore, New York, San Francisco, Dubai, Kuala Lumpur, Las Vegas. Meetings, lessons of life, hospitality, humility, courage too. Miles under brilliant night skies of millions of stars, in front of rainbows, under an eclipse of the moon, under the northern lights. Galleys! Diseases, some falls and minor accidents. Wild camping with bears, snakes, mosquitoes, scorpions. And how many items lost? Long-distance bicycle touring is the promise of an intense life in which each day is different from the others, with a lot of surprises, discoveries and wonder, as opposed to a life of routine to which naturally tends each human being for simplicity and comfort. To live in this way is also to honor freedom. A freedom of movement and spirit largely amplified by the dematerialization operated from the beginning: a lost of loading of 5 kg during winter 2015-2016, of 5 kg in the winter of 2016-2017, then of 5 more kg in the winter of 2017-2018 and a new kilogram since. Contrary to a belief at first, comfort is not proportional to the amount of material goods carried, but inversely proportional: to feel really free and well, I have to live with little. Today, having reached very high levels of optimization and satisfaction in this way of life as well as a symbolic course of 1000 steps, naturally raises the question of the after. 1000 steps, and then 2000? 3000? Is this absolutely awesome way of life going on indefinitely? When we do what we really love, do we have to change for something we are not sure we will love more, but maybe? Can not trying new adventures be part of the big adventure? Several reasons could lead me to stop this trip. She is are known. A girl, for example. At my age, still young but not more completely (37 years), it is still possible to imagine a normal following with a woman, children, a house, pets, a large garden to grow fruits and vegetables and maybe a pool and a tennis court if business is good. It can also be a great adventure, but it's at the heart to decide and we do not choose for him. More sad, but just as realistic, a problem that could reduce or completely wipe out my physical abilities could also stop me. A serious fall, a bad meeting or a serious illness. These risks are real and well accepted: life is not only in length, we must also try the width, the ideal is to have both, and take the height. Of the three dimensions, the width seems to me the most important. Another factor that could stop me would be to gradually lose the pleasure of traveling in this way. Can we find the routine to always get up in the morning to live different things? It would be paradoxical! Another reason: money problems. My trip is mainly financed by the income of a math site that I develop since 2006. The rigor that I have imposed in recent years to continue working several hours a day while traveling have kept a very high traffic and stable and comfortable incomes. However, I am not immune to a decline in traffic and income. I will still have relief doors, because 60% of my expenses in recent years have gone into real estate, taxes and social contributions, and all this is easily removable, on the one hand, because the legacy of my parents will eventually be able to pay for my deficit to the bank and secondly, because taxes on income, the CSG / CRDS french tax, the business property tax paid to the municipality of my parent's village, family allowances, health insurance and old age assurance are not mandatory in my case since I do not live anymore and no longer work in France. Plus, the nomadic bike life experience taught me to settle for little and little money. But if one day I can not buy large quantities of quality food and chocolate, certainly I will ask myself the question. Another reason could be an evolution in the mode of travel: cycling is the best compromise of speed to see the world by being in direct contact with nature and people, while traveling long distances, but why not a change day for a walk like Caroline, a scooter like Blandine, even a boat, a train, or something else? Or to get into another project? It's not entirely impossible either to stop to get into artistic, musical, or scientific projects. But most probably, given the map of the trip until now and the speed taken since 2013 to explore the continents in 2 or 3 years, it would be quite logical to say that I'm only half of that trip and that the total duration could be between 10 and 12 years ... The future will tell us. To find out, stay tuned!

594 miams  [10 commentaires ]